Accueil du site
> Psycho & Sexo > En savoir plus sur...
Mon logo CareVox
CareVox par RSS
CareVox sur Facebook
CareVox sur Twitter
La schizophrénie serait le prix de l’évolution
La schizophrénie serait le prix de l'évolution
rubrique
note des lecteurs
date et réactions
27 août 2008 | 1 commentaires
Auteur de l'article
Cyril Malka, 19 articles (Psychologue)

Cyril Malka

Psychologue
note moyenne des lecteurs
nombre d'articles
19
nombre de commentaires
0
nombre de votes
0

La schizophrénie serait le prix de l’évolution

La schizophrénie serait le prix de l'évolution

Des chercheurs anglais, allemands et chinois disent avoir déterminé que la schizophrénie est une conséquence malheureuse de l’évolution rapide du cerveau humain.

Le groupe de recherche dirigé par Philip Khaitovich, de l’Institut Max-Plank pour l’Anthroplogie Evolutionaire et la branche de Shanghai de l’Académie des Sciences chinoise a examiné les cerveaux d’humains qui étaient schizophrènes et d’humains qui n’étaient pas schizophrènes et les ont comparés aux cerveaux de chimpanzés et de singes rhésus.

Khaitovich a expliqué que les scientifiques recherchaient des différences dans les concentrations et les expressions d’instructions génétiques afin d’identifier des "mécanismes moléculaires impliqués dans l’évolution des habilités cognitives humaines".

D’après Khaitovich, les gènes et les métabolites sont altérés chez le schizophrène. Surtout ceux qui sont reliés au métabolisme de l’énergie sont beaucoup changé lors de l’évolution et ce sont les gènes les plus touchés.

" Notre recherche suggère que la schizophrénie est un sous-produit de l’augmentation de la demande métabolique demandée par l’évolution du cerveau humain. Le cerveau humain est unique en son genre, car il a de fortes demandes métaboliques. Si nous pouvions expliquer comment notre cerveau peut gérer un tel flux métabolique, nous pourrions plus facilement comprendre comment le cerveau fonctionne et pourquoi il " casse " de temps à autre, " a expliqué Philip Khaitovich. (Cyril Malka)

L’étude vient de paraître dans le journal Genome Biology.

Retrouvez tous les articles de Cyril Malka sur http://malka.fr et les nouvelles sur http://malka.info
Les internautes qui ont lu cet article ont aussi consulté
Mots-clés :
Psychologie
Commentaires
1 vote
par dom y loulou (IP:xxx.xx9.61.243) le 11 juillet 2011 a 11H45
dom y loulou (Visiteur)

les grands primates, comme le reste des mammifères, n’ont pas de neo-cortex

cette couche sensible du cerveau permet de dissocier les éléments et de les recombiner dans l’esprit

les aom ne sont pas sensés passer leurs journées à se prendre pour un autre

là c’est le symtpoome de la maladie psychique, du déraillement

ce don unique de dissocier les éléments est propre à l’être humain devenant co-créateur de la nature car il peut agir sur les matières et leur donner des combinaisons qu’elles n’avaient pas encore

il a dès lors intérêt à se baser sur les lois des équilibres naturels s’il veut user de ce don sans causer des dommages avec la technologie

car nos empreintes sont avant tout matérielles même si des foules pensent qu’elles dessinent l’univers comme elles veulent avec leur pensée, c’est faux, l’univers a ses lois et ce sont les aom qui doivent les apprendre et non des petits dieux qui pourront dicter à l’univers sa marche ou sa nature

cette société a un besoin urgent de sortir des mystifications religieuses pour user des sagesses que les spiritualités ont préservées jusqu’à nous, trouver cet alliage spirituel avec les éléments vivants de la terre dont nous faisons partie est une base dont nous ne pouvons nous dissocier

Ludus - le jeu de perles de verre