Accueil du site
> Psycho & Sexo > Conseils & Solutions
Mon logo CareVox
CareVox par RSS
CareVox sur Facebook
CareVox sur Twitter
4 conseils pour parler avec une personne qui bégaie
4 conseils pour parler avec une personne qui bégaie
rubrique
note des lecteurs
date et réactions
1er avril 2011
Auteur de l'article
LaurentGB, 1 article (Rédacteur)

LaurentGB

Rédacteur
note moyenne des lecteurs
nombre d'articles
1
nombre de commentaires
0
nombre de votes
0

4 conseils pour parler avec une personne qui bégaie

4 conseils pour parler avec une personne qui bégaie

Le récent succès du discours d’un roi a permis au grand public de mieux connaître le bégaiement et ses conséquences pour les personnes qui en souffrent. Pourtant, beaucoup de gens sont désemparés lorsqu’ils sont confrontés à une personne qui bégaie et ne savent pas quelle attitude adopter. Si vous êtes dans ce cas, voici 4 conseils qui devraient vous aider.

Une de mes connaissances, qui ne bégaie pas, est allée voir mon blog et m’a fait la remarque suivante. « C’est sympa et ça doit sûrement être utile pour les personnes bègues mais tu ne dis rien pour ceux qui ne bégaient pas. Et moi je ne sais pas comment réagir lorsque je me trouve face à une personne qui bégaie. Par exemple, est-ce que je dois finir ses phrases ? »

Sur le moment, je l’ai écoutée poliment en pensant que ce n’était pas l’objet du blog. Et puis, en réfléchissant (ça m’arrive), je me suis dit que, même si le bégaiement est d’abord notre problème, il pouvait être utile d’« éduquer » notre entourage afin de créer un environnement propice au rétablissement.

Je m’adresse donc aujourd’hui aux personnes non bègues qui sont souvent mal à l’aise face au bégaiement et ne savent pas quoi faire. Je me suis inspiré de mon expérience personnelle bien sûr mais surtout de ce que j’ai pu trouver sur le site de la Stuttering Foundation of America, sur celui du National Stuttering Project et sur le forum du bégaiement. Si vous bégayez, cet article peut aussi vous aider à expliquer à vos proches ce que vous attendez d’eux. J’ai choisi de me limiter à 4 conseils pour qu’ils soient faciles à retenir et que l’échange avec un bègue ne ressemble pas à un manuel de pilotage ! Les voici.

1. Le contact visuel tu maintiendras :

Maintenez un contact visuel normal et attendez patiemment et naturellement que la personne ait terminé. Vous restez ainsi dans la communication. Essayez également de ne pas paraître inquiet ou intrigué. Rien de plus déstabilisant et stressant que de voir des sourcils se froncer, d’être dévisagé comme une bête curieuse ou, peut-être pire, de voir notre interlocuteur regarder ailleurs d’un air gêné, comme si l’élastique de notre pantalon venait brusquement de lâcher. De manière générale, montrez à la personne bègue, par vos manières et vos actions, que vous écoutez ce qu’elle dit – pas comment elle le dit.

2. Tes conseils pour toi tu garderas :

Evitez de faire des remarques comme : "Ralentis," "Respire", "Détends-toi" ou « Prends ton temps ». Ces conseils simplistes peuvent être perçus comme humiliants et n’aident pas la personne qui bégaie. Le bégaiement est un problème complexe, il est souvent ancré depuis plusieurs années et demande un long travail. Vos conseils partent d’un bon sentiment mais dites vous que d’une part, la personne les aura déjà entendus, d’autre part elle est suffisamment intelligente pour se rendre compte qu’elle est tendue… Les personnes qui bégaient en s’adressant à vous ne vous demandent pas une consultation… juste que vous les écoutiez.

3. Jamais ses phrases tu ne termineras :

Vous pouvez être tenté de terminer ses phrases ou de compléter ses mots. Essayez de ne pas le faire. D’une part, vous pouvez vous planter, d’autre part cela peut être vécu comme infantilisant voire humiliant par la personne bègue. Comme tout n’est pas simple et que toutes les personnes bègues ne réagissent pas forcément pareil, vous pouvez cependant essayer de capter dans le regard ou l’expression de votre interlocuteur sa permission pour terminer ponctuellement un mot ou une phrase. Avec les gens que vous connaissez, vous pouvez aussi poser la question pour savoir si cela peut les aider.

4. Ton débit tu ralentiras :

La communication est un échange et vous observerez que l’on s’aligne souvent sur le débit et l’intensité de parole de son interlocuteur, ainsi que sur sa gestuelle. En ralentissant votre débit, vous évacuez le sentiment d’urgence, souvent fatal pour un bègue, et vous lui laissez la possibilité de prendre son tour de parole sans devoir se précipiter. Attention ! Ne ralentissez pas non plus exagérément, comme si vous vous adressiez à un neuneu, ça pourrait être aussi mal perçu…

Voilà 4 conseils simples qui devraient vous aider… Et en les relisant, je me rends compte d’une chose : ça devrait aussi vous aider dans vos échanges avec les personnes qui ne bégaient pas ! Si, si, réfléchissez bien…

Laurent
Les internautes qui ont lu cet article ont aussi consulté