Mon logo CareVox
CareVox par RSS
CareVox sur Facebook
CareVox sur Twitter
Retrouver son poids idéal : Oui, n’importe comment : Non !
Retrouver son poids idéal: Oui, n'importe comment: Non!
je gère
note des lecteurs
date et réactions
12 avril 2010
Auteur de l'article
DR DELEPOULLE A-S, 16 articles (Pharmacien)

DR DELEPOULLE A-S

Pharmacien
note moyenne des lecteurs
nombre d'articles
16
nombre de commentaires
1
nombre de votes
3

Retrouver son poids idéal : Oui, n’importe comment : Non !

Retrouver son poids idéal: Oui, n'importe comment: Non!

Avec l’arrivée des beaux jours, on voit se multiplier dans la presse comme sur Internet une multitude de rubriques minceur, plus ou moins scientifiques et plus ou moins dangereuses. Voici quelques recommandations qui vous permettront de vous retrouver dans la jungle de ces articles.

Fixez-vous un objectif réaliste !

Connaître son poids idéal en calculant votre IMC. Mais attention, il faut se fixer un objectif de perte de poids réaliste ! Le processus de perte de poids est extrêmement long, et les résultats sont souvent modestes. D'un point de vue médical, une baisse de poids de 5 à 10% sur un an est considérée comme un succès !

Méfiez vous des promesses !

Aucun traitement ni aucune méthode minceur n'est plus efficace que les mesures hygiéno-diététiques, ni ne permettent de les remplacer. C'est à dire : Ayez une alimentation saine, soit un régime adapté avec peu de calories. Boire beaucoup d'eau au moins 2 litres par jour d'une eau richement minéralisée, particulièrement pendant les efforts pour faciliter le drainage de votre organisme. Choisir des eaux riches en Calcium et en Magnésium pour compenser la perte de sels minéraux et diminuer la fatigue Talians®, Courmayeur®, Contrex®, Hépar®, St Amand®, Vittel®, Quezac®, Arvie®, Danone®, Taillefine®, Badoit®, San pellegrino®… Limiter les apports en graisse à maximum 15g de graisse par repas. Les graisses sont 2 fois plus caloriques que les sucres !! 1Og de graisses correspondent à 1 cuillère à soupe d'huile ou une noisette de beurre (Attention aussi à la graisse cachée des viandes rouges et des plats cuisinés). Limiter le plus possible la prise d'aliments sucrés ou de boissons sucrées. Ce n'est pas seulement la graisse qui fait grossir ! Pour information dans une cannette (3dl) de boissons sucrées (sodas) on compte en moyenne dix cuillères de sucre. Le sucre se transforme en graisse dans votre organisme. L'alcool est aussi très calorique ! Faites donc attention à ne pas en boire trop régulièrement, en particulier les alcools forts et la bière (relativement calorique avec le malt). Un verre de bière est plus calorique qu'un verre de soda. Manger lentement et respecter des horaires réguliers. Mieux vaut manger et se coucher chaque jour à la même heure. L'objectif est de donner des repères à l'organisme afin d'éviter le stress et le dérèglement de votre horloge biologique. Avec à la clé une sensation de faim permanente (prise de poids) et un teint brouillé reflétant de la fatigue. Les repas doivent être pris lentement sans regarder la télévision (qui capte l'attention et réduit la sensation de satiété. Ne pas sauter de repas !! Plus on mange lentement, moins on assimile de calories... Bien connaître la teneur en calorie de chaque aliment. Faites vous offrir une balance diététique qui vous aidera à calculer la teneur en calories de vos plats cuisinés. Éviter de manger triste : faites vous plaisir en faisant des sauces à base de tomates, de yaourts ou de blancs d'œufs battus en neige. Utiliser des aromates pour rehausser les saveurs. Pratiquer du sport. Choisissez une activité physique d'intensité moyenne, mais régulière (marche, course, vélo...). La mobilisation des acides gras de l'organisme ne survient qu'après 45 minutes d'exercice. Privilégier l'exercice : laisser la voiture, préférer la marche, le vélo. Ne pas prendre l'ascenseur, préférer les escaliers... Un soutien psychologique est parfois nécessaire pour aider à identifier les causes de l'obésité, à déculpabiliser le patient, à améliorer la gestion des conflits et l'anxiété. Faites au moins 2 fois par an une cure de dépuratif afin de booster les fonction d'élimination de votre organisme. Tenez un carnet alimentaire dans lequel vous inscrirez ce que vous mangez.

Attention aux régimes !

Plus qu'un simple régime amincissant contraignant et de courte durée, c'est une modification durable de votre hygiène alimentaire qu'il faut rechercher. Le principe est d'assimiler moins de calories que de calories dépensées pour commencer à maigrir. Les besoins quotidiens d'une femme sont en moyenne de 2000 Kcal. Tout régime amincissant chez une personne diabétique, enceinte ou allaitante ou qui voudrait perdre d'avantage que quelques kilos nécessite l'avis d'un médecin et le suivi par un diététicien. Les régimes de "diète protéique" dits aussi "très basse calorie" ne doivent être pratiqués que sous contrôle médical strict car ils exposent à des effets secondaires parfois graves et à un risque de rebond important le jeûne complet est proscrit car il occasionne une perte importante de masse maigre et expose à des risques du trouble cardiaque.

Attention aux médicaments ou aux "traitements minceur" !

Un traitement médicamenteux n'est instauré qu'en deuxième intention, en association à un régime hypocalorique et la pratique d'une activité physique régulière, ainsi que l'application des conseils minceur car aucun médicament ne permet de remplacer les mesures hygiéno-diététiques pour perdre des kilos. Certains patients sont considérés comme "bons répondeurs" au traitement, d'autres ne le sont pas. En général, les sujets perdant du poids au terme d'un à trois mois au traitement, sont ceux qui présentent les meilleurs gages de maintien d'une réduction pondérale à un ou deux ans. Il faut cependant être conscient de l'efficacité modeste des traitements minceur qui n'apportent qu'une perte de poids moyenne de 3 à 5kg en 12 mois. De plus, aucun traitement n'a démontré de capacité à réduire la mortalité ou la morbidité liées à l'obésité. Ne prenez jamais de médicaments pour maigrir sans demander l'avis de votre médecin ou de votre pharmacien car certains compléments alimentaires dits "naturels" à base de plantes peuvent être contre-indiqués dans certaines situations (par exemple, le fucus qui est contre-indiqué en cas de troubles thyroïdiens...)

N'oubliez pas de consulter un médecin

Si votre IMC > 30 car vous devez être suivi médicalement pour prévenir les risques de maladies liées à l'obésité : prise en charge du diabète, des dyslipémies, de l'hypertension. Il est fréquent qu'une simple réduction de poids suffise à corriger certaines anomalies métaboliques et/ou les chiffres tensionnels. En cas de diabète, En cas d'obésité de l'enfant, de grossesse ou d'allaitement Si vous voulez perdre d'avantage que quelques kilos. Attention, une perte de poids >15% du poids initial n'est envisagée que si elle ne risque pas de compromettre l'équilibre nutritionnel, somatique, psychologique et social du patient. En cas d'inefficacité d'Alli® après 12 semaines de prise dans le cadre d'un régime pauvre en graisses (moins de 15g par repas).

Anne-Sophie Delepoulle Pharmacien

POST-SCRIPTUM

Les internautes qui ont lu cet article ont aussi consulté