Accueil du site
> Psycho & Sexo > Les Actus
Mon logo CareVox
CareVox par RSS
CareVox sur Facebook
CareVox sur Twitter
Californie : Les acteurs porno devront-ils sortir couverts ?
Californie : Les acteurs porno devront-ils sortir couverts ?
rubrique
catégorie
note des lecteurs
date et réactions
9 juillet 2012 | 2 commentaires
Auteur de l'article
Léa Belleval, 97 articles (Rédacteur)

Léa Belleval

Rédacteur
note moyenne des lecteurs
nombre d'articles
97
nombre de commentaires
0
nombre de votes
0

Californie : Les acteurs porno devront-ils sortir couverts ?

Californie : Les acteurs porno devront-ils sortir couverts ?

Les électeurs du comté de Los Angeles voteront, le 6 novembre prochain, pour décider si oui ou non les acteurs pornographiques devront être contraints de porter des préservatifs lors des tournages. Ce référendum sera organisé suite au succès d’une pétition des militants anti-Sida qui totalise pour l’heure un total de 371 000 signatures.

Aux Etats-Unis, plus qu’en France, c’est un métier à part entière : Les acteurs et actrices porno gagnent leur vie en se "faisant du bien". Mais si les ouvriers du bâtiment doivent porter un casque sur les chantiers, les "hardeurs" (comme on les appelle) devront peut-être bientôt eux aussi se plier à une règle de sécurité pour leur propre santé et celle de leurs téléspectateurs. En effet, suite au succès d’une pétition lancée par des militants anti-Sida, les électeurs du comté de Los Angeles vont devoir voter, le 6 novembre prochain (qui sera également le jour de l’élection présidentielle aux USA), pour décider d’un éventuel caractère obligatoire du port du préservatif pendant les tournages.
 
Pas moins de 371 000 signatures ont été récoltées par ces militants, à la grande satisfaction du président de la fondation AIDS Healthcare, Michael Weinstein : Ce nombre correspondrait au seuil obligatoire permettant de soumettre une demande de référendum qui, selon la constitution californienne, doit être signée par au moins 5% des électeurs inscrits de l’Etat. Il est vrai que les producteurs de films porno de Californie, Etat où sont réalisés la très grande majorité des films X américains, avaient été contraints l’an dernier de suspendre provisoirement les tournages après qu’un acteur eut été testé positif au virus du Sida. Et cet "incident" avait décidé, en janvier dernier, la mairie de Los Angeles de rappeler aux hardeurs les vertus du préservatif.
 
Dans le milieu du X, on en appelle cependant à la résistance, et dans la San Fernando Valley, où habitent les plupart des acteurs et actrices porno (au point d’en faire la capitale mondiale du porno), les mines se font inquiètes à la lecture des journaux. Diane Duke, directrice d’un syndicat américain de l’industrie porno (Free Speech Coalition for the Adult Entertainment Industry), s'est ainsi fendue d'une réponse dans les colonnes du Los Angeles Times pour faire part de son mécontentement : « Parce que notre industrie travaille avec le sexe, nous sommes vulnérables et faciles à attaquer ». Un producteur s’est pour sa part confié au New York Daily News : « Si ce référendum passe, tout ce que les militants anti-Sida vont réussir à faire, c’est de voir partir une partie des productions ».
 
Et les comédiens du X, qui ne sont pas en reste, sont par ailleurs montés au créneau pour indiquer que «  les spectateurs n’aiment absolument pas l’esthétique du préservatif, leurs fantasmes sont mis à mal par la simple vue du préservatif. C’est un produit dont le marché ne veut pas ». Réponse, donc, le 6 novembre. Si la mesure est adoptée, comme le rappelle France TV Info, «  les studios devront se voir délivrer un permis auprès du département de la Santé publique du comté, comme c’est déjà le cas pour les tatoueurs. Ce permis exigera le port du préservatif lors des scènes de pénétration anales et vaginales, et les autorités locales pourront suspendre ou révoquer le permis délivré si une infraction est constatée ».
 
Que dit la législation à ce sujet en France ? Dans l'hexagone, où le port du préservatif a débuté dans le porno dans les années 90, certains producteurs ont affiché, avec résignation, que « désormais les gens devront rêver avec capote ». Le Conseil supérieur de l’audiovisuel (CSA) a réclamé, en 2008, «  le port du préservatif dans les programmes pornographiques diffusés par des services de télévision » en précisant que « ces programmes ont un impact significatif sur les téléspectateurs, et en premier lieu sur les jeunes adultes, en ce qu’ils peuvent refléter la banalisation de comportements sexuels à risques, et ainsi faciliter une propagation de maladies contagieuses ».
 
Photo : Des fans acclament l'actrice Phoenix Marie lors d'un salon érotique à Los Angeles. Source : wtaq.com
Les internautes qui ont lu cet article ont aussi consulté
Commentaires
2 votes
par Alain (IP:xxx.xx7.207.212) le 9 juillet 2012 a 11H33
Alain (Visiteur)

Bon article, bien construit. Un peu trop "journalisme mainstream" cependant. L’auteur ne s’engage pas et laisse en chiens de faïence les militants anti-sida et l’industrie du sexe, comme si leur puissance et leurs motivations se valaient.

0 vote
par LG (IP:xxx.xx4.15.45) le 11 juillet 2012 a 08H33
LG (Visiteur)

Lire le docteur Antoine de Harven, sur la fausseté du VIH comme vecteur du Sida...mais sûte pompe à fric pour les Labos !