Accueil du site
> Dossiers > Quel régime choisir ?
Mon logo CareVox
CareVox par RSS
CareVox sur Facebook
CareVox sur Twitter
Régimes minceur : le point pour s’y retrouver
Régimes minceur : le point pour s'y retrouver
note des lecteurs
date et réactions
4 avril 2011
Auteur de l'article
R. Bartet, 52 articles (Journaliste )

R. Bartet

Journaliste
note moyenne des lecteurs
nombre d'articles
52
nombre de commentaires
0
nombre de votes
0

Régimes minceur : le point pour s’y retrouver

Régimes minceur : le point pour s'y retrouver

Un catalogue des différents régimes qui existent, leurs principes, leurs points positifs et négatifs...pour choisir celui qui conviendra le mieux.

Les modes de vie changent, les régimes aussi ! Difficile de s’y retrouver dans cette jungle de programmes amincissant aussi différents les uns des autres et dont la liste ne saurait être exhaustive. A chaque printemps, de petits nouveaux voient le jour. Beaucoup viennent d’outre-Atlantique, d’autres sont issus de médecins et d’experts en nutrition tels les fameux Dukan, Montignac, Fricker ou Ornish… Mais sont-ils tous efficaces et s’adressent-ils à toutes les femmes de façon similaire ? S’ils ont des atouts certains, quels en sont leurs inconvénients ? Petit tour d’horizon de quelques-unes des méthodes phares testées pour perdre du poids !

Plusieurs dizaines, voire centaines de régimes peuvent être répertoriées aujourd’hui. Il est donc difficile, voire impossible de tous les lister sans pour autant les classer en grandes catégories ou familles.


1. Les régimes hyperprotéinés

Très en vogue actuellement, ces régimes, qui ont vu le jour aux Etats-Unis dans les années 60, connaissent un succès grandissant. Leur principe est de compenser la réduction de graisses et de sucres dans l’alimentation par un apport alimentaire enrichi en protéines.

Le régime Dukan :

Il s’agit de la variante actuelle la plus populaire de ce type de régime hyper-protéiné. Construit sur 4 phases, le régime Dukan commence par une étape d’attaque qui préconise de se nourrir pendant quelques jours de produits riches en protéines, sans rien de gras ni de sucré. Puis, d’autres aliments sont progressivement réintroduits, jusqu’à une phase de stabilisation. Pour chaque repas, une liste d’aliments est autorisée et d’autres sont interdits.

Le régime du Dr Fricker :

Ce nutritionniste préconise de privilégier protéines, fruits et légumes avec peu de matière grasse pendant quelques jours, puis de diminuer les graisses sur le long terme, tout en favorisant les légumineuses pour la satiété.

La diète protidique :

Cette cure recommande de limiter les calories tout en privilégiant les apports alimentaires à base de protéines. L’essentiel du régime est constitué de sachets ou poudres buvables contenant très peu de lipides et de glucides et qui doivent être prises à la place des repas accompagnées de beaucoup d’eau.

Les avantages : Ce type de régime est largement plébiscité, car efficace et rapide. La perte de poids moyenne peut être de 5kg en une semaine, voire atteindre 12 kg en un mois, tout en limitant la fonte musculaire. L’autre avantage majeur apporté par le régime Dukan est l’absence de sensation de faim. Enfin, il présente l’une des rares qualités d’inscrire au programme une phase de stabilisation faîte pour durer à vie.

Les inconvénients : les régimes hyperprotéinés dans leur ensemble ont été épinglés dans un récent rapport de l’Agence de sécurité sanitaire alimentation environnement et travail (ANSES)*, car les apports en protéine et en sel sont supérieurs à la moyenne recommandée. Ils risquent en effet à terme de charger les reins et de fatiguer le cœur. Enfin, les jeunes femmes doivent être vigilantes face aux risques de troubles de l’ovulation que peuvent induire de tels régimes. Il est vivement recommandé de se faire suivre par un médecin et de ne pas poursuivre le régime au-delà des quelques jours pour lesquels il est indiqué.


2. Les régimes hypocaloriques

Dans cette autre grande famille de régimes à la base même de toutes les cures amincissantes, les apports énergétiques sont réduits grâce à la limitation du sucre et de la graisse dans l’alimentation. Il est toutefois recommandé de conserver une alimentation variée. Organisation et discipline sont de mise pour des résultats qui s’avèrent souvent prometteurs.

Le régime du Docteur Cohen :

Ce régime conseille de manger de tout, mais en moindre quantité et insiste sur l’apport de fruits et légumes à consommer cuits ou crus. Peu d’interdits sont formulés et différents repas types sont proposés, sans jamais dépasser les 1400 calories quotidiennes. Ce régime, pour réussir, doit s’accompagner d’une activité physique réelle.

Le régime soupe :

Comme son nom l’indique, il s’agit de consommer à chaque repas principal une soupe de légumes, de préférence non mixée et non moulinée. Le reste de l’alimentation est composé de fruits, légumes, viandes maigres et poisson éventuellement.

Le régime californien (ou régime du Docteur Guttersen) :

Ce régime restrictif impose 10 jours durant lesquels les aliments à base de sucres raffinés, vin, pomme de terre, farine sont supprimés. Dans une seconde phase, il se centre sur la consommation alimentaire quasi exclusive de fruits, tout en respectant un intervalle de 2 heures entre chaque prise.

The zone :

C’est le régime qui a le vent en poupe chez les stars américaines. Il consiste en un programme d’apport calorique modéré avec peu de sucre. Il repose sur un objectif global de 30 % de matières grasses, 30 % de protéines maigres et 40 % de glucides en 5 prises alimentaires quotidiennes à intervalle régulier.

Le régime Weight-Watchers :

Apparu aux Etats-Unis dans les années 60, ce régime populaire s’est construit sur une méthode de perte de poids particulière et s’accompagne de la mise en place d’un soutien psychologique grâce à des réunions de groupes hebdomadaires et des livrets de recettes spécifiques. Il fonctionne grâce à un système de points attribués à chaque aliment absorbé. Rien n’y est interdit, mais tout est limité.

Les avantages : La plupart des régimes hypocaloriques cités ci-dessus sont relativement efficaces et permettent une perte de poids rapide dans un temps assez court. Ils obligent le corps à aller puiser dans ses réserves.

Les inconvénients : Ces régimes, pour la plupart assez restrictifs, entraînent souvent des carences en minéraux, vitamines, fer ou calcium et de la fatigue. Ils exigent d’autre part beaucoup de discipline et de faire constamment attention à son alimentation. Enfin, la reprise de poids est fréquente dès l’arrêt du régime.


3. Les régimes dissociés

Partant du postulat que l’association de certains aliments fait grossir, leur principe général est de permettre de manger de tout, mais pas au même moment. Dans ces régimes, il est généralement recommandé de ne consommer qu’une seule famille d’aliments par jour. Plusieurs variantes existent :

Le régime Montignac :

Il est et a été très en vogue ! Inutile de se priver en suivant ce régime dans lequel les aliments sont identifiés par leur index glycémique (IG). Ainsi, ceux à fort IG comme les carottes, les pommes de terre ou les céréales sont interdits. Les autres aliments glucidiques sont permis 2 à 3 fois par semaine et doivent être consommés seuls. Il est également indiqué de ne pas consommer les mauvais glucides (pain blanc, sucre, riz, pâtes…) et surtout de ne pas mélanger graisses et sucre, mais de plutôt associer protéines et lipides.

Le régime Shelton :

Son auteur, le Docteur Shelton, a classé les aliments en grands groupes et il est interdit de combiner certains d’entre eux. C’est par exemple le cas de ceux de type alcalins (produits laitiers, fruits, légumes frais) avec ceux de type acide (viande, poissons ou légumineuses). Ne doivent pas non plus être croisés les acides et amidon, les graisses et les protéines ou les sucre et les protéines. Le lait et les fruits doivent quant à eux toujours être consommés seuls.

Le régime Antoine :

L’objectif de ce régime est d’arriver à une satiété de l’appétit en ne consommant qu’un seul type d’aliment par jour sur une semaine (ex : lundi, ne manger que des œufs, mardi : que des fruits, mercredi, que des laitages, etc.). Pour avoir de bons résultats, il est préconisé de faire une cure d’une semaine tous les mois.

Les avantages : Ces régimes simples à suivre peuvent faire perdre quelques kilos les premières semaines tout en garantissant un certain équilibre alimentaire puisque toutes les familles d’aliments y sont représentées. Les risques de carences sont quasi inexistants. Ils sont également moins contraignants que la plupart des autres régimes. Dans le régime Montignac par exemple, on peut continuer à se faire plaisir en allant au restaurant.

Les inconvénients : La prise de poids est vite retrouvée dès la fin du régime. C’est le classique « effet boomerang ». Ces régimes sont également difficiles à suivre sur le long terme, car peu compatibles avec une vie sociale ou professionnelle tout en risquant aussi d’être monotones. Enfin, ils ne reposent sur aucune base scientifique démontrée.


4. Les régimes d’exclusion :

Comme son nom l’indique, ce type de régime consiste à exclure une ou plusieurs catégories d’aliments lors des repas.

Le régime Atkins :

Il exclut tous les apports en glucides, soit les sucres, les féculents et légumes secs, les fruits, les laitages (à l’exception des fromages) et l’alcool. Il se centre plutôt sur les protéines (viandes, poissons, œufs), les matières grasses animales et végétales et les légumes.

Le régime Mayo :

Très restrictif, mais express, le régime Mayo dure 14 jours et interdit de nombreux aliments dont les matières grasses, les produits sucrés, les féculents, les légumes secs et les laitages. Il limite également les fruits.

Le Low Carb :

Ce régime, qui fait un tabac aux Etats-Unis, a pour principal objectif d’exclure les sucres rapides et produits qui contiennent des sucres lents (pâtes, riz, pain) de son alimentation. Le régime Atkins en est très proche.

Le régime Hollywood :

Principalement adopté par les stars américaines, ce régime préconise de ne faire des repas que de fruits durant une semaine, excluant tous les autres aliments de son alimentation.

Le régime Scarsdale :

Mis au point par un cardiologue dans les années 80, ce régime est une diète hypocalorique qui recommande de bannir le sucre et les graisses de son alimentation tout en consommant viandes maigres et légumes cuisinés sans matières grasses pendant 2 semaines. S’ensuit alors une période basée sur un régime de maintien avec davantage de libertés alimentaires.

Les avantages : La perte de poids est rapide et efficace. En quelques jours seulement, les kilos s’envolent.

Les inconvénients : Epinglés eux aussi par l’ANSES, ces régimes sont relativement dangereux, car ils exposent à de multiples carences en vitamines, minéraux et protéines. La fonte musculaire qu’ils provoquent crée une grande fatigue et les contraintes qu’ils impliquent conduisent souvent à un abandon. De plus, à la reprise d’une alimentation équilibrée, il y a souvent une reprise de poids, qui peut même s’avérer supérieure à la situation d’avant régime !


Si vous avez décidé de perdre quelques kilos avant le retour de l’été, sachez qu’il est indispensable d’en parler à votre médecin traitant avant de démarrer, surtout si vous avez plus de 5kg à perdre. Celui-ci vous orientera, le cas échéant, vers une diététicienne ou nutritionniste. Enfin, n’oubliez pas que tout régime doit s’accompagner d’une activité physique réelle.

SOURCES

  • * Evaluation des risques liés aux pratiques alimentaires d’amaigrissement
    Lien : http://www.afssa.fr/Documents/NUT2009sa0099.pdf
Les internautes qui ont lu cet article ont aussi consulté