Mon logo CareVox
CareVox par RSS
CareVox sur Facebook
CareVox sur Twitter
Stress : Pour moins manger, digérez vos émotions !
Stress : Pour moins manger, digérez vos émotions !
note des lecteurs
date et réactions
8 avril 2009
Auteur de l'article
Florian Saffer, 57 articles (Diététicien Nutritionniste)

Florian Saffer

Diététicien Nutritionniste
note moyenne des lecteurs
nombre d'articles
57
nombre de commentaires
15
nombre de votes
2

Stress : Pour moins manger, digérez vos émotions !

Stress : Pour moins manger, digérez vos émotions !

Connaissez-vous l’effet cocotte-minute ? Vous savez cette impression de tension, de nervosité intériorisée, ce malaise qui rend certains irritables, qui pousse d’autres à s’isoler, qui nous pousse souvent à manger pour nous apaiser...

Stress : Pour moins manger, digérez vos émotionsL’effet cocotte-minute est en fait l’accumulation de petites contrariétés : stress lié au travail, engueulade avec son conjoint, inquiétude liée à un événement à venir…

Gardons à l’esprit qu’éprouver des émotions négatives comme l’anxiété, la tristesse ou encore le stress, est normal et même utile : ces émotions nous permettent de nous adapter à notre environnement. Par exemple, le fait d’éprouver un peu de stress dans son travail permet de mobiliser un maximum d’énergie pour mener à bien cette activité.

Pour pouvoir réagir de manière adaptée à nos émotions faut-il encore les percevoir et les identifier.

Observons un peu le cas de Patrick 43 ans, cadre, divorcé :

« Moi je suis toujours à 200%, du matin où je me lève au soir lorsque je rentre je n’arrête pas, je suis ce que l’on appelle un « speed ». Je m’autorise quand même quelques pauses avec les collègues autour de la machine à café mais pour tout dire je ne déconnecte jamais. J’ai même l’impression que ça me dessert dans mon travail comme si cette énergie était en partie gaspillée (…) Le problème, quand je me retrouve seul à la maison, j’ai l’impression d’avoir accumulé trop de tensions, sans pouvoir pour autant arriver à mettre un mot sur ces émotions ; la seule façon de me calmer, me goinfrer, bouffer jusqu’à avoir le ventre bien rempli »

Le cas de Patrick est un bel exemple d’effet cocotte-minute. Patrick ne s’accorde finalement aucun moment pour « digérer » ses émotions ; ils les accumulent sans même s’en rendre compte et quand la cocotte est trop sous pression c’est l’explosion.

Mon conseil pour éviter l’effet cocotte-minute : prenez des pauses de 3 à 5 minutes toutes les 2 heures ou après un évènement chargé émotionnellement (engueulade avec un collaborateur, contrariétés…) pour « digérer » toutes ces émotions.

Voici un exercice de mindfulness (ou pleine conscience en français) simple, permettant de prendre conscience des émotions qui peuvent nous traverser :
  • Installez-vous confortablement,
  • fermez les yeux,
  • concentrez votre attention sur votre respiration, sans essayer de la modifier,
  • observez cette respiration : l’air rentre frais par votre nez ou votre bouche et ressort chaud et humide,
  • ne portez pas de jugement, il n’y a pas de bonne ou de mauvaise respiration,
  • concentrez votre attention sur cette respiration pendant 2 bonnes minutes,
  • mettez maintenant en contact le pouce et l’index de votre main droite,
  • prenez conscience de ce contact,
  • faites bouger votre pouce sur votre index,
  • considérer que vous prenez un vrai moment pour vous, une pause salutaire, méritée,
  • revenez à votre respiration.

Pendant cet exercice, il est fort probable que votre esprit soit traversé de nombreuses pensées, de souvenirs, d’émotions agréables ou désagréables. Laissez ces pensées et émotions vous traverser sans essayer de retenir les pensées agréables et de fuir les mauvaises pensées.

Faites le test pendant une semaine ; il est probable que votre niveau de tension diminue ainsi que et vos compulsions alimentaires. Vous arriverez à trouver davantage de réconfort dans l’alimentation ; ce qui au final vous ferra manger moins (2 carrés de chocolat suffiront à vous faire du bien !) .
"L'idéal diététique n'existe pas : manger équilibré c'est finalement manger avec une succession de déséquilibres"
Les internautes qui ont lu cet article ont aussi consulté