Accueil du site
> Psycho & Sexo > Les Actus
Mon logo CareVox
CareVox par RSS
CareVox sur Facebook
CareVox sur Twitter
Assistants sexuels pour handicapés : Bachelot « peut évoluer »
Assistants sexuels pour handicapés : Bachelot « peut évoluer »
rubrique
catégorie
note des lecteurs
date et réactions
7 janvier 2011
Auteur de l'article
Patrick Rollo, 495 articles (Rédacteur)

Patrick Rollo

Rédacteur
note moyenne des lecteurs
nombre d'articles
495
nombre de commentaires
0
nombre de votes
0

Assistants sexuels pour handicapés : Bachelot « peut évoluer »

Assistants sexuels pour handicapés : Bachelot « peut évoluer »

Le 6 janvier dernier, c’est négativement que Roselyne Bachelot, ministre des Solidarités et de la Cohésion sociale, avait répondu à la proposition de créer le statut d’assistants sexuels pour personnes handicapées. Un député UMP, Jean-François Chossy, qui travaille actuellement sur ce projet dans le cadre d’une mission sur «  l’évolution des mentalités et le changement du regard de la société sur les handicapés » estime pourtant qu’elle serait prête à changer d’avis.

Jean-François Chossy, qui s’est entretenu sur la question avec l’équipe du jdd.fr, reste convaincu du bien fondé de sa proposition, « dont bénéficieraient les personnes handicapées de grande dépendance » car, juge-t-il, il s’agit de populations n’ayant pas accès à leur corps bien qu’elles ressentent comme chacun d’entre nous des pulsions et des émotions. Le député de la 7ème circonscription de la Loire, qui rappelle que le statut d’assistant sexuel existe en Suisse, en Belgique et aux Pays-Bas, « garantissant un épanouissement sexuel aux personnes handicapées », est conscient du fait que cette démarche est difficile à aborder en France.

Mais il n’en démord pas : « On doit aussi se préoccuper du sort des handicapés. Ils sont démunis dans une activité qui s’inscrit comme un acte ordinaire de la vie  ». Face à Roselyne Bachelot, qui assimile ce statut à une forme de légalisation de la prostitution, Jean-François Chossy répond qu’ « on ne peut pas légiférer sur l’amour et les sentiments, mais on doit pouvoir légiférer sur l’assistance qu’on doit apporter à ces personnes. Il y a des femmes handicapées qui ont aussi cette demande. Cette douleur même ».

Interrogé sur la date de dépôt du texte en préparation, le député indique vouloir se concerter avec les associations et les gens concernés dans le courant du premier semestre 2011. Et concernant l’opposition de Roselyne Bachelot, Jean-François Chossy assure qu’ « elle est susceptible d’évoluer pour avoir une approche humaine de ces difficultés ». La clairvoyance progressive de la ministre s’inscrirait dans « l’évolution des mentalité et le changement de regard qu’on porte sur le handicap ».
 

Les internautes qui ont lu cet article ont aussi consulté