Accueil du site
> Nutrition & Régimes > Les Actus
Mon logo CareVox
CareVox par RSS
CareVox sur Facebook
CareVox sur Twitter
Une substance cancérigène dans le Coca-Cola
Une substance cancérigène dans le Coca-Cola
catégorie
note des lecteurs
date et réactions
9 mars 2012
Auteur de l'article
Léa Belleval, 97 articles (Rédacteur)

Léa Belleval

Rédacteur
note moyenne des lecteurs
nombre d'articles
97
nombre de commentaires
0
nombre de votes
0

Une substance cancérigène dans le Coca-Cola

Une substance cancérigène dans le Coca-Cola

Coca-Cola, la célèbre boisson gazeuse, va devoir modifier sa potion magique. En effet, un colorant présent dans sa recette serait cancérigène. Si Coca-Cola est soumis au changement de recette sur le territoire de la Californie, aucune loi en Europe ne force la firme d’Atlanta à procéder à des modifications.

La boisson la plus vendue dans le monde, le Coca-Cola, serait cancérigène. C’est plus précisément une substance chimique qui sert à colorer le produit, le 4-methylimidazole (4-MEI), qui est en cause. Et le 4-MEI est également utilisé par des marques concurrentes de Coca-Cola, dans plusieurs sauces soja et quelques bières. Le quotidien Le Monde, reprenant une information parue sur Discoverynews, s’en est fait l’écho. La faille avait été détectée en février 2011 par une association américaine de défense des consommateurs. Et l’Etat de Californie, particulièrement rigoureux en matière de législation sur les produits de consommation, n’a pas tardé à réagir en classant la substance chimique dans la liste des produits cancérigènes.

Selon les résultats, le Coca-Cola renfermerait 142 à 146 microgrammes du colorant dans l’équivalent d’une canette de 33 à 35 cl. Et cette quantité est supérieure au niveau maximum conseillé par les autorités californiennes, qui est fixé à 29 microgrammes sur une période de 24 heures. Le message adressé à la marque de boisson est clair : Soit Coca-Cola indique sur ses emballages que son produit est nocif (comme ce qui se fait pour les paquets de cigarettes), soit la marque change sa formule. Cet ultimatum, néanmoins, n’a pas cours en Europe, où la législation est plus souple.
 

Inscrivez-vous à la newsletter !
Les internautes qui ont lu cet article ont aussi consulté