Mon logo CareVox
CareVox par RSS
CareVox sur Facebook
CareVox sur Twitter
Végétarisme, végétalisme, crudivorisme : avantages et inconvénients
Végétarisme, végétalisme, crudivorisme : avantages et inconvénients
note des lecteurs
date et réactions
5 mars 2014 | 4 commentaires
Auteur de l'article
DARCHE ERIC, 64 articles (Naturopathe)

DARCHE ERIC

Naturopathe
note moyenne des lecteurs
nombre d'articles
64
nombre de commentaires
2
nombre de votes
151

Végétarisme, végétalisme, crudivorisme : avantages et inconvénients

Végétarisme, végétalisme, crudivorisme : avantages et inconvénients
Aujourd'hui avec la profusion des régimes alimentaires, nombreux sont ceux qui ne savent plus à quel saint se vouer. L'expérience réelle n'est pas toujours au rendez-vous avec les affirmations péremptoires et rassurantes de bien de leurs adeptes. 
Cependant, est-il possible d'adopter d'autres régimes alimentaires que ceux pratiqués par la majorité d'entre nous, tout en évitant les erreurs et écueils liés à leurs pratiques ?
 

Le végétarisme

Le végétarisme consiste à exclure de la consommation, toute chair animale. La viande et le poisson étant proscrits ainsi que tous les produits dérivés ou de la même famille comme la charcuterie, les fruits de mer, etc. La consommation des sous-produits animaux comme les œufs et les produits laitiers sont acceptés.

Par peur d'être carencés en protéines, certains végétariens ont tendances à trop consommer de céréales ou de légumineuses ou encore d'oléagineux à l'origine de troubles digestif plus ou moins importants, d'intoxications en relation avec des fermentations et putréfactions intestinales excessives, de surcharge hépatique, de surcharge glucidique à l'origine de la prise de poids et d'hémogliase.

Passer d'un régime omnivore à un régime végétarien demande un certain temps d'adaptation, car la flore intestinale présente des différences dans sa composition selon que l'on mange de la chair animale ou pas. De plus, les protéines végétales étant protégées par de la cellulose demande la présence d'enzymes spécifiques pour la digérer.
Dans d'autres cas, c'est la consommation de fruits aqueux-acides qui peut être excessive et être à l'origine de frilosité, d'hypotension, de dévitalisation ou de déminéralisation.
Cependant certains végétariens sont réellement carencés en protéines car leur consommation d'œufs par exemple est insuffisante.
Certains végétariens se laissent "endormir" par les messages de l'industrie agro-alimentaire qui encourage à la consommation quotidienne de soja ainsi que ses dérivés. Malheureusement le soja possède des facteurs qui peuvent, à la longue, altérer la santé si leur consommation est excessive. Pour répondre à toutes ces questions un dossier spécial à propos du soja est en cours de réalisation.
 
L'alimentation végétarienne est un excellent "régime" alimentaire et peut être le meilleur qui soit à condition d'éviter différentes erreurs. Supprimer la consommation courante de viande aujourd'hui permet de répondre à de vraies questions et problèmes au niveau écologique, économique, et sanitaire.

Bien sûr, une consommation réduite de viande d'origine biologique pourrait apparaître comme une réponse satisfaisante à ces dernières problématiques. Cependant, on peut se demander pourquoi certains animaux comme les chats et les chiens ne sont pas consommés, tandis qu'un cochon ou une poule peuvent l'être. Il suffirait de créer des liens affectifs plus étroits avec ces animaux pour se rendre compte que notre logique est bien "fragile"...
Aujourd'hui, il n'y a aucune crainte à avoir pour sa santé si l'on supprime la consommation de viande et qu'en parallèle on observe une alimentation variée, équilibré et de qualité. Certains végétariens suppriment totalement la consommation de viande mais continuent à manger un peu de poisson et de produits de la mer. Cela peut être une alternative intéressante au régime omnivore.
 

Le végétalisme

Le végétalisme consiste à supprimer de sa consommation toutes les protéines d'origine animale ainsi que les sous-produits animaux tels que les œufs, le fromage, etc.
 
Un tel régime demande une très grande vigilance, surtout s'il n'a pas été commencé dans la jeunesse. En effet les végétaliens qui pratiquent ce régime très tôt dans la vie et avec "intelligence" arrivent dans bien des cas à être dépourvue de troubles de santé. Par contre, les personnes ayant adopté ce régime mais n'ayant pas assez de connaissances et de vigilances peuvent considérer qu'ils jouissent d'une excellente santé alors que ce n'est pas toujours le cas. En effet la carence protéinique va être à l'origine de troubles de l'humeur, d'une faiblesse immunitaire, hormonale, ou métabolique. Mais si la personne qui suit ce régime alimentaire ne fait pas le lien entre son réel état de santé et son alimentation, alors elle risque de persévérer dans cette direction et altérer gravement sa santé.
 

Le crudivorisme

Le crudivorisme consiste à ne consommer que des aliments crus. L'avantage de ce régime repose sur l'apport très important en nutriments vivants non altérés par la cuisson : vitamines, minéraux, oligo-éléments, enzymes etc. Un tel régime exclut par conséquent les molécules nuisibles pour la santé, provoquées par la cuisson comme les molécules de Maillard. Toutefois, ce régime particulier provoque l'exclusion de toute une série d'aliments que l'on ne peut consommer crus comme les pommes de terre, ou certaines céréales par exemple. La consommation de viande et de poisson crus n'est pas nocive en soi mais impose une fraîcheur extrême qu'il n’est pas toujours aisé de disposer quotidiennement.
 
Un tel régime peut convenir à une personne ayant une bonne vitalité ainsi qu'un bon pouvoir digestif. Cependant proposé à différentes personnes ayant une vitalité moyenne, celui-ci pourra provoquer un manque d'assimilation, des troubles digestifs plus ou moins importants et des carences nutritionnelles. De plus, le crudivorisme n'est pas très facile à pratiquer dans notre société. Dans ce contexte, introduire davantage d'aliment crus dans son régime en conservant certains aliments cuits reste une bonne option. Par exemple consommer 60 % d'aliments crus associé à 40 % d'aliments cuits dans sa ration quotidienne.

Eric Darche, Naturopathe spécialisé en nutrition.
Consultation sur toute la France par téléphone.
www.ericdarche.com
Tel : 04 42 96 33 18
Les internautes qui ont lu cet article ont aussi consulté
Commentaires
0 vote
par Marchaux (IP:xxx.xx6.230.107) le 19 mars 2014 a 17H13
Marchaux, 94 articles (Rédacteur)

merci pour cet article très intéressant !.

0 vote
par Camille (IP:xxx.xx3.147.12) le 19 mars 2014 a 18H11
Camille, 453 articles (Rédacteur)

Et les vegans dont le mode vie est basé sur le refus de toute forme d’exploitation animale

0 vote
par France (IP:xxx.xx7.97.107) le 20 mars 2014 a 23H08
France (Visiteur)

Je suis crudivore depuis plus de 20 ans, et je peux vous dire d’expérience qu’on peut manger des pommes de terre crues sans inconvénient SI ON LES AIME SANS L’AIDE D’UN ASSAISONNEMENT. Mon fils les mange ainsi, moi pas, car je n’aime pas ça. On peut aussi manger des céréales crues germées : mes enfants se régalaient de riz ou de seigle à peine germé. Le maïs doux frais est un vrai régal.

J’aime les lentilles trempées en début de germination, les petits pois frais, les fèves fraîches.

J’aime bien de temps en temps manger de la viande de porc ou de mouton crue, soit fraîche, soit séchée plusieurs semaines dans mon frigo. Les peuples primitifs faisait sécher leur viande pour la conserver. Mais le séchage ne se déroule bien que si la viande est d’excellente qualité : sauvage, ou d’élevage en pleine nature avec des aliments crus, tels que l’animal pourrait les trouver dans la nature. Sinon, même d’élevage bio, la viande pourrit dans le frigo avant de sécher. C’est même un test assez fiable pour juger de la qualité d’une viande. L’extrême fraîcheur n’est donc pas nécessaire pour la viande, ni pour le poisson, qu’on peut aussi faire sécher.

Quant aux troubles digestifs, ils sont quasiment inévitables au début d’un régime 100% cru, qu’il soit végétarien ou pas : ces troubles sont l’expression d’une activité d’élimination des toxines cuites qui dure plusieurs mois, assez intense les 4 premières semaines (diarrhées fréquentes) puis les troubles perdent en intensité et en fréquence avec le temps. Il s’agit d’un phénomène tout à fait comparable à un sevrage de drogue, d’alcool, ou de toute autre substance addictive. Le sevrage est toujours une phase pénible difficile à gérer. Mais même de faible vitalité, on gagne toujours en santé à se sevrer d’une addiction.

2 votes
par DARCHE ERIC (IP:xxx.xx0.92.186) le 21 mars 2014 a 16H46
DARCHE ERIC, 64 articles (Naturopathe)

Bonjour.

Merci pour votre message.

Le jus de pomme de terre est intéressant pour la santé. Par contre la pomme de terre entière et cru est indigeste pour bien des personnes à cause de son amidon.

Bien des personnes mangeant des pommes de terre cru ont des maux de ventre par la suite.

Le fait que vous n’avez pas de symptômes en mangeant des pommes de terre, ne veut pas dire pour autant que vous en profiter au niveau cellulaire. La digestion au niveau intestinale c’est une étape, l’assimilation au niveau cellulaire en est une autre....

Les céréales germées c’est vraiment très bien. Le jus d’herbe frais c’est une autre manière de manger les céréales comme l’orge. D’après de nombreux travaux scientifiques, il n’y a rien de comparable en nutrition que certains jus frais d’herbe comme l’orge par exemple.

Je suis d’accord avec vous à propos de votre témoignage sur la viande ; mais c’est une expérience pas évidente pour la majorité des gens.

Ceci étant dit on peut tout à fait se passer de la consommation de viande sans souffrir d’aucun symptômes si l’on bénéficie d’une alimentation saine et équilibrée.

Par contre je ne partage pas votre avis sur les troubles digestifs.

Les troubles digestifs sont l’expression très souvent d’un déséquilibre de la flore intestinale due à la spécialisation de notre flore en relation avec nos habitudes alimentaires. Ils sont aussi la conséquence de nombreuses autres causes diverses et variées comme les associations d’aliments incompatibles, l’augmentation du processus normal de putréfaction et de fermentation due à des erreurs...

Les crises d’élimination de toxines se font en général après le processus digestif. Ainsi on peut avoir une digestion apparemment correct sans troubles et cependant suivis d’une crise d’élimination sous forme de boutons par exemple, pour diverses raisons QUI PEUVENT ETRE MULTIPLES ET VARIEES.

Je dis en général car dans certains cas le foie peut faire office d’organe d’élimination des toxiques par la bile surtout dans les périodes de jeune ou de diète. Dans ce cas la crise d’élimination a lieu au niveau intestinal.