Mon logo CareVox
CareVox par RSS
CareVox sur Facebook
CareVox sur Twitter
Pas de lait dans mon thé
Pas de lait dans mon thé
note des lecteurs
date et réactions
10 juillet 2013
Auteur de l'article
PLK de Noetique, 38 articles (Blogueuse)

PLK de Noetique

Blogueuse
note moyenne des lecteurs
nombre d'articles
38
nombre de commentaires
0
nombre de votes
62

Pas de lait dans mon thé

Pas de lait dans mon thé

Le thé vert, blanc ou noir au-delà des plaisirs qu’ils nous procurent, a des atouts santé très importants, dont celui d’être bénéfique pour nos artères. Mais à condition de ne point troubler le breuvage avec le fameux nuage de lait cher aux sujets de Sa Majesté ! Un groupe de cardiologues et d’angiologues de la clinique de la Charité à Berlin a montré que l’ajout de lait dans le thé modifie les activités biologiques de ce dernier.

La très british « cup of tea » est indissociable du nuage de lait ! Il adoucit le thé noir corsé que les Britanniques boivent. Le cérémonial du thé à l’anglaise impose de d’abord verser le lait froid dans la tasse -cela protège la porcelaine de la chaleur du thé- , puis d’ajouter le thé brûlant préalablement infusé et de sucrer.

Les Anglais ne sont pas les seuls à ajouter du lait à leur thé. En Inde –liée par son histoire avec la Grande Angleterre-, le « tchaï » ou thé au lait est consommé quotidiennement sans rituel fixe. Parfois, il est servi à l’anglaise, mais le plus souvent, ce sont des thés noirs comme ceux l'Assam qui sont des thés à l'infusion foncée, vigoureux, tanniques et astringents, typiques de ce que l'on appelle le " gout britannique". Ses feuilles sont jetées dans du lait bouillant – parfois mitigé d’eau- avec un pot-pourri d'épices composé de cannelle, cardamome, anis étoilé, fenouil, poivre, clous de girofle voire de coriandre, muscade ou cumin, puis servi sucré : le légendaire« masala tchaï ». Une belle expérience.

À Hong Kong, le thé au lait « nai cha » est à base de thé noir, de lait concentré et de sucre. Il se déguste chaud ou froid à toute heure de la journée. Je n’affectionne pas cette trop sirupeuse boisson.

En Malaisie et à Singapour, le « teh-tarik » est préparé avec du thé malais. Du lait concentré non sucré et sucré sont mélangés dans une sorte de choppe. Puis le thé déjà infusé et très chaud est versé en tenant le broc le plus loin possible des tasses afin de faire mousser le mélange. Cette boisson est étrange, très sucrée à la manière d’un expresso, comme le tea latte combine la mousse de lait avec une infusion concentrée de thé.

Dégusté dans les quartiers chinois des grandes villes du monde entier, le bubble tea ou thé aux perles est né à Taïwan dans les années 1980, se confectionne avec du lait, du thé noir ou vert, une poudre aromatisée au choix -melon, fraise, vanille..- et des perles de tapioca noir. Il se sirote chaud ou froid, avec une paille très large pour aspirer les perles. Envie d’en préparer à la maison ? Rendez-vous sur le site Bubble Fever qui propose des kits ultra complets. Je ne tenterais pas l’aventure car non seulement ce n’est pas du thé, mais après avoir analysé les perles de tapioca présentes dans la boisson, des chercheurs de l'Hôpital Universitaire d'Aachen ont trouvé qu'elles contenaient de dangereux PCB comme le styrène, acétophénone, et des substances bromées qui n'ont absolument pas leur place dans l'alimentation(1) …

Revenons à nos artères ! Tous les effets bénéfiques du thé sont complètement annulés en présence de lait. Au niveau moléculaire, les caséines seraient les protéines responsables de cette inhibition. Elles formeraient des complexes avec les catéchines EGCG du thé,(2) elles-mêmes connues pour leurs bienfaits au niveau vasculaire. 

Le Dr Verena Stangl, professeur de cardiologie au CHU Charité -Campus Mitte- de Berlin a invité 16 femmes en bonne santé à boire en trois prises, soit 500 ml de thé noir nature, soit de thé noir avec 10% de lait et le groupe témoin fut encouragé à absorber 500 ml l’eau chaude . Cette expérience a prouvé que les catéchines filent à l’anglaise ! La vasodilatation artérielle est augmentée significativement avec le thé noir nature, et la présence du lait émousse complétement cet effet.(3) « La quantité de lait ne va pas beaucoup interférer avec la manière dont ils sont [catéchines] absorbés->http://noetique.over-blog.com/artic...][ » ajoute Alain Crozier de l’Université de Glasgow en Ecosse. Que le lait soit de supervacheou de soja, les effets suppresseurs sont similaires (4).

Je suis addict de thés vert et blanc. Je bois peu de thé noir et jamais avec du lait. Je trouve que cela nuit gravement au goût et inhibe les arômes. Les protéines du lait s’associent avec les tanins du thé qui sont responsable du goût astringent du thé afin d' en enlever l’amertume. F.X. Delmas, chercheur de thé précise que « l’usage du lait, s’il est un sacrilège dans les thés de grande qualité, se comprend pour les thés puissants. Il atténue en effet à la fois l’astringence et la sensation d’amertume. »(5)

             

Ce n’est pas une étude qui va changer les habitudes des buveurs de thé noir au lait. Petite suggestion : si vous le préférez ainsi, préparez le au petit-déjeuner. Et, buvez du thé vert – sans rien ajouter- dans la journée… pour un grand plaisir plus healthy. Et pas en sachet, vous le valez bien.

SOURCES

Les internautes qui ont lu cet article ont aussi consulté
En savoir plus sur...
Mots-clés :
Thé Lait