Accueil du site
> Psycho & Sexo > Etudes Scientifiques
Mon logo CareVox
CareVox par RSS
CareVox sur Facebook
CareVox sur Twitter
Avoir une soeur est bon pour le moral
Avoir une soeur est bon pour le moral
rubrique
note des lecteurs
date et réactions
24 novembre 2010 | 1 commentaires
Auteur de l'article
La rédaction CareVox, 601 articles (Comité de rédaction)

La rédaction CareVox

Comité de rédaction
note moyenne des lecteurs
nombre d'articles
601
nombre de commentaires
0
nombre de votes
3

Avoir une soeur est bon pour le moral

Avoir une soeur est bon pour le moral

Vous en avez marre d’avoir votre sœur sur le dos ? Si elle vous taquine, dites-vous dorénavant que c’est pour votre bien. Une étude sérieuse menée par le professeur de psychologie Tony Cassidy, de l’Université d’Ulster en Irlande du Nord, est arrivée à la conclusion qu’avoir une sœur rend plus heureux, plus optimiste et plus accompli. Bref, plus apte au bonheur.

Pour les biens de l’enquête, Tony Cassidy a interrogé près de 600 jeunes adultes, âgés de 17 à 25 ans. Les questions portaient sur la composition de la famille et sur leur bien-être émotionnel. Et le résultat est net : Les personnes ayant grandi avec au moins une sœur sont généralement plus heureuses que les enfants uniques ou ceux n’ayant que des frères. Dans l’échelle du bonheur et de l’optimisme, les jeunes hommes n’ayant qu’un ou plusieurs frères ont obtenu les résultats les plus faibles. Quant aux enfants uniques, ils sont dans la moyenne. Selon Tony Cassidy, « les sœurs entraînent visiblement davantage de communication et de cohésion dans les familles. Et l’expression des émotions est fondamentale pour une bonne santé psychologique  ».

L’expert ne s’arrête pas là : « Les femmes ayant des sœurs tendent à être plus indépendantes et plus accomplies. L’observation est la même chez les familles recomposées. Les sœurs s’appuient vraisemblablement les unes sur les autres en cas de divorce ». Cette enquête a le don d’en agacer certains. Deborah Tannen, professeur de linguistique à l’Université de Georgetown, à Washington D.C., estime que « c’est le simple fait de parler qui rend plus heureux. Et comme tout le monde sait, en matière de conversation, les femmes entraînent davantage leur entourage que les hommes ».

Photographie : Paris et Nicky Hilton

La rédaction CareVox
Les internautes qui ont lu cet article ont aussi consulté
Commentaires
0 vote
par isa (IP:xxx.xx2.217.106) le 6 décembre 2010 a 20H28
isa (Visiteur)

Parfois c ’est l’inverse !!!!! Votre soeur peut être un élément de soucis, de conflits voire de desharmonie familiale. Pas facile de gérer voire de couper les ponts Isa