Mon logo CareVox
CareVox par RSS
CareVox sur Facebook
CareVox sur Twitter
Résister à la tentation
Résister à la tentation
note des lecteurs
date et réactions
26 novembre 2009 | 7 commentaires
Auteur de l'article
Béatrice de Reynal, 207 articles (Nutritionniste)

Béatrice de Reynal

Nutritionniste
note moyenne des lecteurs
nombre d'articles
207
nombre de commentaires
0
nombre de votes
0

Résister à la tentation

Résister à la tentation

Pour éviter le surpoids et l’obésité, mieux vaut apprendre à résister à la tentation plutôt qu’être mis au régime ! C’est le résultat d’une étude publiée par Anzman et Birch dans le Journal Pétriatrics (J. Pediatr.2009. 106 : 1429-35).

La capacité précoce de contrôle volontaire du comportement, notamment alimentaire, permet de prédire les différentes évolutions du poids corporel. Apprendre à se contrôler : voilà le truc !

Un conseil aux parents : laissez les enfants avoir faim et apprenez leur à percevoir la satiété afin qu'ils distinguent bien ces deux sensations : c'est le meilleur moyen pour leur donner les clés de l'appétit et du rassasiement. Mieux vaut leur apprendre à gérer leur appétit plutôt que de leur imposer des aliments, des horaires et des portions.

Bref : laissez-leur appréhender leur histoire alimentaire tout en leur donnant des informations et en les guidant doucement vers le raisonnable. En tout état de cause, manger devant la télé est une erreur dans laquelle il est important de ne pas tomber.

Merci au CEDUS pour le tuyau.

Photographie : qui résisterait à ces mets si délicats ?
 

Les internautes qui ont lu cet article ont aussi consulté
Mots-clés :
Aliments Obésité
Commentaires
0 vote
par zelectron (IP:xxx.xx3.121.226) le 26 novembre 2009 a 18H47
zelectron (Visiteur)

Et si on supprimais la tentation ? Merci pour ce billet rappel à l’évidence .

1 vote
par ObjectifObjectif (IP:xxx.xx9.183.47) le 26 novembre 2009 a 22H47
ObjectifObjectif (Visiteur)

Merci pour cet article simple et utile.

Il faudrait aussi apprendre aux enfants à reconnaitre l’effet de la peur, quelquefois latente. Car "la peur au ventre" ou "la boule dans le ventre" peut être confondue avec la faim : la réaction naturelle est alors de manger, mais la satiété de fait pas disparaître la peur...

L’augmentation de l’obésité et l’utilisation abondante de la peur par les médias et les politiciens ne sont donc peut-être pas décorrélés...

On peut aussi compléter en reconnaissant dans son corps l’effet de la colère et de la tristesse :-)

0 vote
par Linda (IP:xxx.xx2.34.206) le 27 novembre 2009 a 12H26
Linda (Visiteur)

Article contradictoire qui fait penser à du Apfeldorfer et Zermati mal digéré.

Il ne faut pas apprendre à se contrôler mais apprendre à se laisser guider par ses besoins.

Et surtout, surtout, céder à la tentation avant qu’elle ne devienne une obsession.

0 vote
par lightpunk (IP:xxx.xx2.120.238) le 27 novembre 2009 a 16H51
lightpunk (Visiteur)

Savoir différencier le besoin réel de la compensation (peur, angoisse...etc, se retrouve avec l’alcool et la cigarette) Ne pas installer d’habitudes et manger au présent, c’est a dire en écoutant son corps

Il pourrait y avoir débat entre envie/pulsion et raison, et-il bon de succomber ? Ou est il mieux d’être raisonnable ? Pour moi l’idéal serait un équilibre entre les deux, oser mais savoir s’interroger sur les raisons sous-adjacentes quand l’abus deviens une norme.

0 vote
par bridgetten (IP:xxx.xx2.200.213) le 30 novembre 2009 a 12H40
bridgetten (Visiteur)

Ce n’est pas pour rien que l’on dit que "Patience est mère de toutes les vertus"... même si l’impatience n’est peut-être pas la clé de la minceur et de la santé, savoir ne pas céder à la tentation est un apprentissage comme un autre... raison et patience, les parents doivent montrer l’exemple et occuper l’enfant en situation de gourmandise. En détournant sa pensée vers d’autres occupations (comme les jeux), on apprend à l’enfant à chasser ses envies, ses désirs de sucre superflus.

Ce que je comprends c’est qu’Il semble donc bien que l’obsession alimentaire ne soit l’état que de ceux qui doivent se priver par nécessité ou par obligation (parce qu’ils sont déjà en surpoids par exemple) et non celui de ceux qui ont appris dès la petite enfance à différer le moment où ils pourront assouvir leur faim.

0 vote
par Bien-être et Santé (IP:xxx.xx3.8.101) le 9 décembre 2009 a 16H10
Bien-être et Santé (Visiteur)

Excellent article que j’aimerais utiliser en tant qu’infirmière en Santé communautaire (Belgique)dans le cadre de mon travail. Pouvez-vous me permettre d’entrer en contact avec vous (mail)pour vous en expliquer un peu plus ? Merci.

0 vote
par tribert (IP:xxx.xx7.176.39) le 17 décembre 2009 a 10H24
tribert (Visiteur)

Cette fois, je suis bien d’accord avec vous. Mieux vaut ne pas donner à manger trop tôt, pour attiser la faim, que de "compenser" avec des régimes créant un cercle vicieux. Cela dit, sachez que les aliments les plus naturels sont ceux que l on trouve tel quel dans la nature et ceux la ont un "arret" alliestésique naturel. Du coup pas besoin d interdire ou d inciter. Pour les éternels frustrés de la nourriture, mangez cru, le plaisir peut etre intense mais a une fin. Essayez de manger des fraises à l infini(sans les transformer ni les assaisonner car cela trompe l arret alliestésique), vous n y arriverez pas, le changement de gout, la diminution de plaisir vous obligerons à vous arreter avant d avoir le ventre plein. Faites l experience avec un exhausteur de gout type sucre, creme fraiche c est different vous verrez. C est pareil pour la cuisson. L alimentation décrudie ou transformee c est la frustration permanente. L alimentation crue naturelle (utilisant les mecanismes de l instinct comme l alliestesie) c est le plaisir sans frustration... A vous de voir. En plus, l etude Heatox est en train de le demontrer....