Accueil du site
> Psycho & Sexo > En savoir plus sur...
Mon logo CareVox
CareVox par RSS
CareVox sur Facebook
CareVox sur Twitter
Peut-on allonger ou élargir le pénis ?
Peut-on allonger ou élargir le pénis ?
rubrique
note des lecteurs
date et réactions
9 octobre 2008 | 9 commentaires
Auteur de l'article
Michel Schouman, 6 articles (Chirurgien Urologue)

Michel Schouman

Chirurgien Urologue
note moyenne des lecteurs
nombre d'articles
6
nombre de commentaires
0
nombre de votes
0

Peut-on allonger ou élargir le pénis ?

Peut-on allonger ou élargir le pénis ?

On pourrait aussi se poser la question autrement : faut-il allonger ou élargir le pénis ? En fait, c’est une demande qui a été à la mode pendant quelques années, les techniques existent, elles donnent des résultats qui ne sont parfois pas mauvais, mais il faut vraiment se poser la question de savoir si cela a un intérêt réel.


Un certain nombre de patients ont vraiment une petite verge, une verge qui est petite par rapport à la moyenne nationale. Il faut quand même savoir que des études ont été faites sur la longueur du pénis en érection et que la moyenne nationale (quand je dis nationale, c’est la moyenne européenne, américaine, etc.) semble se situer entre 12 et 14cm en érection, autrement dit les gens qui font 15 ou 16cm en érection doivent s’estimer heureux et pour ceux qui mesurent moins de 12cm, c’est vrai qu’il est peut-être un peu plus difficile d’avoir une vie sexuelle épanouie. Il y a des solutions. Mais la demande n’est pas celle-là.

La plupart du temps, c’est ce que l’on appelle le « syndrome des vestiaires ».
Ce sont des patients qui viennent nous voir en disant : « moi, c’est au repos que cela m’ennuie, je n’ose pas me changer quand je fais du sport, je ne vais pas à la piscine parce qu’il faut maintenant mettre des maillots moulants et j’ai l’impression d’avoir un slip vide et vis-à-vis des autres hommes qui sont là, je me sens ridicule ».
Alors ce complexe des vestiaires, on peut, peut-être, le traiter autrement.
On peut l’aborder par la psychothérapie, parce que malgré tout l’objectif n’est quand même pas dans la vie d’avoir une verge qui soit grosse au repos, à la rigueur en érection on pourrait comprendre ; encore que cela puisse se discuter
Au repos, finalement, c’est un peu comme une voiture : Elle vous transporte d’un lieu à un autre ; ensuite on peut avoir une petite voiture ou une voiture de luxe, mais cela reste toujours une voiture.
Une verge cela sert à uriner et à avoir une activité sexuelle. Quand on peut faire les deux, on peut s’estimer heureux. Après, il y a donc ce « complexe des vestiaires » qui, par la psychothérapie, peut parfois être résolu. Les hommes peuvent apprendre à accepter leur corps, tel qu’il est.
Il ne faut pas confondre avec ce que l’on appelle le micro-pénis, qui est une anomalie rare. Le pénis mesure moins de 7 cm en érection, environ 3 cm au repos. Il s’agit d’une malformation qui est parfois évitable par un traitement hormonal avant la puberté. Chez l’adulte, il n’y a que des solutions chirurgicales.
Dans d’autres cas, les hommes demandent à pouvoir mieux remplir le vagin de leur partenaire.
C’est un désir qui est illusoire. Réfléchissons cinq minutes : Le vagin d’une femme laisse passer lors de l’accouchement un bébé de 50cm et 3,5kgs en moyenne.
Est-ce que vous imaginez que l’on peut faire une verge de 50cm et 3,5kgs : Evidemment pas. Evidemment ce n’est pas la verge qui peut remplir le vagin de la femme, c’est le vagin de la femme qui, entouré de ses muscles, peut se contracter autour de la verge. Le vagin est un organe adaptable et un organe qui a une musculature. D’ailleurs quand on rééduque certaines femmes pour des problèmes d’incontinence urinaire, elles nous disent non seulement « je n’ai plus de fuites urinaires, mais en plus je sens mieux mon partenaire quand j’ai des rapports sexuels et du coup notre activité sexuelle est meilleure et notre couple va mieux ».

Donc voilà exposées la possibilité de réaliser ces interventions et la nécessité d’en faire le moins possible.

En revanche, si on veut se faire opérer, il faut le faire avec des chirurgiens qui ont une grande habitude de le faire et ils ne sont pas nombreux.

Il y a en gros deux interventions que l’on peut faire, l’une qui consiste à allonger la verge en sectionnant le ligament suspenseur, c’est-à-dire le ligament qui accroche la verge sous l’os pubien et à utiliser la peau pour abaisser un petit peu. Cette intervention donne une augmentation de longueur au repos, mais pratiquement pas en érection et cela il faut bien le dire au patient avant l’intervention pour qu’il ne soit pas déçu.




L’autre intervention que l’on peut faire est sur l’épaisseur de la verge.Et sur l’épaisseur de la verge, on peut le faire en injectant de la graisse que l’on a prélevée sur le patient et que l’on a traitée pendant l’intervention : on l’a filtrée, on l’a centrifugée, on a éliminé les impuretés et on l’injecte entre la peau de la verge et les corps érectiles. On obtient un volume supplémentaire qui, évidemment ne durcira pas en érection, mais qui sera un volume visible, un volume palpable.

Malheureusement, cette graisse a tendance à se résorber et à se résorber parfois de façon disharmonieuse, c’est l’inconvénient.
L’avantage, c’est que c’est un geste qui est très bénin et que l’on peut éventuellement répéter, c’est-à-dire que l’on peut réinjecter pour « mettre une deuxième couche » en quelque sorte qui permettra d’obtenir un résultat esthétique satisfaisant.
Et puis si, au bout de deux ou trois fois, la graisse ne tient vraiment pas, et ça, malheureusement c’est imprévisible, il vaut mieux ne pas insister et arrêter ces techniques. Mais quand on a une graisse qui tient bien, une belle couche graisseuse qui s’est formée autour des corps caverneux, on peut avoir un résultat harmonieux qui satisfait le patient.

Donc ce qui est important, je crois, dans cette chirurgie, c’est d’avoir un praticien qui est très habitué à ce type de chirurgie, que ce praticien dise la vérité au patient sur le résultat qu’il peut espérer, l’avertisse des difficultés éventuelles que l’on peut rencontrer, sur les impossibilités, sur les limites de cette chirurgie, sur les complications éventuelles et que les patients puissent y aller en toute confiance, sans zones d’ombre, sans face cachée et dans ces conditions là, on peut espérer de bons résultats.

Je crois qu’il est important aussi, qu’avant toute décision opératoire, le patient puisse voir au moins un psychologue, une psychothérapeute, parfois un psychiatre, si on a un doute sur une pathologie psychiatrique réelle sous jacente pour éviter des déconvenues à la fois pour le patient et pour le praticien.

 

Docteur Michel Schouman Urologue Andrologue
Les internautes qui ont lu cet article ont aussi consulté
Mots-clés :
Sexualité
Commentaires
20 votes
(IP:xxx.xx1.20.123) le 9 octobre 2008 a 11H50
 (Visiteur)

:-))

Peut on elargir le cerveau ?

4 votes
par Tzecoatl (IP:xxx.xx0.214.69) le 9 octobre 2008 a 12H45
Tzecoatl (Visiteur)

Le faire grossir je ne sais pas, mais pour éviter qu’il rétrécisse, la vitamine B12 serait la panacée : évitez donc les régimes végétariens et végétaliens non complémentés.

4 votes
(IP:xxx.xx6.23.105) le 9 octobre 2008 a 12H13
 (Visiteur)

 :/-) :/-) :/-) :/-)

11 votes
par Lucas Durts (IP:xxx.xx4.214.185) le 9 octobre 2008 a 13H16
Lucas Durts (Visiteur)

Texte intéressant, malheureusement pour le Dr Schouman j’ai (pour l’instant) tout ce qu’il faut là où il faut...

Naturavox publiait récemment une video du Dr Dupagne montrant pourquoi le DÉPISTAGE du cancer de la prostate n’était pas à conseiller, ce qui nécessite quelques explications effectivement.

www.naturavox.fr/Le-depistag...

Alors il est probable que le business des urologues risque de connaître quelque baisse. Je comprends qu’il soit intéressant d’indiquer des pistes de diversification. Cet article sent un peu trop l’auto-promotion...

Par ailleurs, conformément à la loi n° 2002-303 du 4 mars 2002 relative aux droits des malades et à la qualité du système de santé, l’article R4113-110 du Code de la Santé Publique prévoit l’obligation d’information du public sur les liens directs ou indirects que les professionnels de santé entretiennent. Il serait souhaitable que le Dr Schouman explicite ses liens d’intérêt le cas échéant : il me semble qu’il opère en secteur privé (lucratif). Ce n’est pas une tare, mais c’est mieux - et obligatoire - de le préciser clairement justement.

8 votes
par Le furtif (IP:xxx.xx1.91.54) le 9 octobre 2008 a 13H55
Le furtif (Visiteur)

Le résultat serait le même en rétrécissant les pastèques

7 votes
(IP:xxx.xx2.62.186) le 9 octobre 2008 a 16H14
 (Visiteur)

En ce moment il nous intéresserait plus de savoir comment faire remonter les bourses ! Quand au syndrome du vestiaire(? !)... après s’être défoncé sur un terrain, on a autre chose à faire que de mettre son nez dans les affaires des autres ! D’autant que d’après la sagesse populaire, il vaut mieux en avoir une petite vigoureuse qu’une grande langoureuse... et en conclusion,en la matière, le savoir faire compte plus que l’outil...

6 votes
par vieujeu (IP:xxx.xx8.163.93) le 9 octobre 2008 a 17H34
vieujeu (Visiteur)

Les limousines ne peuvent pas aller n’importe où, alors qu’on est plus indulgent avec une Uno !

2 votes
par david (IP:xxx.xx4.205.220) le 16 août 2012 a 14H05
david (Visiteur)

Il faut savoir que la section du ligament suspenseur du pénis est une intervention foireuse, car non contente de ne pas allonger la longueur de votre pénis lors de l’érection, il faut savoir que lors de l’érection vous banderez vers le bas...

Inspirer plus de respect dans les vestiaires ou faire une croix sur un élément de vigeur face à madame...

Peut importe la nature de l’outil, c’est le talent qui fait l’artisan.

2 votes
par Bien membré (IP:xxx.xx0.210.88) le 8 août 2013 a 02H59
Bien membré (Visiteur)

Je suis très bien membré avec mes 19cm dis donc