Accueil du site
> Nutrition & Régimes > Risques
Mon logo CareVox
CareVox par RSS
CareVox sur Facebook
CareVox sur Twitter
Une bactérie qui infecte les plantes qui infectent les hommes
Une bactérie qui infecte les plantes qui infectent les hommes
catégorie
note des lecteurs
date et réactions
12 septembre 2011
Auteur de l'article
Béatrice de Reynal, 207 articles (Nutritionniste)

Béatrice de Reynal

Nutritionniste
note moyenne des lecteurs
nombre d'articles
207
nombre de commentaires
0
nombre de votes
0

Une bactérie qui infecte les plantes qui infectent les hommes

Une bactérie qui infecte les plantes qui infectent les hommes

La si célèbre salmonelle infecte les plantes par les mêmes mécanismes qu’elle infecte les humains.... Salmonella typhimurium peut aussi bien infecter les oeufs ou la viande que les fruits et légumes crus. Mais ce que viennent de découvrir les chercheurs en équipe du CNRS, de l’INRA et de l’Université d’Evry, avec les universités de Giessen et de Vienne, c’est la manière dont elle le fait : en inhibant les défenses immunitaires de la plante.

Eh oui ! La plante a des défenses immunitaires...

Et alors, cette plante devient hautement infectieuse pour l'homme... 

La salmonellose est la plus commune des intoxications alimentaires, induite par une bactérie appartenant au genre Salmonella. Chaque année, 100 millions de personnes sont infectées à travers le monde ; elle est également la première cause de gastro-entérites et de la fièvre typhoïde. Jusqu’à récemment, on pensait que l’homme était infecté par l’ingestion de produits contaminés d’origine uniquement animale (viande, œufs, lait). Ce principe a été remis en cause par l’observation ces 10 dernières années d’une recrudescence de personnes infectées par la salmonelle ayant rapporté une consommation de crudités. Des recherches ont depuis confirmé que les légumes et les fruits contaminés doivent également être considérés comme des vecteurs de transmission de la salmonelle. La bactérie peut donc se retrouver dans toute la chaine alimentaire.

 
B : Arabidopsis saine
C : Arabidopsis contaminée par Salmonella typhimurium (14 jours)
©INRA, URGV
La salmonelle attaque les plantes en se liant à la surface des cellules végétales puis en migrant jusqu’aux pores des feuilles pour pénétrer dans la plante. Chez l’homme, la bactérie injecte à l’aide d’un appendice en forme de dard, un cocktail de protéines qui bloquent les défenses immunitaires et favorisent la prolifération de la bactérie dans l’organisme. Les chercheurs de l’Inra à Evry et à Tours, et des Universités de Giessen et de Vienne ont désormais observé le même phénomène chez la plante. Ils ont également montré que les salmonelles ayant contaminé des plantes sont très infectieuses chez l’homme et la souris, ce qui représente un nouveau défi en termes de sécurité alimentaire et de veille sanitaire.

Malgré tout, hommes et végétaux ne sont pas sans défense face à une attaque de salmonelles. En effet, ils ont développé des capteurs qui perçoivent l’attaque bactérienne et qui activent leurs systèmes immunitaires respectifs. L’infection se déclare en fonction de la rapidité et de l’intensité de la réponse immunitaire de l’hôte. Certaines variétés de plantes sont très résistantes aux infections par les salmonelles tandis que d’autres sont particulièrement vulnérables.

La salmonelle appartient avec Escherichia coli à la famille bactérienne la mieux étudiée (Entérobactéries). Une connaissance avancée des mécanismes utilisés par ces bactéries pour contaminer les plantes et une meilleure compréhension de la manière dont les plantes se protègent devraient permettre de réduire le nombre d’infections liés à la consommation de fruits et légumes.
 

POST-SCRIPTUM

  • Contacts : 
    Heribert HIRT - URGV Génomique Végétale (INRA-CNRS-Université Évry)
    Département scientifique « Génétique et amélioration des plantes »
    Centre INRA Versailles-Grignon

SOURCES

  • Références : 

    Schikora A, Virlogeux-Payant I, Bueso E, Garcia AV, Nilau T, Charrier A, Pelletier S, Menanteau P, Baccarini M, Velge P, Hirt H (2011) Conservation of Salmonella infection mechanisms in plants and animals. PLoS ONE, September 6, 2011
    http://dx.plos.org/10.1371/journal.pone.0024112
Les internautes qui ont lu cet article ont aussi consulté