Accueil du site
> Psycho & Sexo > Vérité sur...
Mon logo CareVox
CareVox par RSS
CareVox sur Facebook
CareVox sur Twitter
Petite ou grande soeur ? Quel est votre genre ?
Petite ou grande soeur? Quel est votre genre?
rubrique
catégorie
note des lecteurs
date et réactions
13 août 2008 | 2 commentaires
Auteur de l'article
Cyril Malka, 19 articles (Psychologue)

Cyril Malka

Psychologue
note moyenne des lecteurs
nombre d'articles
19
nombre de commentaires
0
nombre de votes
0

Petite ou grande soeur ? Quel est votre genre ?

Petite ou grande soeur? Quel est votre genre?

Êtes-vous la grande soeur ? La personne sociale et responsable ? Ou êtes-vous la petite soeur qui prend les choses avec plus de légèreté ? Et votre collègue ? Votre boss ? Quel est son genre ? Les psychologues danois Oluf Martensen-Larsen et Kirsten Sørrig se sont penchés sur la question.

Vous vous demandez peut-être pourquoi vous tombez toujours dans les mêmes situations et pourquoi vous réagissez plus ou moins de la même façon.

Vous avez votre conception propre des choses et cette conception est également influencée par votre place dans le " troupeau familial ". Le psychologue autrichien Alfred Adler en avait déjà parlé et cette théorie refait surface, maintenant épaulée par ce qu’on sait des théories cognitives.

Dans la relation entre les frères et soeurs, on y trouve ce qui s’appelle : le " comportement automatique " .

Nous gardons tous ce " comportement automatique " tout au long de notre vie. Il s’agit d’une structure de base que nous prenons avec nous dans les relations, au travail et dans notre vie de tous les jours. Nous avons une forte tendance à répéter ce comportement, que ce soit le positif ou le négatif.

Je suis, par exemple, l’aîné de la famille, et les personnes qui me connaissent n’en sont pas étonnées, je suis souvent, tout naturellement, celui qui prend les choses en main. Ceci peut porter à des conflits vis-à-vis de ceux ayant eu ce même rôle dans leur famille.

Les enfants ayant été enfant unique ont également une autre structure de personnalité. Voyons ces choses plus en avant...

La grande soeur - ambitieuse et responsable

En tant que boss ou dans la famille, elle a du mal à y inclure les autres, car elle sait parfaitement ce qu’il faut faire.

aînée

Au moment où l’aîné naît (la plupart des cas, bien sûr !), il y a force de " ooooh" , et " aaaah" , " qu’elle est belle" , etc. Mais avec le temps, ces démonstrations de joie se transforment en attentes.

Les attentes sont le prix de l’attention qui a été donnée à l’enfant. Avec le temps, l’aînée développe une voix intérieure, un " censeur " , qui pousse dans le même sens.

Cette voix intérieure rend la grande soeur responsable, consciencieuse et scrupuleuse. Elle domine, prend la position de " cheval de tête " en prenant l’initiative et en étant celle qui organise.

Pour cette raison, une aînée sera un bon chef classique. Elle est, par définition, celle qui gère les situations. Elle assure un bon cadre pour tous.

Mais le management moderne lui sera plus difficile. Les problèmes de la grande soeur ne sont pas trop de gérer, mais surtout d’écouter et de déléguer.

Ce qu’elle doit apprendre à faire est de ne pas tout faire elle-même, elle doit apprendre à déléguer et à responsabiliser les autres. Que ce soit au travail, avec les amis ou avec le partenaire. Elle a du mal à donner des responsabilités aux autres et si elle a des employés qui aimeraient gagner de l’influence... Cela ne leur sera pas facile.

En gros, les grandes soeurs sont un peu plus femmes de carrière et un peu plus ambitieuses que les soeurs plus jeunes.

Sécurité

Dans le privé, l’aînée est une base sûre. Ses enfants savent à quoi s’en tenir avec elle et ils savent aussi qu’ils ont une maman qui leur rappellera de mettre leurs écharpes et de faire leurs devoirs.

Ses amies viennent la voir lorsqu’ils ont besoin d’un coup de pied tonifiant et s’ils ont besoin d’organiser quelque chose. Elle a presque toujours un plan. Elle sait ce qu’elle fait.

Les aînées sont sûres de ce qu’elles font. Elles sont comme ça. Cela n’a rien à voir avec la confiance en soi, car elles n’ont pas nécessairement plus de confiance en soi que les autres, mais elles ont une envie naturelle de forcer les choses, il faut qu’il se passe quelque chose. Elles sont dans l’action.

La force de l’aînée et son instinct de protéger charment beaucoup. Elles aiment être là pour les autres.

Mais cela peut aller trop loin, bien entendu. Elles peuvent devenir étouffantes et décider pour les autres.

Il est important que l’aînée ajuste ses attentes envers les autres et envers la vie en général. Il lui sera bon d’écouter les retours qu’elle aura des autres, en qui elle fait confiance. Mais il lui faudra le courage d’oser demander aux autres de lui dire franchement ce qu’ils pensent d’elle.

L’aînée en quelques mots :

Responsable - prend souvent toute les responsabilités :

- Consciencieuse

- Ambitieuse

- Aime décider

- A beaucoup d’attentes envers elle-même et envers les autres

- A du mal à déléguer et a du mal à demander de l’aide.

La cadette - empathique, elle évite les conflits

Elle est celle qui choisit des amis un peu bizarres et qui ose être différente.

cadette

La cadette commence comme la dernière. Et en tant que telle, elle va admirer la grande soeur.

Pendant que la cadette est petite soeur, elle va en tirer tous les avantages. Elle a la protection de la grande soeur et l’attention des parents, car elle est " la petite " ... Mais arrive encore un enfant dans la famille  !

La façon dont la cadette se développera dépend du moment auquel la petite soeur arrive. D’après les calculs, le mieux est qu’il y ait quatre ans entre les enfants, car dans ce cas, chacun a le temps d’être spécial et unique pendant quelques années.

Si le troisième enfant arrive plus tôt, la cadette peut facilement, avec raison, se sentir menacée du bas et du haut.

L’aînée a son rôle comme la responsable, la petite soeur est la petite que tout le monde aime bien et la cadette doit maintenant soit trouver son propre rôle soit combattre un rôle qu’on lui a attribué.

On aura une tendance à donner à la cadette un rôle prédéfini : la gentille, la facile, la colérique...

La place du milieu donne également de bonnes qualités et de bonnes armes pour le reste de la vie. Elle est plus flexible et adaptable que ses soeurs. Elle peut être grande ou elle peut être petite, elle peut entrer et sortir de plusieurs rôles. Elle est douée pour le relationnel.

Elle est généralement très empathique et compétente socialement.

La grande soeur a une tendance à choisir des amis qui sont " corrects ", la cadette, elle, a des amis au comportement plus nuancé. Elle a peut-être aussi plus d’amis que la grande soeur.

Elle se met facilement à la place des autres ce qui fait qu’elle est ouverte aux personnes plus marginales. La cadette est celle chez qui on va pleurer et être écouté. Elle console sans donner de conseils.

Elle s’incline

C’est une fille sensible et douce qui a un peu de mal à faire preuve de caractère, que ce soit au travail ou dans la vie privée.

Elle est douée dans ses interactions avec les autres. Elle sait comment faire fonctionner une équipe et gérer les tensions émotionnelles d’un groupe et elle en comprend bien les processus.

Si c’est nécessaire, elle sait prendre les responsabilités et le commandement d’un groupe, mais de préférence, lorsque tout va bien, car elle a du mal à faire preuve d’autorité et à gérer les conflits. Pour cette raison, il lui sera plus difficile de devenir boss.

Mais il est rare qu’elle en ait envie de toute façon.

Car aussi dans la vie de famille, la cadette préfère se concentrer sur les relations que sur les choses plus extérieures. Il ne lui est pas très important de devoir suivre certaines attentes. L’important pour elle est de parler avec son mari, ses enfants et ses amis et comprendre comment ils se sentent.

Lorsqu’il y a des problèmes, elle a plutôt tendance à s’incliner, car comme elle a une forte compréhension des problèmes des autres et qu’elle évite les conflits, elle est un peu trop souvent malléable et soumise.

La cadette en quelques mots

- Empathique

- Bonne médiatrice

- Plutôt orientée groupe

- Fait beaucoup pour les autres et a une tendance à oublier ses besoins

- Craint les conflits.

La petite soeur - la rebelle charmante

Lorsqu’on fait la fête, on pense à la petite soeur. Mais elle peut avoir du mal à rester en place.

petite soeur

La petite soeur prend rapidement la place de la petite rigolote de la famille. Elle devient vite la petite chérie que tout le monde protège, à qui tout le monde fait attention et... accepte.

On pourrait dire que la petite dernière est " Born to rebel " (née pour se rebeller). Car elle va dans une tout autre direction que ses soeurs et prend son propre rôle. On pourrait dire qu’elle prend son " temps de parole " en faisant ce qu’aucun des autres n’a fait.

La petite soeur grandit là où se trouve le soleil.

En règle générale, il y a beaucoup de choses positives liées au fait d’être la petite soeur. Les parents ne sont plus aussi ambitieux, ils ont moins d’attentes et sont plus cool que lorsque les autres étaient petites.

Cette relaxation déteint sur la petite soeur. Elle peut facilement évoluer dans un groupe, car elle n’a ni besoin de prendre de responsabilité, ni besoin d’être médiatrice. Elle est là, c’est tout, et elle y reste tant qu’elle s’y plaît.

La petite soeur est créative, innovante et amusante. Elle apporte quelque chose de neuf au groupe. Elle y apporte des points de vue différents et neufs, mais elle peut avoir une tendance a être égoïste et à penser : pourquoi devrais-je faire ceci, si je n’en ai pas envie ?

Le mari, les enfants et les amies de la petite soeur aiment ses idées un peu folles. Elle est celle à qui les amis téléphonent lorsqu’ils font la fête. C’est aussi elle qui peut égayer une entreprise un peu terne.

Les enfants d’une petite soeur s’ennuient rarement. Maman trouvera des choses amusantes à faire et tout le monde suit gaiement.

Mais la petite soeur peut avoir du mal à sentir quand il faut se mettre en veilleuse et se ressourcer.

Pour cette raison, il est bon pour la petite soeur de se marier à un " grand frère " qui pourra lui tenir tête et structurer le quotidien.

Un nouveau leader

Auparavant, on n’accordait aucune qualité de leader aux " derniers nés " , entre autres car ils ne prennent généralement pas les grosses responsabilités. Mais la tendance s’est développée ces dernières années (surtout dans les pays anglo-saxons et les pays nordiques), et on s’éloigne de plus en plus de structures très hiérarchisées. La petite soeur est créative et douée pour ce qui est du travail de groupe. Elle sait comment mettre les actions en oeuvre et elle n’a pas cette tendance à désirer se tenir en bout-de-table. Ce sont des qualités de plus en plus recherchées chez les décideurs modernes.

La petite soeur en quelques mots

- Exempt de responsabilités

- Créative

- Charmante (à la limite de la manipulation)

- Amusante et gaie

- Rarement gênée par les attentes des autres.

La fille unique - forte et libre

Elle a l’habitude de se débrouiller toute seule, mais les attentes des parents lui pèsent.

unique

Un enfant sans frère ni soeur a une enfance solitaire. Elle a l’attention de ses parents et autant de aaaaaah ! et de ooooh ! qu’une aînée ainsi qu’une bonne dose de charme " petite-soeur " .

Elle est beaucoup avec ses parents et on lui parle beaucoup. Aucune soeur ne lui coupe la parole et personne ne la domine lorsqu’elle prend l’attention des parents. Elle ne sent pas sa position, ses propriétés ou son territoire menacé par d’autres.

C’est comme cela que la fille unique devient une femme responsable, consciencieuse et souvent très cultivée. Elle est libre, forte et habituée à se débrouiller seule.

Cela en fait une amie, une femme, une collègue, une mère, qui sait elle-même trouver sa place dans la relation.

Mais le joug de la fille unique est toutes les attentes que les parents ont d’elle.

Quel que soit le nombre d’enfants qu’elle ait, elle a tendance à réutiliser la façon dont elle a été élevée.

La fille unique en quelques mots

- A confiance en soi

- A un avantage intellectuel

- Choisit ses propres chemins

- Ne veut pas être commandée

- S’attend à être complimentée

Retrouvez tous les articles de Cyril Malka sur http://malka.fr et les nouvelles sur http://malka.info
Les internautes qui ont lu cet article ont aussi consulté
Commentaires
7 votes
par TALL (IP:xxx.xx9.151.201) le 13 août 2008 a 12H52
TALL (Visiteur)

Les facteurs soeur/frère, aïné/cadet ont certainement un impact profond sur l’évolution des personnalités, c’est clair. Mais ce ne sont évidemment pas les seuls facteurs. Il faut donc intégrer ça à un ensemble + vaste pour avoir un profil crédible.

5 votes
par cathy30 (IP:xxx.xx5.167.89) le 13 août 2008 a 13H48
cathy30 (Visiteur)

le 1er enfant : image du père 2ème celle de la mère 3ème celle de la fratrie 4ème celle du père et ainsi de suite cela permet d’avoir une plus grande vision de nos héritages