Mon logo CareVox
CareVox par RSS
CareVox sur Facebook
CareVox sur Twitter
Yaourts et obésité
Yaourts et obésité
note des lecteurs
date et réactions
25 juin 2012 | 5 commentaires
Auteur de l'article
LunedeSable, 17 articles (Consultante en nutrition)

LunedeSable

Consultante en nutrition
note moyenne des lecteurs
nombre d'articles
17
nombre de commentaires
6
nombre de votes
4

Yaourts et obésité

Yaourts et obésité

Je ne parle généralement pas de sujets liés à mon travail, mais là, il faut vraiment que je vous parle des yaourts.

Une étude, parue le 24 mai dernier dans la revue Microbial Pathogenesis¹, a fait beaucoup de bruit. Sur internet, les articles titrent « les yaourts font-ils grossir » et donnent même le nom des responsables : les probiotiques. J’ai regardé de près l’article en question et je peux vous dire que non, les probiotiques ne font pas grossir et que oui, vous pouvez manger des yaourts sans avoir peur pour votre tour de taille.

Tout d’abord, la méta-analyse à l’origine de la polémique porte majoritairement sur des animaux d’élevage : 70 études sur les 82 prises en compte par les chercheurs. Ces animaux sont par définition en croissance, et la prise de poids n’a pas été caractérisée : masse grasse ou masse maigre, ce n’est pas la même chose, on ne peut pas confondre croissance en bonne santé et obésité !

Que disent les études chez l’homme ?

Sur les 12 études chez l’homme, 4 sont déclarées par l’auteur comme montrant une « prise de poids » après la prise de probiotiques. En réalité :

  • L’une d’elles concerne des sujets adultes². Les variations de poids sont de 40 g après 3 semaines de traitement et de 210 g à 6 semaines, ce qui selon les auteurs de l’étude « est négligeable ».
  • La deuxième³, réalisée en 1952 (!), montre que l’ajout de probiotiques dans l’alimentation des nourrissons favorise la croissance. Néanmoins, les nourrissons nourris au biberons + probiotiques grandissent moins que ceux nourris seulement au sein ou au sein + probiotiques…
  • Les résultats des deux dernières études ne sont pas accessibles (elles ne sont pas référencées dans le papier) et leur analyse n’est pas faite dans l’article… Et vu les erreurs de jugement sur les deux premières, j’ai du mal à le croire sur parole. Néanmoins si quelqu’un peut me les envoyer, je suis preneuse !

Que disent les études chez l’animal ?

Les articles mentionnent les espèces de probiotiques à l’origine de la prise de poids, et mettent en cause les lactobacilles. Quand on y regarde de plus près, certaines des expériences citées sont consacrées à la recherche d’un effet « anti-obésité » chez des animaux minces ou chez des obèses (1 seul essai chez l’homme, 6 essais chez l’animal). L’effet « anti-obésité » est clairement démontré dans tous les cas.

Les autres expériences étudient l’effet de différentes espèces de lactobacilles sur le gain de poids : ils s’expliquent par une meilleure résistance aux maladies chez le poulet⁴ et chez la souris⁵ ou par un effet anti-diarrhéique qui induit une meilleure croissance des animaux⁶. Les effets des probiotiques sont donc bénéfiques pour leur croissance, grâce à une meilleure résistance aux maladies, mais n’induisent pas de prise de masse grasse.

Science et alimentation… Attention aux effets d’annonce !

Les produits laitiers fermentés comme le yaourt, les fromages ou les laits fermentés contiennent des bactéries aux propriétés bénéfiques utilisées depuis des centaines, voire des milliers d’années. Ces bactéries sont l’objet d’études scientifiques depuis le début du 20ème siècle.

Depuis 20 ans et l’amélioration des techniques de recherche scientifiques, le nombre d’études sur les probiotiques ne cesse d’augmenter. Les études scientifiques sont particulièrement prometteuses sur l’influence positive des probiotiques sur le système immunitaire et le système digestif, et les champs de recherche s’élargissent en permanence. J’avais d’ailleurs fait un article sur les découvertes récentes sur le microbiote.

La diffusion d’informations sur les travaux de recherche en cours est une bonne chose, car elle participe à l’amélioration des connaissances sur notre alimentation et montre le formidable élan de la recherche dans le monde. Néanmoins les conclusions des études scientifiques sont à manier avec prudence…

Bon appétit !

Les internautes qui ont lu cet article ont aussi consulté
Commentaires
0 vote
par trape (IP:xxx.xx7.213.194) le 26 juin 2012 a 17H50
trape (Visiteur)

"je ne parle généralement pas de sujets liés à mon travail" Surprenant ! Puisque on peut penser que c’est le domaine que l’on connait le mieux...

J’en conclue que vous avez "jeté, professionnellement, un coup d’oeil" à cette problématique ; je vais vous poser la question suivante : Remy Burcelin, de l’Inserm (Toulouse) n’avait-il pas conclu de l’intérêt d’une certaine colonisation bactérienne intestinale, pour lutter contre l’obésité (de ses souris) et, mais je peux me tromper, il me semblait qu’il s’agissait des mêmes souches ?

0 vote
par LunedeSable (IP:xxx.xx6.89.35) le 29 juin 2012 a 10H46
LunedeSable, 17 articles (Consultante en nutrition)

Effectivement, il a travaillé sur l’impact de certaines souches sur l’inflammation liée à l’obésité ou au diabète chez les souris. Mais ce n’était pas les mêmes souches : il s’agissait de bifidobactéries.

Dans une publication parue dans Diabetologia (Cani et al., 2007), il suggérait de développer des stratégies pour modifier le microbiote intestinal pour favoriser le développement des bifidobactéries, celles-ci ayant un effet préventifs sur l’inflammation chez la souris.

Il a également montré que l’alimentation pouvait fortement influer sur la composition de la flore intestinale, notamment sur la proportion de bifidobactéries. Leur proportion diminue lorsque les souris ont des régimes riches en graisses mais peuvent être, selon Burcelin, stimulée par l’ingestion de prébiotiques, de fibres ou de probiotiques...

Ces études chez l’animal sont intéressantes et porteuse d’espoir, mais ce qu’elles soulignent c’est qu’il faut rapidement faire des études chez l’homme !

0 vote
par trape (IP:xxx.xx7.215.209) le 29 juin 2012 a 12H51
trape (Visiteur)

J’en conclue que les yaourts au Bifidus sont recommandés à l’inverse des yaourts "normaux" au lactobacillus bulgaricus, rhamnosus (pour faire savant) ! (?)

0 vote
par LunedeSable (IP:xxx.xx6.89.35) le 29 juin 2012 a 14H36
LunedeSable, 17 articles (Consultante en nutrition)

Ces études scientifiques c’est l’arbre qui cache la foret : s’il faut une conclusion pour notre alimentation, ce serait plutôt : mangez de tout, un peu, savourez vos repas...

Les yaourts sont de bons produits, qui participent à alimentation équilibrée. Si vous aimez les yaourts au bifidus, pas de raison de vous priver... et si vous avez des soucis de santé allez voir votre médecin. Chez moi, j’essaie de laisser la science derrière la porte de la cuisine :D

0 vote
par trape (IP:xxx.xx7.215.209) le 29 juin 2012 a 17H25
trape (Visiteur)

D’abord, rien ne contredit mieux une étude...qu’une autre étude de sorte qu’il faut relativiser, ce qui n’est pas toujours facile à faire comprendre aux patients. En particuliers, avec les chefs d’entreprise qui ont l’habitude de fonctionner par objectif ; hors je crois (c’est ma façon de voir et de faire, dans mes consultations de nutrition) qu’il est plus important de comprendre la "direction" du comportement alimentaire et la mise en perspective des problèmes pondéraux. D’un autre côté, je suis obligé de signaler que beaucoup de confrères, sans être obsédés par la nutrition, l’ont complètement oublié pour leurs patients et pour eux-même, aussi.

"j’essaie de laisser la science derrière la porte de la cuisine"

 : Je serais surpris si vous me disiez que vous ne regarder jamais les compositions de ce que vous achetez...sans être obsessionnelle par ailleurs. Personnellement, c’est un réflexe car je préfère des produits faits avec des ingrédients basiques, comme à la maison. Il faut cependant chercher.

L’avantage, avec les études scientifiques, est qu’il en existe toujours une qui apporte de l’eau à notre "moulin de la santé". Ainsi on peut mettre en avant, le rôle positif des endorphines (à commencer sur la dépense énergétique), donc de l’importance du plaisir...ce qui justifie entièrement, scientifiquement, et de façon indiscutable, nos choix...gourmands !