Accueil du site
> Nutrition & Régimes > Les Actus
Mon logo CareVox
CareVox par RSS
CareVox sur Facebook
CareVox sur Twitter
Viande de cheval : Le danger de la phénylbutazone
Viande de cheval : Le danger de la phénylbutazone
catégorie
note des lecteurs
date et réactions
15 février 2013 | 4 commentaires
Auteur de l'article
Henri de Miebenthal, 476 articles (Kinésithérapeute)

Henri de Miebenthal

Kinésithérapeute
note moyenne des lecteurs
nombre d'articles
476
nombre de commentaires
0
nombre de votes
0

Viande de cheval : Le danger de la phénylbutazone

Viande de cheval : Le danger de la phénylbutazone

La Commission européenne a employé un ton rassurant, en ce 15 février, en déclarant que le scandale de la viande de cheval faussement estampillée bœuf tient avant tout de l’étiquetage et non de la menace sanitaire. Il n’empêche. L’Agence britannique de sécurité des aliments, la Food Standards Agency, a découvert que des carcasses de chevaux contenant un médicament anti-inflammatoire, la phénylbutazone, ont été exportées du Royaume-Uni vers la France. Le hic, c’est que selon les mêmes experts cet anti-douleur impropre à la consommation a pu entrer dans la chaîne alimentaire. Alors que la polémique enfle, le site Natura Sciences s’est de son côté intéressé de manière globale aux impacts sanitaires liés à la consommation de la viande et à la présence de micropolluants dans les produits carnés.

Les lasagnes au cheval, un scandale sur le point de devenir sanitaire ? Le ministère britannique de la Santé l’a révélé le 14 février dernier : 206 carcasses de chevaux ont fait l’objet de tests, et huit présentaient des traces de phénylbutazone, un anti-inflammatoire utilisé en médecine vétérinaire (et en médecine humaine jusqu’en 2011). Et il y a donc infraction, puisque, comme le rappelle la réglementation européenne, la présence de ce médicament rend la viande impropre à la consommation. Car il y a un risque, certes faible, pour la santé humaine.
 
Comme le rappelle Bernard Bégaud, professeur de pharmacologie à l’Université de Bordeaux, dans les colonnes du journal Le Monde « la phénylbutazone, un produit non stéroïdien, présente d’une part des problèmes de mauvaise tolérance à différents niveaux et, d’autre part, un risque probablement rare de réactions allergiques aiguës avec des lésions dermatologiques bulleuses ». Et comme l’ajoute le Docteur Pascal Gustin, expert en pharmacologie-pharmacothérapie-toxicologie à la Faculté de Médecine Vétérinaire de la Faculté de Liège, en Belgique, « il peut y avoir des effets beaucoup plus graves tels que l’anémie, une réduction de la production des plaquettes, des effets sanguins assez graves mais fort heureusement rares ».
 
Certes, aucune trace de ce médicament n’aurait été détectée dans les produits de la marque Findus au Royaume-Uni. Mais l’hexagone est concerné. Car, comme le note la FSA, « six carcasses seraient entrées dans le circuit français, et nous travaillons avec les autorités françaises pour sortir la viande de la chaîne alimentaire ». Et selon la FSA« la viande de cheval contenant de la phénylbutazone a pu être exportée et vendue à des consommateurs en France et en Belgique depuis un certain temps ». Sally Davis, l’experte des questions médicales au ministère de la Santé britannique, précise pour sa part qu’« au regard des quantités de phénylbutazone découvertes, une personne devrait consommer 500 à 600 hamburgers contenant 100% de viande de cheval par jour pour s’approcher de la dose quotidienne limite pour l’homme. Par ailleurs, le produit passe assez rapidement dans le système et il est peu probable qu’il s’accumule dans le corps ».

Le contexte est tout trouvé pour le site Natura Sciences, qui s’est livré à une analyse sur les dangers que représente la consommation de viande dans son ensemble. Car si la consommation régulière de viande accroît les risques de maladies et cancers, « il existe aussi un consensus scientifique sur le fait que de nouveaux virus se transmettant des animaux d’élevage à l’Homme constituent une menace sanitaire mondiale ». Les épizooties, telle que la grippe aviaire ou la grippe porcine, en sont une illustration redoutée. Autrement préoccupante, une étude américaine a montré que près de la moitié de la viande aux Etats-Unis est contaminée par des staphylocoques dorés (et dans plus de la moitié des cas, les staphylocoques étaient résistants à au moins trois types d'antibiotiques différents). Amateurs de viande, attention à vos assiettes !

Les internautes qui ont lu cet article ont aussi consulté
Commentaires
3 votes
par Ludwig (IP:xxx.xx4.21.169) le 16 février 2013 a 10H51
Ludwig (Visiteur)

Tout cela peut nous emmener très loin lorsqu’on sait que nos chères vaches laitières sont gavées d’antibiotiques et que l’on nous conseille de consommer des produits laitiers pour leurs "bienfaits". Là, on va être bien embarrassé si le débat glisse là dessus !

2 votes
par trape (IP:xxx.xx8.138.196) le 16 février 2013 a 12H05
trape (Visiteur)

Il faut arrêter de se faire peur, pour un rien. Le cas présent ne constate qu’une fraude mais surtout un "délire" dans le processus économique agro-alimentaire. Sur le plan nutritionnel, le cheval est une viande intéressante. Le politique va s"emparer du problème pour faire de la "com", très porteuse pour ce qui touche à la santé...et le même politique s’apprête à réintroduire les farines animales après nous avoir abreuvé de discours de repentis ou lénifiants. Nous touchons au sublime !

5 votes
par zebra2 (IP:xxx.xx7.29.180) le 16 février 2013 a 14H55
zebra2 (Visiteur)

Vous pouvez faire l’autruche, mais le phénylbutazone que l’on retrouve dans le cheval importé illégalement n’est pas du tout destiné à être ingéré par les humains, puisque ce produit a été INTERDIT : "L’utilisation du phénylbutazone est interdite en France pour les chevaux de boucherie destinés à l’alimentation, en raison du principe de précaution. En effet, il n’a pas de « limite maximale de résidu » (LMR), le seuil réglementaire de toxicité alimentaire fixé par la Commission européenne, et est donc considéré comme potentiellement nocif. "

3 votes
par Camille (IP:xxx.xx4.218.51) le 18 février 2013 a 11H28
Camille, 453 articles (Rédacteur)

Le problème c’est qu’on vous fait bouffer absolument n’importe quoi, sans que vous n’ayez la moindre chance de savoir de quoi il s’agit… Et que vous n’êtes pas le seul : même la marque qui met son logo sur la boîte que vous avez achetée ne le sait pas ! Il se trouve que c’est du cheval… Ça aurait aussi bien pu être du crapaud ou du rat crevé… Et pourquoi pas de la chair humaine ?