Mon logo CareVox
CareVox par RSS
CareVox sur Facebook
CareVox sur Twitter
Une protéine à l’origine de l’obésité ?
Une protéine à l'origine de l'obésité ?
note des lecteurs
date et réactions
22 février 2012 | 1 commentaires
Auteur de l'article
Anouch, 6 articles (Medecine Douce)

Anouch

Medecine Douce
note moyenne des lecteurs
nombre d'articles
6
nombre de commentaires
0
nombre de votes
0

Une protéine à l’origine de l’obésité ?

Une protéine à l'origine de l'obésité ?

D’où peut donc venir l’obésité ? De la malbouffe, des gènes ? Un peu des deux ?

Une étude a été menée sur des souris dont on avait modifié la surface du foie. Sur ces cellules se trouve une protéine, la GPR 120, qui a un rôle fondamental dans la reconnaissance de certaines graisses, ou pour être plus exact de certains acides gras. Quand la quantité de ces protéines est insuffisante, certains acides gras ne vont pas être traités de la bonne façon, certains ne seront pas éliminés, d’autres envoyés au mauvais endroit et cela dérègle notre organisme. 

Une des pratiques courantes pour savoir si la personne est en surpoids est de calculer son IMC, son Indice de Masse Corporelle que vous pourrez calculer ici, et qui prend en compte le poids et la taille de la personne. L’étude évoquée dans ce billet, montre qu’une personne ayant un IMC jugé normal, donc pas en situation d’obésité, mais avec cette déficience en protéines GPR 120, pouvait devenir obèse. Pourquoi ? Parce que cette protéine dirige les graisses, et sans elle, les graisses peuvent aller se fixer au mauvais endroit, d’où risque d’obésité, mais aussi d’artères bouchées, de mauvaise gestion du cholestérol…

Les internautes qui ont lu cet article ont aussi consulté
Mots-clés :
Obésité Surpoids
Commentaires
1 vote
par trape (IP:xxx.xx7.85.197) le 22 février 2012 a 21H15
trape (Visiteur)

L’expérience faite, avait pour objectif de découvrir le rôle et le fonctionnement des omega 3 et pas de faire croire que les obésités, si fréquentes, sont dues à une mutation d’un récepteur ; tout au plus que le statut en omega 3 avait un rôle probable. La majorité des obésités retrouvent des comportements pathogènes ; et les patients le reconnaissent le plus souvent. La cause génétique "inexorable" a bon dos...