Accueil du site
> Nutrition & Régimes > Les Actus
Mon logo CareVox
CareVox par RSS
CareVox sur Facebook
CareVox sur Twitter
Statut social, obésité et portions extra-larges
Statut social, obésité et portions extra-larges
catégorie
note des lecteurs
date et réactions
1er juin 2012 | 1 commentaires
Auteur de l'article
Florence B., 33 articles (Rédacteur)

Florence B.

Rédacteur
note moyenne des lecteurs
nombre d'articles
33
nombre de commentaires
0
nombre de votes
21

Statut social, obésité et portions extra-larges

Statut social, obésité et portions extra-larges

Personne n’ignore le penchant des Américains pour tout ce qui est extra-large ; « the bigger, the better », dit l’expression consacrée. Que ce soit les maisons, les voitures ou les portions de nourriture, tout ou presque y est plus gros, plus grand, plus imposant. Plus d’un adulte américain sur trois est obèse. Une partie du problème réside dans les portions gargantuesques servies par la plupart des restaurants.

Au pays de l’oncle Sam, de nombreux grills proposent des steaks de 300 grammes et plus (plus de trois fois la portion recommandée par la FDA), ce qui équivaut dans certains restaurants à plus de 1000 calories. Selon le site d’USA Today, un plat de spaghetti au California Pizza Kitchen renferme pas moins de 1040 calories.

Selon le Dr Jennifer Gibson, chercheuse et journaliste médicale, les portions de nourriture mexicaine ont augmenté de 27% ces vingt dernières années ; quant aux hamburgers, leur poids a augmenté de 27%. De plus, les consommateurs se voient servir des verres de sodas deux fois plus grands qu’en 1990.

Mais pourquoi un tel excès de nourriture ? La première réponse qui vient à l’esprit, c’est évidemment la compétitivité : l’assurance de portions généreuses incite les consommateurs affamés à choisir tel restaurant plutôt qu’un autre. 

Mais il semblerait qu’un autre facteur psychologique rentre en compte : le sentiment de puissance que provoque des portions abondantes.

C’est ce qu’ont découvert des chercheurs de la Northwestern University, en Illinois. Selon eux, les consommateurs choisissent des portions XXL car cela leur donne le sentiment d’être « important ».

Après plusieurs expériences portant sur les portions, l’appétit et la perception de la nourriture, les scientifiques ont conclu que les consommateurs associaient taille des portions alimentaires avec statut social. 

En effet, le fait de savoir que d’autres personnes pouvaient voir leur choix a incité la grande majorité des participants à opter pour des portions plus importantes que lorsqu’ils se trouvaient tout seuls. Le prix, en revanche, n’est pas apparu comme un facteur déterminant.

Toujours selon les chercheurs, cela s’est montré particulièrement vrai pour les personnes se situant en bas de l’échelle sociale ; plus on se sent impuissant socialement, limité matériellement, plus notre choix se porte sur des portions alimentaires généreuses.

Comme le note le Dr Gibson, il y a là un paradoxe : d’un côté, la société occidentale révère la minceur ; de l’autre, la population mange et s’enrobe de plus en plus. Notre rapport à la nourriture est devenu d’une complexité parfois malsaine, comme le montre l’incidence grandissante des troubles du comportement alimentaire dans les pays développés.

Or en matière de nourriture, la qualité prime bien souvent sur la quantité.

 

SOURCES

  • http://fr.121doc.net/obesite.html

    http://www.usatoday.com/yourlife/food/diet-nutrition/2010-08-31-supersizingus31_ST1_N.htm

    http://brainblogger.com/2012/05/26/supersize-your-status/
Les internautes qui ont lu cet article ont aussi consulté
Nutrition & Régimes
Commentaires
1 vote
(IP:xxx.xx8.146.25) le 8 juin 2012 a 08H29
 (Visiteur)

Un truc tout simple et qui ne coûte rien, pour éviter de se resservir et de manger trop :

http://www.holodent.fr/index.php/hy...