Accueil du site
> Nutrition & Régimes > Les Actus
Mon logo CareVox
CareVox par RSS
CareVox sur Facebook
CareVox sur Twitter
Quel était le menu de nos lointains ancêtres ?
Quel était le menu de nos lointains ancêtres ?
catégorie
note des lecteurs
date et réactions
9 août 2012 | 7 commentaires
Auteur de l'article
Patrick Rollo, 495 articles (Rédacteur)

Patrick Rollo

Rédacteur
note moyenne des lecteurs
nombre d'articles
495
nombre de commentaires
0
nombre de votes
0

Quel était le menu de nos lointains ancêtres ?

Quel était le menu de nos lointains ancêtres ?

Une équipe de chercheurs français a reconstitué les tendances alimentaires de nos ancêtres, plus précisément des australopithèques, des paranthropes et des représentants du genre homo, dont les dents fossiles retrouvées en Afrique du Sud ont pu faire l’objet d’une analyse chimique. Le menu type des touts premiers hominidés ? Des écorces, des carcasses d’animaux et des baies. L’étude a été publiée le 8 août dernier dans la revue Nature.

Cela fait près d’un siècle que des fossiles d’hominidés sont régulièrement découverts en Afrique du Sud. Des restes d’australopithèques (entre 7 millions et 1 million d’années avant notre ère), de paranthropes (entre 2,7 millions et 1 million d’années) et des représentants du genre Homo (apparus il y a de 2,3 à 2,4 millions d’années) y sont en effet extraits de plusieurs gisements archéologiques. Et cette richesse scientifique a donné l’idée à l’équipe de géochimistes et de biologistes regroupés autour de Vincent Balter du laboratoire de Géologie de Lyon (LGLTPE, ENS de Lyon, université Claude-Bernard de Lyon) et de l’unité de José Braga du laboratoire d’Anthropologie moléculaire et imagerie de synthèse (Amis, université Toulouse IIIPaul Sabatier, université de Strasbourg) de mener une étude sur les comportements alimentaires de ces lointains ancêtres de l’homme.
 
Et ces menus au crépuscule de la préhistoire ont été mis en évidence grâce à la mesure d'"éléments traces". Vincent Balter, José Braga et leurs collaborateurs se sont penchés sur le strontium et le baryum renfermés dans l’émail dentaire, et qui constituent des marqueurs de la position des mammifères dans la chaîne alimentaire. Et les mesures ont été établies grâce à la technique d’ablation laser. Verdict : Les australopithèques, « particulièrement opportunistes » aux dires des chercheurs, avaient une alimentation relativement variée, en se mettant sous la dent « ce qu’ils trouvaient dans la nature », soit des baies, fruits et carcasses d’animaux morts (ces résultats confirment une précédente étude menée cette année par des chercheurs allemands et américains, et également publiée dans Nature, mais qui avait montrée qu’ils se nourrissaient aussi de bois et d’écorces).

Les paranthropes, eux, étaient sans doute exclusivement herbivores et avaient par conséquent un régime plus spécialisé. Les scientifiques français estiment qu’«  ils consommaient uniquement des végétaux et mangeaient des racines, de l’écorce, des bulbes et d’autres choses assez dures à broyer ». Nos ancêtres directs du genre Homo, enfin, étaient eux aussi spécialisés, mais cette fois-ci dans la viande. Plutôt carnivores, ils avaient confectionné des outils pour la chasse et se nourrissaient des bêtes qu’il parvenaient à attraper. Comme le suggère Vincent Balter, « ils avaient besoin de cette viande pour subvenir aux demandes énergétiques d’un cerveau qui ne cessait de grossir ».

Les internautes qui ont lu cet article ont aussi consulté
Nutrition & Régimes
Mots-clés :
Aliments Nutrition
Commentaires
2 votes
par Croa (IP:xxx.xx2.207.38) le 10 août 2012 a 21H47
Croa (Visiteur)

En ce qui concerne les Homo-Sapiens il serait intéressant de connaître leurs régimes en fonction des périodes. Ils étaient forcément "carnivores" durant les grandes glaciations mais l’étaient-ils autant lorsqu’ils avaient du choix ?

2 votes
par Png (IP:xxx.xx3.182.155) le 11 août 2012 a 00H10
Png (Visiteur)

Article qui ne repose sur aucun fait scientifique , de la pure propagande évolutionniste...

1 vote
par Png (IP:xxx.xx3.182.155) le 11 août 2012 a 00H13
Png (Visiteur)

Ou comment imaginer le régime de singes disparus ...

1 vote
(IP:xxx.xx8.21.147) le 11 août 2012 a 00H44
 (Visiteur)

Png si t’étais moins con t’aurais lu l’article dans Nature où l’on ne diffuse généralement pas de ragots créationnistes.... L’auteur a mentionné le nom des scientifiques et le nom de la publication mais tu dois être tellement stupide que tu n’as pas du comprendre...

2 votes
par Croa (IP:xxx.xx0.39.113) le 11 août 2012 a 08H25
Croa (Visiteur)

Png a raison, la dernière affirmation placée entre guillemets parait particulièrement fumeuse et ressemble beaucoup à un argument spéciste (destiné à prouver la supériorité de l’espèce dominante). Ce n’est plus de la science, à mon avis.

1 vote
par Png (IP:xxx.xx3.182.155) le 12 août 2012 a 02H42
Png (Visiteur)

Qui est le plus con des deux celui qui essaye de faire marcher sa cervelle ou celui qui se revendique aveuglément du singe tantôt herbivore tantôt carnassier à la seule envie d’un cerveau qui grossit ???

Sous prétexte que c’est signé par un scientiste et mentionné par une revue scientiste connue tu me cites ça comme parole d’évangile ...Je me fiche de tes sources ou de tes croyances , fais marcher ton cerveau et apporte une plus value dans tes propos .

Ici tu vois j’emplois le terme de scientistes et non de scientifiques car ; je cite comme Croa le souligne ;

"« ils avaient besoin de cette viande pour subvenir aux demandes énergétiques d’un cerveau qui ne cessait de grossir ».

Ils ont au moins l’honnéteté de mettre ça entre guillemets...Mais pour toi ce n’est que vérité ...C’est triste en vrai...

0 vote
par Tatie (IP:xxx.xx0.180.67) le 14 août 2012 a 18H31
Tatie (Visiteur)

Ceci dit l’article mentionne que c’est une suggestion, une hypothèse de la part d’un scientifique pour expliquer cette alimentation et pas une affirmation, il n’y a donc pas lieu à controverse. L’hypothèse ne parait pas complètement idiote, mais ce n’est apparemment qu’une hypothèse et puis je ne vois pas pourquoi ce serait pur imagination puisqu’à priori des données scientifiques permettent d’identifier un type d’alimentation dominant : plus viande ou plus écorce ou je ne sais quoi, si ce genre de choses restent marquées dans le corps, alors il n’y a pas de raison pour qu’ils ne puissent pas définir un type d’alimentation.Et puis chacun peut croire qu’on ne descend pas du singe ou l’inverse, ça ne change rien à l’étude menée sur ses os d’individus qui ont existé il me semble (à moins que ce ne soit une conspiration et qu’on nous mente depuis toujours !!!!). Et je ne vois vraiment pas ce qui vous permet à tous d’affirmer des choses sur la forme ou le fond de cet article à moins d’être des spécialistes en la matière. Le débat sert à poser des questions et à les confronter à la pensée d’autrui, pas à affirmer.