Accueil du site
> Psycho & Sexo > Vérité sur...
Mon logo CareVox
CareVox par RSS
CareVox sur Facebook
CareVox sur Twitter
Cadeaux : Pourquoi est-on généreux à Noël ?
Cadeaux : Pourquoi est-on généreux à Noël?
rubrique
catégorie
note des lecteurs
date et réactions
20 décembre 2013 | 1 commentaires
Auteur de l'article
Université de Montréal, 110 articles (Pôle de recherche)

Université de Montréal

Pôle de recherche
note moyenne des lecteurs
nombre d'articles
110
nombre de commentaires
0
nombre de votes
0

Cadeaux : Pourquoi est-on généreux à Noël ?

Cadeaux : Pourquoi est-on généreux à Noël?

Pour assurer la cohésion sociale, répond le sociologue Marcel Fournier. Le temps des fêtes est la période des cadeaux et des appels à la générosité. Pourquoi se comporte-t-on ainsi, en offrant parfois des biens dont la valeur est davantage symbolique qu’économique ou encore en donnant de façon anonyme à de purs étrangers ?

« Le don est une condition de vie en société, répond le sociologue Marcel Fournier. L’être humain est un être social et aucune société ne pourrait tenir sans mécanismes de solidarité et de réciprocité. Le don devient ainsi une obligation. »


Professeur au Département de sociologie de l’Université de Montréal, Marcel Fournier est l’un des spécialistes de l’œuvre de l’anthropologue Marcel Mauss qui, au début du 20e siècle, a étudié les rituels d’échange et de don dans les sociétés tribales. Mauss a vu dans ces comportements trois obligations structurant la société : obligations de donner, de recevoir et de rendre.
« Dans les sociétés modernes, cela peut s’observer dans les politiques de redistribution des richesses d’un État-providence, affirme le professeur. Ces obligations sont également à l’œuvre à l’échelle individuelle lorsque nous donnons à des organismes de charité ; c’est une autre façon de rendre ce qu’on a reçu et de contribuer au partage des richesses. »

Dans ce mécanisme d’échange, celui qui reçoit obtient évidemment un avantage, mais celui qui donne jouit d’un prestige social. « Dans certaines sociétés traditionnelles, des rituels entraînent une surenchère du don jusqu’à ce que l’un des partenaires ne puisse plus donner ; celui qui a donné le plus atteint un statut social supérieur. »


Réciprocité différée

Nos échanges de cadeaux à Noël ne vont pas jusque-là, mais on peut y déceler une mécanique du don réciproque. « Nous nous sentons toujours obligés à l’endroit de quelqu’un qui nous a donné un cadeau, poursuit le sociologue. C’est aussi le cas des parents devant un cadeau de mariage reçu par leurs enfants. »
 
De tels échanges raffermissent des liens familiaux ou sociaux, même si la réciprocité ou l’obligation de rendre est différée dans le temps. « Dans la famille, il n’y a pas de réciprocité dans les cadeaux donnés par les parents aux jeunes enfants, mais les enfants apprennent ainsi très tôt à échanger et à rendre, que ce soit des cartes ou des dessins réalisés à l’école. Les enfants rendent aussi ce qu’ils ont reçu de leurs parents au cours de leur vie en les prenant sous leur aile pendant la vieillesse. »
 
Aux yeux du sociologue, le fait de ne pas rendre la pareille immédiatement peut être une bonne chose puisque cela crée une impression de gratuité au moment du don.
 

Besoin de rituels

Ces mécanismes du don sont entretenus par des valeurs à la fois sociales, religieuses et économiques. « La commercialisation incite aux échanges de cadeaux et la religion enseigne qu’une bonne personne est une personne généreuse, souligne Marcel Fournier. Sous l’angle sociologique, un manque de générosité est perçu comme un indice de faible intégration sociale. »
 
La tradition de générosité et d’échange de cadeaux à Noël se maintient même en contexte social sécularisé parce que l’être humain, dont l’une des caractéristiques est la pensée symbolique, a besoin de rituels dont la portée est grande. « Les repas des fêtes, les rencontres de famille, les cadeaux créent de tels moments forts qui permettent de consolider les liens et le sentiment d’appartenance. Un groupe ne pourrait se sentir uni autrement. »
 
Il ne faudrait donc pas trop s’en faire avec la commercialisation de Noël, qui ne serait ainsi que l’envers de la médaille d’une pulsion bien naturelle à donner, à recevoir et à rendre.
Les internautes qui ont lu cet article ont aussi consulté
Commentaires
0 vote
par Marchaux (IP:xxx.xx6.219.15) le 20 décembre 2013 a 14H56
Marchaux, 94 articles (Rédacteur)

Il est vrai que offrir quelque chose à Noël est une obligation....