Accueil du site
> Psycho & Sexo > En savoir plus sur...
Mon logo CareVox
CareVox par RSS
CareVox sur Facebook
CareVox sur Twitter
Amour et sexualité : La première fois, un moment clé
Amour et sexualité : La première fois, un moment clé
rubrique
note des lecteurs
date et réactions
9 janvier 2009 | 1 commentaires
Auteur de l'article
Rim, 51 articles (Medecin)

Rim

Medecin
note moyenne des lecteurs
nombre d'articles
51
nombre de commentaires
14
nombre de votes
1

Amour et sexualité : La première fois, un moment clé

Amour et sexualité : La première fois, un moment clé

Au pays des Hommes sexués

Les premières expériences sexuelles sont un apprentissage très important dans la vie de tout homme et de toute femme. Voici quelques rappels pour que tout se passe bien la première fois.

JPEG - 16.4 ko
Amour et sexualité : La première fois, un moment clé

"Créer, c’est faire l’amour avec l’invisible. Recréer, c’est vouloir faire l’amour avec les autres." Michel Conte - Nu... Comme dans nuage

La sexualité est le fruit d’un apprentissage

Il existe bien une vérité qu’il est nécessaire de regarder en face : les bébés ne naissent pas dans les choux ni les roses ; ce ne sont pas non plus les cigognes qui les apportent. Garçons et filles sont dotés de sexe, et de sexualité.
Les premières expériences sexuelles sont un apprentissage très important dans la vie de tout homme et surtout de toute femme, car, si elles sont mal vécues, elles risquent de laisser en nous des séquelles indélébiles.

Or le sexe n’est pas « naturel ». C’est le fruit de l’apprentissage. Si les idées reçues ne manquent pas c’est parce que le sexe reste un sujet qu’on n’aborde pas. Comme l’éducation sexuelle dans notre société est quasi inexistante voire faussée (films X, magazines pornographiques, etc.), il n’est pas étonnant que beaucoup de jeunes vivent mal cette « première fois ».

Avant tout j’aimerai rappeler qu’il est impératif de toujours avoir à l’esprit les risques de SIDA et autres infections sexuellement transmissibles, ainsi que le risque de grossesse. Préservatif et contraception, n’hésitez pas à en parler à votre médecin.

Le premier rapport est toujours un moment délicat aussi bien pour le garçon que pour la fille. On est stressé, on a peur de se qu’on ne connaît pas.
Pour faciliter les choses, le mieux serait que le partenaire débutant ou les deux débutants se l’avouent. Mais souvent on n’ose pas ou on veut laisser croire qu’on a déjà de l’expérience (surtout les garçons). La relation sexuelle est avant tout un rapport amoureux qui demande de la confiance, de la complicité, beaucoup d’amour et d’attention de la part des deux partenaires. C’est un grand moment d’échange.

Du point de vue sexuel, les différences physiques, mentales et psychologiques entre l’homme et la femme sont grandes. L’homme peut s’exciter très rapidement, et entrer alors en érection, alors que la femme met souvent plus de temps pour être physiquement prête à recevoir son partenaire, d’où la nécessité des préliminaires.

JPEG - 47.3 ko
Adam et Eve, 1526 , Lucas Cranach , Courtauld Institute of Art Gallery

Un peu d’anatomie :

Chez la femme comme chez l’homme, la feuille de vigne cache… un sexe.
Les organes sexuels féminins sont plus complexes que les organes sexuels masculins.

Chez la femme on distingue :
- Les organes externes (appelés vulve) : le pubis ou mont de Vénus, les grandes lèvres, les petites lèvres et le clitoris.
- Les organes internes : le vagin renfermant sur sa face antéro-inférieure le fameux point G.

Chez l’homme rien n’est caché (ou presque), on distingue :
- Le pénis (ou verge), regroupant : le gland, la hampe (ou corps de la verge), la couronne, le frein.
- Le scrotum (ou bourses) renfermant les testicules.

Il faut noter que les seins, le périnée et l’anus ne sont pas des organes génitaux, mais, richement innervés et sensibles aux stimuli sexuels, ce sont des zones érogènes très importantes.

Petit préliminaire sur les zones érogènes :

C’est l’apéritif qui prépare le corps au 7ème ciel.
On appelle zone érogène une partie du corps qui, riche en récepteurs sensoriels, devient très sensibles aux caresses.

Chez la femme le corps est couvert de zones érogènes (pour ne pas dire que le corps entier est une zone érogène). En d’autres termes, les femmes ont la sensibilité à fleur de peau.
Ce sont surtout les seins (mamelons et auréoles), les lèvres, le cou, le lobe des oreilles, le ventre, la cambrure du dos, l’intérieur des cuisses, les chevilles et les pieds qui sont des zones érogènes, mais il ne faut pas oublier que toute partie du corps peut l’être aussi. Il ne faut pas non plus oublier que chaque femme est différente de l’autre, donc ce qui peut être très érogène chez l’une peut l’être beaucoup moins chez l’autre (voire désagréable).

Chez l’homme, c’est surtout et avant tout le pénis, zone érogène numéro un et en majuscule. C’est surtout le gland et le frein, mais aussi le scrotum. Cependant, toute partie du corps peut aussi être une zone érogène, de la nuque jusqu’aux pieds, en passant par les seins, le ventre et le dos.

Qui dit préliminaires dit caresses. Inutile donc d’appuyer comme un fou furieux. Effleurements du bout des doigts, baisers, titillements légers, « léchouillages » (jeux de langue), l’effet ne se fera pas trop attendre.

Un peu de physiologie :

Pour que le rapport sexuel ait lieu, il faut que l’homme et la femme soient prêts. Il faut savoir que la femme met un peu plus de temps pour que le désir se transforme en une excitation physique.

Chez la femme, l’excitation entraîne un afflux sanguin dans le petit bassin (le bas ventre). Le sexe alors gonfle, les lèvres deviennent épaisses et s’écartent, ouvrant l’entrée du vagin. Le clitoris devient turgescent. A cette étape succède la lubrification du vagin (plus ou moins importante selon les femmes) rendant glissante l’entrée du vagin.

Chez l’homme, l’excitation entraîne un afflux sanguin dans les tissus de la verge qui gonflent à leur tour et deviennent tumescents. Le gland gonfle, la hampe durcit, la verge se dresse faisant un angle, plus ou moins aigu, avec le ventre.
A ce stade, la pénétration devient possible.

La pénétration :

Bien qu’il soit possible d’introduire la verge sans s’aider de ses mains, il est plus facile de le faire avec. La main caressant la vulve va repérer l’entrée du vagin vers laquelle vous dirigerez votre verge, à moins que ça ne soit la femme qui prenne l’initiative. La pénétration doit se faire en douceur, surtout la première fois.
La déchirure de l’hymen (ou défloraison) peut très bien s’être déroulée sans rapport sexuel, au cours d’un exercice de sport par exemple. Il faut savoir aussi qu’il y a des hymens qui sont si élastiques qu’ils ne se déchirent pas lors de la pénétration, comme il existe des hymens qui « ne saignent pas ». Donc l’absence de saignement ne veut pas dire que la fille n’est pas vierge. La défloraison peut s’accompagner d’une légère douleur due à la déchirure de cette membrane, mais elle peut aussi être indolore. Le tout est que la fille soit détendue et que la pénétration soit douce (on n’est pas en train de forcer une serrure !).

La position dite « du missionnaire » est celle recommandée pour les premières fois. La femme allongée sur le dos, les jambes écartées, l’homme se plaçant au dessus d’elle fait glisser lentement son sexe dans celui de sa partenaire. Cette position, même si elle n’est pas la plus riche en sensations, permet un contact corporel intense, important pour la première fois.

Le préservatif, comment et quand :

Règle d’or : même pressé, ne jamais oublier d’utiliser un préservatif.

Commencer par vous exercer avant le « grand jour ». Dans la cadre de la promotion de l’usage du préservatif en Côte d’Ivoire, on n’avait pas lésiné sur les moyens : manches à balais et bananes pour que femmes et hommes, adultes et adolescents, s’entraînent au bon usage de « la coiffe » en latex.
Vérifiez que la partie à dérouler se trouve à l’extérieur. Pincez l’extrémité du préservatif (le réservoir) afin d’en chasser l’air. Placez-le au bout de votre sexe et déroulez le jusqu’à la base du pénis en érection tout en maintenant le réservoir. La sensation bizarre que vous éprouvez actuellement s’estompera, après en avoir utilisé plusieurs.

Utiliser un lubrifiant à base d’eau pour permettre une pénétration plus facile. N’utiliser jamais de corps gras (vaseline, etc.), car ils rendent le matériau poreux et donc perméable.
Vous pouvez enfiler le préservatif avant ou pendant les préliminaires. Le préservatif peut être également mis par la femme, ce qui peut constituer un jeu érotique, selon la façon de le mettre.

Après l’éjaculation se retirer tout en retenant le préservatif sur la base de la verge. Enlever le préservatif, le rouler dans un kleenex et le jeter à la poubelle.
Eviter le contact de votre sperme (mains, verge) avec le corps de votre partenaire.

Savourez la sensation de volupté qui suit l’amour. Enlacés, prenez le temps de reprendre votre souffle. C’est un moment d’une intense sensualité.

Les internautes qui ont lu cet article ont aussi consulté
Mots-clés :
Sexualité Ado Couple
Commentaires
1 vote
(IP:xxx.xx5.151.235) le 9 janvier 2009 a 21H02
 (Visiteur)

Parler de sexualité reste un grand tabou. peut-on aborder ce sujet, délicat, avec les jeunes (ses enfants, ses élèves et étudiants) quand on n’est pas capable de se reconcilier avec sa propre sexualité. Un énorme travail à entreprendre sur tout ce manque d’information à l’enfance qui se transforme en joug et chaînes à l’âge adulte.