Mon logo CareVox
CareVox par RSS
CareVox sur Facebook
CareVox sur Twitter
Régime : Les produits "miracle" n’existent pas
Régime : Les produits "miracle" n'existent pas
catégorie
note des lecteurs
date et réactions
3 décembre 2009 | 2 commentaires
Auteur de l'article
MaPerteDePoids, 16 articles (Site de régime)

MaPerteDePoids

Site de régime
note moyenne des lecteurs
nombre d'articles
16
nombre de commentaires
2
nombre de votes
21

Régime : Les produits "miracle" n’existent pas

Régime : Les produits "miracle" n'existent pas

Lorsque vient l’été, vous pensez peut-être vous mettre au régime ? Un rapport de l’Institut national de la santé publique, publié en juillet dernier, lève le voile sur certaines méthodes …

Ses conclusions jettent un pavé dans la marre de l’industrie des produits amaigrissants et des régimes commerciaux tels Minçavi et Weight Watchers. La plupart ne sont pas efficaces et, pire encore, certains ont même des effets nocifs sur la santé, peut-on lire dans ce rapport, qui passe en revue les différentes catégories de produits, services et moyens amaigrissants.

Les produits "miracle" n'existent pasJusqu’à huit tentatives et plus !

Chaque année, plus d’un individu sur deux (55 %) tente au moins une fois de perdre du poids, un sur trois (31 %) fait deux tentatives et près d’un sur dix (8 %) fait huit tentatives ou plus.

2. Selon les auteurs de ce rapport, l’obésité demeure un facteur de risque très important de plusieurs maladies chroniques sur lequel il faut agir. Néanmoins, la préoccupation de la population en général à l’égard de sa perte de poids constitue un problème de santé publique tout aussi important.

« Il n’y a pas que les personnes ayant un excès pondéral qui cherchent à mincir », écrivent-ils. En fait, le contrôle de son poids constitue une pratique très fréquente (jusqu’à 50 % des femmes et 25 % des hommes), créant ainsi un terreau fertile pour l’industrie des produits minceur.

Maigrir peut également être dangereux !

En général, la perte de poids a bien un effet positif sur la santé et sur la qualité de vie des personnes ayant un réel excès de poids, soutiennent-ils. « Toutefois, maigrir n’est pas anodin et peut comporter des risques certains pour la santé. »

D’une part, l’efficacité et l’innocuité de la majorité des produits amincissants n’ont pas été démontrées. Si leur usage entraîne parfois certaines conséquences bénignes (diarrhée ou constipation, fatigue, maux de tête et étourdissements), d’autres sont par contre bien plus graves : déséquilibres électrolytiques, calculs biliaires, arythmie cardiaque et perte de la masse osseuse pouvant mener à l’ostéoporose !

Les produits les plus utilisés :

  • Cliniques ou programmes commerciaux : 64 %
  • Produits naturels : 31 %
  • Substituts de repas : 31 %

De plus, les tentatives récurrentes pour perdre du poids se traduisent finalement par une importante prise de poids à long terme qui augmente les risques de maladies associées à l’obésité et au surpoids.

Finalement, toutes les tentatives qui se traduisent par des échecs répétés ne sont pas sans séquelles sur le plan psychologique : dépression et états émotionnels négatifs sont fréquents chez les adeptes de ces produits. De plus, les attentes irréalistes que certains se fixent minent aussi leur estime de soi.

« C’est la première fois qu’on évoque avec une telle clarté que l’action de maigrir peut entraîner des conséquences nocives à long terme et il était grand temps qu’on se le dise », se réjouissent les nutritionnistes.

« Ce que certaines femmes d’une vingtaine d’années et de poids normal ignorent, c’est que lorsqu’elles font un régime pour perdre du poids, ne serait-ce que deux ou trois petits kilos, le risque est déjà grand qu’à 50 ans, elles se retrouvent finalement avec 30 ou 40 kilos en trop ».

C’est tout particulièrement vrai lorsqu’on adopte une méthode draconienne. « La perte de poids rapide a souvent un effet à long terme sur le métabolisme, qui s’habitue à consommer moins d’énergie. Résultat : quand on recommence à manger comme on en avait l’habitude au paravant, on emmagasine plus, car le corps dépense moins. C’est le fameux effet yo-yo ! »

Ceci souligne l’importance d’adopter une approche graduelle et plus globale, pour acquérir des résultats sur le long terme.

Critères de contrôle de sa perte de poids :

Ce que recommande le rapport, qui s’inquiète du fait que « moins de 5 % des produits reposent sur une approche combinant des modifications de l’activité physique et de l’alimentation » …

Les auteurs établissent 8 critères pour guider les personnes voulant contrôler leur perte de poids. Parmi ceux-ci :

  • favoriser une perte graduelle d’1 kg maximum par semaine
  • miser sur une approche individualisée et globale (axée sur l’activité physique, la modification de comportements, et l’alimentation)
  • favoriser une alimentation saine basée sur des aliments des quatre groupes
  • s’assurer que l’innocuité et l’efficacité de la démarche ont été démontrées

Un manque d'encadrement des produits de régime

À cet égard, les auteurs de ce rapport soulignent l’absence de mesures d’encadrement des publicités traitant des produits amincissants, dont le contenu s’avère souvent douteux, et même mensonger.

« Aucune règle spécifique n’oblige clairement l’industrie des produits de régime à bien informer l’utilisateur des effets secondaires ou à faire les mises en garde nécessaires à une prise de décision en connaissance de cause. Ce qui représente un obstacle à une véritable protection de la santé », déplorent les auteurs.

C’est pourquoi, écrivent-ils, « la majorité de ces produits ne respecte pas l’ensemble des critères de saines pratiques de contrôle de son poids ».

Où se procure-t-on ces produits naturels amaigrissants ?

  • Dans les pharmacies : 31 %
  • Dans les boutiques d’aliments naturels : 18 %
  • Dans les cliniques de perte de poids : 16 %

Qu’en est-il des nutritionnistes ?

D’autre part, ce rapport soulève la question de la qualité de l’approche de certains nutritionnistes qui proposent un régime souvent trop restrictif et trop strict.

Nous applaudissons cette remise en question. « Somme toute, l’approche de certains nutritionnistes ou diététistes n’est pas très différente de celle de certains programmes commerciaux. Toute consultation devrait être orientée vers une approche globale et personnalisée qui tient compte des besoins, qui sont propres à chaque client » !

Frédéric est le rédacteur en chef du site http://www.mapertedepoids.com/blog-perdre-du-poids

POST-SCRIPTUM

  • N’hésitez pas à vous inscrire à notre Fil de discussion si vous désirez en savoir plus.

Les internautes qui ont lu cet article ont aussi consulté
Nutrition & Régimes
Commentaires
0 vote
par vaux (IP:xxx.xx2.102.46) le 10 décembre 2009 a 11H48
vaux (Visiteur)

la Lithotherapie est une medecine douce, pour plus de detail voyez le site

http://lithotherapie.com :o)

www.lithotherapie.com

0 vote
par sixtynine74 (IP:xxx.xx4.125.244) le 11 décembre 2009 a 12H44
sixtynine74 (Visiteur)

La solution miracle se trouve chez les micro nutrionnistes. Et là on comprend tout ! Au vu d’analyses biologiques, et en décriptant notre façon de nous alimenter, le micro nutrionniste nous donne les clés pour mincir d’où on veut, et surtout pour ne pas reprendre les kilos perdus. Et comble du bonheur, il nous donne la solution pour pallier aux repas festifs un peu trop riches ! Depuis l’adolescence, j’essayais de mincir, mais je n’ai fait que grossir, j’ai essayé de nombreux régimes du draconien à l’hyper protéiné, de là est né un réel dégout du régime. Et pourtant j’ai quand même fait confiance à la micro nutrition, et je ne le regrette pas du tout. Et cerise sur le gateau, je suis moins fatiguée, j’ai retrouvé mon tonus ! ;-) ;-) ;-)