Mon logo CareVox
CareVox par RSS
CareVox sur Facebook
CareVox sur Twitter
Accroc à l’amour ? Ne devenez pas pot de colle !
Accroc à l'amour ? Ne devenez pas pot de colle !
rubrique
note des lecteurs
date et réactions
4 juillet 2008
Auteur de l'article
Cyril Malka, 19 articles (Psychologue)

Cyril Malka

Psychologue
note moyenne des lecteurs
nombre d'articles
19
nombre de commentaires
0
nombre de votes
0

Accroc à l’amour ? Ne devenez pas pot de colle !

Accroc à l'amour ? Ne devenez pas pot de colle !

Êtes-vous le genre de personne qui se croit perdu sans amour ? Est-ce que votre monde est réduit en miettes lorsque l’homme de votre cœur est inattentif à vous ? Aimez-vous éperdument, pour après vous retrouver dans un désespoir profond comme l’abîme ? Êtes-vous inquiète, craintive, jalouse ? Alors vous êtes sûrement une "cornichonne d’amour". Testez-vous (et votre partenaire) et lisez comment vous pouvez changer votre conduite.

La pire des choses que vous pouvez imaginer est que votre partenaire soit en train de considérer la possibilité de vous quitter, car vous ne pouvez pas exister sans amour. Il n’y a bien entendu aucun signe visible, mais vous avez la certitude, que s’il vous quitte, vous mourrez !

Vous en avez la certitude car chaque fois que vous le voyez parler avec une autre femme attractive, vous devenez jalouse, en colère et déprimée, et que valez-vous, si vous n’êtes pas digne d’amour ?

Est-ce que ceci sont des sentiments et des idées que vous pouvez reconnaître ? Dans ce cas vous souffrez du syndrome : « Cornichonnerie d’amour »

Les cornichonnes d’amour est en fait une notion de personnes qui n’ont qu’un but dans leurs vies. Un but au-dessus de tous les autres : Trouver une personne à aimer ! Elles croient qu’elles ont besoin d’aimer et d’être aimer. Sans ça elles ne peuvent pas être heureuses ou même avoir de l’estime propre. Elles sont incroyablement vulnérables envers un amour qui n’est pas payé de retour à 100% (ou pas payé de retour du tout) et si elles ne vivent pas en relation d’amour, leur tendon d’Achille est à découvert car elles ont défini toute leur existence dans le signe de l’amour.


Si vous êtes une cornichonne, vous reconnaîtrez trois comportements généraux dans votre vie amoureuse.

D’abord, lorsque vous vous trouver entre deux liaisons, vous recherchez désespérément « le vrai et seul homme au monde » et sûrement vous allez faire peur aux partenaires éventuels avec votre ardeur. Vous allez croire, lorsque vous êtes désespéré et que vous n’avez toujours pas trouvé quelqu’un à aimer, que cela doit vouloir dire qu’il y a quelque chose qui ne va pas chez vous ! Sous cette phase de chasse, vous allez vous sentir misérable et désespérément seule.

Vous aurez aussi du mal à prendre d’autres plaisirs dans votre vie, car pour vous, être heureuse veut dire être amoureuse.

Le deuxième comportement est lorsque vous êtes amoureuse. Lorsque vous êtes amoureuse, ça ne va pas fantastiquement bien quand même.

Au début, vous ne vous êtes jamais senti aussi bien et heureuse de votre vie : Champagne au petit déjeuner, des longues promenades dans le parc avec votre bien-aimé, des pique-niques près du lac et l’amour, l’amour, toujours l’amour !

Malheureusement, les choses changent lorsque vous et votre bien-aimé retournent au monde de la réalité.

L’anxiété qui vient de l’idée que vous pourriez perdre votre chéri, et les demandes sentimentales dont une cornichonne accable la liaison commence à user votre bien être dans la liaison. En même temps votre besoin surdimensionné d’avoir l’attention complète de votre bien-aimé va « effilocher la soie. » Ceci surtout si vous êtes une cornichonne et votre bien-aimé ne l’est pas.

Enfin, le troisième comportement est le sentiment misérable encore plus fort que la cornichonne ressent lorsqu’une liaison tire vers sa fin. Vous avez en effet défini votre bonheur et votre valeur personnelle dans la dépendance d’une personne qui vous aime.

C’est pourquoi c’est un choc énorme que d’entendre votre bien-aimé exprimer que vous n’êtes pas aussi fantastique que vous l’aviez cru et qu’il aimerait rompre. Le sentiment de rejet que vous ressentez sera difficile à manier et vous serez convaincue que ça prendra beaucoup de temps, si c’est possible de retrouver votre propre estime. Vous pouvez même ressentir ce rejet comme tellement blessant, que vous voudrez éviter toute idée de nouvelle liaison pendant très longtemps.


Une cornichonne d’amour vit souvent et opiniâtrement en suivant des règles de vie bien étudiées qui par elles-mêmes renforce le sentiment d’insuffisance.

« J’ai besoin d’amour pour être heureuse et accomplie, je ne peux pas vivre sans amour » dira une cornichonne en parlant de soi et d’amour.

Pourquoi est-ce qu’un tel point de vue est inadéquat ? Est-ce une erreur que de désirer l’amour ? Bien sûr que non ! L’erreur, est par contre de définir l’amour comme un besoin ayant la même importance que la nourriture ou l’oxygène ! Car même si, admettons-le, on est sûrement plus heureux avec de l’amour que sans amour, personne n’a pas besoin d’amour pour survivre. On ne meurt pas pour cause de manque d’amour !

Un comportement plus rationnel et plus adéquat envers l’amour serait par exemple de penser que bien qu’il soit désirable d’être aimée, et bien que l’on préfère aimer et être aimer, on peut parfaitement être heureuse, même si on n’est pas dans une liaison ; on n’en a pas besoin pour vivre.

On peut par exemple, chaque fois qu’on ressent la douleur sentimentale qu’est le sentiment de se sentir rejetée ou d’être sans amour, se répéter un nouveau point de vue : « - C’est vrai, j’ai horreur de me trouver dans cette situation. Mais je peux tout à fait surmonter ce problème »


L’autre idée de base que la cornichonne d’amour devrait accorder est la conception de se voir comme étant insignifiante sans amour.

« - J’ai besoin d’amour ou bien je suis une personne totalement insignifiante. » Si vous avez ce point de vue, il est grand temps d’apprendre à séparer la vue que les autres ont sur vous, et la manière dont vous vous voyez.

On est une personne précieuse que l’on soit aimée ou non. Des problèmes sur certains points de la vie ne dévalorisent pas vos qualités et vos habiletés dans d’autres domaines.

Une bonne portion d’acceptation rationnelle de soi-même ferait ici des miracles. L’acceptation rationnelle de soi-même demande que l’on accepte le fait que l’on soit une personne complexe ayant beaucoup de traits de caractère différents ; certains sont positifs, d’autres négatifs. Il est donc impossible de s’évaluer comme étant « bonne » ou « mauvaise », comme étant une « réussite » ou un « fiasco » en se basant sur seulement un de vos traits de caractère.

De même manière, on ne peut pas se juger tout simplement parce qu’on vit sans liaison amoureuse pendant une période.


Une des parties importantes de la bataille contre la cornichonnerie d’amour est votre vue sur vous-même et sur votre valeur. Prenez le temps de sommer vos meilleures qualités. Écrivez tous les points que vous aimez chez vous, tout ce que vous aimez dans votre aspect physique, tout ce que vous faites bien envers les autres, dans votre vie professionnelle, vos loisirs... La liste de vos aspects positifs risque d’être plus longue que vous attendiez, et elle vous aidera à voir vos liaisons, vous-même, et votre sentiment de votre dignité sous un autre jour.

Bien sûr, il est important d’avoir une relation d’amour heureuse ; mais ceci n’est qu’une partie de votre vie !

Ayez toujours vos autres côtés positifs en tête lorsque vous ressentez la désapprobation des autres ou si vous vous êtes fait plaquer ou tout simplement si vous vous trouvez entre deux liaisons.


Les pots de colle

Il y a beaucoup de gens qui ont les symptômes de la cornichonnerie d’amour, surtout lorsqu’ils sont jeunes, et c’est rarement un comportement qui continue le reste de la vie. Mais s’il continue, il peut se développer jusqu’à devenir un problème émotionnel plus inquiétant, que l’on pourrait caractériser comme le phénomène des pots de colle.

Ce sont des personnes ayant une conception extrême de l’amour et de ce que tomber amoureux veut dire. Les symptômes des gens collants se distinguent par des idées fixe sur le bien-aimé.

On ne focalise l’attention que sur ses côtés positifs tout en reniant les côtés négatifs ; et on a un besoin désespéré d’être aimée autant qu’on aime.

Si on est une collante, on souffre aussi de sautes d’humeurs assez extrêmes, celles-ci dépendent de la dose d’amour que l’on reçoit de son bien-aimé, et tourne à l’anxiété lorsque l’amour donné n’est pas suffisamment payé de retour.

Lorsqu’on est une collante, on devient une épave sentimentale et une éclopée lorsque la liaison touche à sa fin.

Si on souffre du syndrôme de la collante, on aura sûrement une des attitudes inadéquates suivantes :

« - Je dois avoir l’amour de mon bien-aimé tout le temps ou bien je suis une personne insuffisante et inférieure ; » ainsi que : « - Si mon bien-aimé se fiche de moi ou s’il meurt, la vie n’a plus aucune valeur et je peux tout aussi bien mourir » ou bien : « - Mon bien-aimé est le seul au monde pour moi, et seul son amour peut donner une valeur à ma vie. »

Si vous vous reconnaissez dans cette description, une bonne dose de raisonnement rationnel et adéquat vous serait extrêmement profitable.


Répétez pour vous-même, aussi vigoureusement que possible les raisonnements rationnels suivants : « - J’aimerai vraiment être aimé autant que j’aime, mais je n’en ai pas besoin pour être heureuse. » Continuez par « - Ça serait vraiment contrariant, si je perdais mon bien-aimé, mais je n’ai pas besoin de lui pour être heureuse. » Ensuite prenez une dose de : « - Perdre l’amour n’est pas la fin du monde, je peux me débrouiller sans. » Enfin, finissez avec un : « - Mon bien-aimé n’est pas la seule personne au monde que je puisse aimer, et je peux avoir une vie digne, même s’il ne m’aime pas.

Lorsqu’on apprend à penser et à agir de manière plus rationnelle, on peut éviter à être sujet à la misère émotionnelle, ce que les cornichonnes d’amour éprouvent souvent.

Souvenez-vous que même si vous préférez une liaison romantique, ceci ne veut pas dire que vous en avez besoin. Et que même si vous pouvez devenir triste et désolée, rien est horrible ou terrible. Vous pouvez toujours être une femme heureuse.



Test

Êtes vous une cornichonne d’amour ?

Lisez ces dix affirmations et écrivez les chiffres correspondants :

4 = Tout à fait d’accord
3 = Plutôt d’accord
2 = Plutôt pas d’accord
1 = Pas d’accord du tout

  1. J’ai du mal à prendre plaisir à la vie, lorsque je ne suis pas amoureuse/lorsque je n’aime pas.
  1. Je ne me sens entière que lorsque je suis amoureuse ou lorsque j’aime quelqu’un, sinon je me sens inutile, démoralisée et insignifiante.
  1. Je dois avoir l’amour de mes bien-aimés tout le temps sinon je me sens insuffisante et insignifiante.
  1. Je ne peux pas supporter que mon partenaire me repousse ou me désapprouve.
  1. L’une des pires choses au monde est d’être sans une personne à aimer et qui m’aime.
  1. J’ai besoin d’être persuadée que mon bien aimé n’aime et n’aimera que moi, pour toujours.
  1. J’ai besoin d’amour pour être satisfaite et heureuse
  1. Mon bien-aimé est la seule personne au monde pour moi. Il est le seul à rendre ma vie valable à être vécue et moi-même précieuse
  1. Ça serait horrible de perdre mon bien-aimé, je ne pourrais pas supporter ça.
  1. Si mon bien-aimé se fiche de moi, la vie n’a plus aucune valeur et je pourrais tout autant mourir.

Faites le total de vos points et trouver votre degré de cornichonnerie d’amour


Les points :

35-40 : Vous êtes très attaquée par la cornnichonerie, au degré collant. Votre relation amoureuse est caractérisée par un instinct de possession absolue, la passion et beaucoup de hauts et de bas émotionnels. Les demandes que vous exigez de votre bien aimé sont beaucoup plus que ce que la plupart des hommes peuvent surmonter. Un changement vers une attitude plus rationnelle et adéquate vous aidera beaucoup à être plus heureuse dans vos liaisons.


25-34 : Vous êtes une cornichonne ! Bienvenue dans le club, car la plupart des gens sont un peu cornichons sur les bords, lorsqu’on parle d’amour. Mais il vous faut travailler dur pour apprendre à vous apprécier vous-même en dehors d’une relation amoureuse, bien que vous soyez, bien entendu, toujours plus heureuse dans une liaison contenant de l’amour réciproque. Bon courage et n’oubliez pas que l’on soit dans une liaison heureuse ou non, personne n’est constamment heureux.


10-24 : La plupart des personnes dans cette catégorie sont des individualistes qui sont surtout satisfaits par leur travail. Votre liaison amoureuse est sûrement aussi caractérisée par l’individualisme et la confiance en soi. Vous risquez d’avoir du mal à supporter un partenaire cornichon.

© 1996 - Cyril Malka - Publié dans "Alt for Damerne" 52 - Décembre 1996

Retrouvez tous les articles de Cyril Malka sur http://malka.fr et les nouvelles sur http://malka.info
Les internautes qui ont lu cet article ont aussi consulté