Accueil du site
> Psycho & Sexo > Etudes Scientifiques
Mon logo CareVox
CareVox par RSS
CareVox sur Facebook
CareVox sur Twitter
Les femmes préfèrent les hommes qui ressemblent à leur père
Les femmes préfèrent les hommes qui ressemblent à leur père
rubrique
note des lecteurs
date et réactions
17 septembre 2008 | 11 commentaires
Auteur de l'article
Cyril Malka, 19 articles (Psychologue)

Cyril Malka

Psychologue
note moyenne des lecteurs
nombre d'articles
19
nombre de commentaires
0
nombre de votes
0

Les femmes préfèrent les hommes qui ressemblent à leur père

Les femmes préfèrent les hommes qui ressemblent à leur père

Chacun a tendance à se choisir un compagnon qui ressemble à son père ou une compagne qui ressemble à sa mère affirme une étude publiée mercredi 3 septembre dans les Proceedings of the Royal Society, l’Académie des sciences en Grande-Bretagne.

Une équipe conduite par Tamas Bereczkei, de l’Université de Pecs (Hongrie), a mis au point un modèle définissant 14 zones faciales - largeur de la mâchoire, écartement des yeux, hauteur du visage...-, et ont considéré 52 familles incluant chacune un couple (partenaires âgés de 21 à 32 ans) et leurs deux parents. Les couples étaient ensemble, en moyenne, depuis 18,6 mois.

Ils ont constaté une similarité significative entre les traits de l’homme et de son beau-père, et de la femme et de sa belle-mère. Les points de comparaison étaient des visages choisis au hasard.

Dans le détail, les chercheurs ont constaté des ressemblances marquées : les hommes auraient tendance à choisir une femme dont les proportions faciales, surtout celles du bas du visage (bouche et mâchoire) se rapprochent de celles de leur mère : les deux femmes avaient tendance à avoir les mêmes épaisseurs de lèvres, largeur de bouche et taille des mâchoires. Par contre, il n’existait pas de lien avec le visage de leur père.

Les femmes étaient plus susceptibles de sélectionner un homme dont la partie centrale du visage — la distance entre la bouche et le sourcil, la hauteur du visage, la distance entre les yeux et la taille du nez — était similaire à celles de leur père. Et ici encore, il ne semblait pas y avoir de lien avec le visage de leur mère.

Pourquoi ce choix inconscient ? Afin de favoriser l’évolution. Chercher des traits génétiques proches "peut fournir aux individus des avantages supplémentaires pour s’adapter", estime Tamas Bereczkei. De fait, cela pourrait augmenter le degré de partage de gènes de l’individu avec sa descendance, et renforcer la représentation génétique des générations futures. Et assurer ainsi une meilleure sauvegarde de ses gènes. C’est ce que les chercheurs ont nommé "empreinte sexuelle".

Les chercheurs soulignent que les résultats ne pourraient pas s’expliquer par une attraction vers les partenaires dont l’apparence rappelle des traits familiers : les hommes ne montreraient pas de préférence pour les partenaires dont les proportions faciales ressemblent à celles de leur père et le même phénomène apparaît pour les femmes et leur mère.

Retrouvez tous les articles de Cyril Malka sur http://malka.fr et les nouvelles sur http://malka.info
Les internautes qui ont lu cet article ont aussi consulté
Commentaires
7 votes
par TALL (IP:xxx.xx9.185.82) le 17 septembre 2008 a 11H42
TALL (Visiteur)

Ce qui est sûr, c’est que la relation avec le père conditionne fortement la vie amoureuse de la femme. Idem pour le garçon avec sa mère.

15 votes
par maxim (IP:xxx.xx4.181.207) le 17 septembre 2008 a 12H41
maxim (Visiteur)

ah bon ? le père de ma première femme était un petit brun aux yeux marrons ,et moi grand blond aux yeux bleu vert ...

idem pour ma seconde épouse ,pére de petite taille brun yeux noirs ,et moi toujours grand blond d’1,80m toujours blond aux yeux clairs ...

je pense plutôt que l’on recherche l’opposé de ce que l’on est ..

exemple,les brunes préferent les blonds et vice versa .... les femmes qui ont traversé ma vie étaient souvent des filles du Midi ,des brunes très typées Méditerranéennes .....

8 votes
par TALL (IP:xxx.xx9.144.203) le 17 septembre 2008 a 13H41
TALL (Visiteur)

Note, maxim, que tu peux avoir des préférence par rejet. La nana qui a eu des blèmes avec son dady et qui du coup cherche son contraire. Idem avec les mecs rapport à la mère. Mais que ce soit par attrait ou rejet, de toute façon, l’image paternelle/maternelle reste primordiale.

4 votes
par BOGGIO (IP:xxx.xx8.117.215) le 18 septembre 2008 a 04H19
BOGGIO (Visiteur)

Soyons sérieux ! On peut rechercher l’exotique et le "différent" dans les relations à court terme (fantasmatiques) et le proche, voire le très proche, pour le projet de vie commune et la vie de famille.

De manière générale, les gens s’épousent ou concubinent dans le même milieu socio-culturel, et en plus, avec un écart d’âge moyen de 3 ans entre H et F.

Autrement dit, on a rarement envie de vivre avec quelqu’un qui écoute du Johnny, si on aime l’opéra (et qu’on souhaite que nos enfants préfèrent l’opéra à Johnny).

Il y a toujours les quelques exceptions à la règle.

0 vote
par julie (IP:xxx.xx1.146.119) le 15 février 2009 a 18H42
julie (Visiteur)

salut maxim,

je pense que c’est plus les traits du visage apparemment, et pas les couleurs cheveux/yeux ou taille.

Mais ce qui m’a particulièrement intéressée dans ton commentaire , c’est que tu dis aimer les brunes et qu’elles souvent aiment les blonds .. Je pense que c’est vrai ! enfin pour moi ça se vérifie. :))

0 vote
par julie (IP:xxx.xx1.146.119) le 15 février 2009 a 18H42
julie (Visiteur)

salut maxim,

je pense que c’est plus les traits du visage apparemment, et pas les couleurs cheveux/yeux ou taille.

Mais ce qui m’a particulièrement intéressée dans ton commentaire , c’est que tu dis aimer les brunes et qu’elles souvent aiment les blonds .. Je pense que c’est vrai ! enfin pour moi ça se vérifie. :))

5 votes
par Valou (IP:xxx.xx7.17.100) le 17 septembre 2008 a 14H00
Valou (Visiteur)

Moi je pense plutôt que le femmes préfèrent les hommes à qui leur père ressemble :-p

14 votes
(IP:xxx.xx1.214.38) le 17 septembre 2008 a 18H09
 (Visiteur)

Les femmes préfèrent les hommes qui ressemblent à leur père

Clichés, régurgitation de lieux communs, stratégie de clonage d’esprit. C’est tellement rassurant et souvent lucratif de faire croire qu’on peut ranger tous les esprits dans des petites boites. Manque plus que les gènes codés.

Je préfère regarder ailleurs , merci , avec moi ça ne marche pas votre camelote. Bye .

7 votes
par maggie (IP:xxx.xx1.105.36) le 17 septembre 2008 a 18H37
maggie (Visiteur)

J’ai choisi un homme très différent physiquement de mon père (mon papa est européen et mon compagnon asiatique) mais plutôt similaire dans leur caractère. Je précise que mon père est plutôt un homme qui sait apaiser et donner à la figure paternelle une idée très positive. L’attitude compte tout de même bien plus que les traits physiques.

2 votes
(IP:xxx.xx8.32.16) le 18 septembre 2008 a 09H08
 (Visiteur)

... l’exposé de cette étude me réveille ! et si c’était vrai...il faudrait en tirer les conclusions sur la représentation que l’on se fait de notre monde et de nous , êtres humains. Je ne suis pas du tout un psychologue comme vous, mais j’ai été choqué d’apprendre, l’été dernier, qu’un être humain peut vivre avec une hydrocéphalie donc avec un cerveau gros comme une noix. Il donne satisfaction à sa famille et à sa femme et à son chef de service ...que d’erreurs faisons-nous en tuant les bébés par l’avortement recommandé sinon quasi-obligatoire !

Votre observation vient pour continuer de nous dire que nous vivons dans une grande "’ ’ famille’ ’ " un peu différente de notre famille parentale... et si le monde oriental dit vrai avec ses corps différents...(dont trois du mental je crois ?)...que tout ceci doit mener loin !

3 votes
par Rim (IP:xxx.xx8.223.85) le 2 octobre 2008 a 11H41
Rim, 51 articles (Medecin)

La recherche de l’identité du père à travers un conjoint n’est qu’une étape de la maturation pychologique de la femme. on ne résoud pas entièrement son complexe durant l’enfance, puisqu’une part de la conflictualité est sexuelle.Il est bénéfique, pour la santé et la longévité du couple que la femme, ait pu résoudre "ce problème" avant, souvent à travers une relation précédante.