Accueil du site
> Nutrition & Régimes > Les Actus
Mon logo CareVox
CareVox par RSS
CareVox sur Facebook
CareVox sur Twitter
OGM : L’Anses rendra son avis le 20 octobre
OGM : L'Anses rendra son avis le 20 octobre
catégorie
note des lecteurs
date et réactions
2 octobre 2012 | 3 commentaires
Auteur de l'article
Patrick Rollo, 495 articles (Rédacteur)

Patrick Rollo

Rédacteur
note moyenne des lecteurs
nombre d'articles
495
nombre de commentaires
0
nombre de votes
0

OGM : L’Anses rendra son avis le 20 octobre

OGM : L'Anses rendra son avis le 20 octobre

Des scientifiques de l’INRA, du CNRS et de l’Inserm se succèdent pour dénoncer l’étude choc du professeur Gilles-Eric Séralini, publiée le 19 septembre dernier et montrant des tumeurs grosses comme des balles de ping-pong sur des rats nourris avec du maïs OGM. Coup médiatique ou réel danger ? On devrait bientôt y voir plus clair : L’Agence nationale de sécurité sanitaire (Anses) rendra un rapport sur ces travaux controversés le 20 octobre prochain.

Quarante chercheurs de l’Inra, du CNRS et de l’Inserm ont pris la plume, et leur désarroi a été publié en pleines pages de l’hebdomadaire Marianne : « L’étude révélée par le Nouvel Obs et menée par le professeur Gilles-Eric Séralini qui avait pour but de démontrer la toxicité d’un maïs génétiquement modifié sur la santé s’apparente davantage à un coup médiatique qu’à une révélation de résultats scientifiques. Les données sur les rats utilisés pour l’expérience ne sont pas assez fiables pour entériner quoi que ce soit ». Il est vrai que les travaux en question, qui mettent en cause l’innocuité du maïs transgénique NK603 conçu par le groupe Monsanto, ont fait couler beaucoup d’encre.
 
L’Agence européenne de sécurité des aliments (Efsa) en a déduit une émergence « de faits scientifiques nouveaux », et dans cet élan, Bruxelles a promis d’en « tirer les conséquences nécessaires ». La France, de son côté, envisagerait d’engager une possible suspension de l’autorisation d’importation du maïs NK603 pour l’ensemble du continent européen dans le cas où les conclusions tirées par Gilles-Eric Séralini étaient avérées. Justement le gouvernement, à l’image des experts et du reste de la population, devrait sous peu se faire une idée plus précise de la question. Le 20 octobre prochain, en effet, l’Agence nationale de sécurité sanitaire (Anses) remettra un rapport sur l’étude. Les ministères de l’Agriculture, de l’Environnement et de la Santé ont tous trois manifesté leur intérêt pour ce document.
Les internautes qui ont lu cet article ont aussi consulté
Commentaires
2 votes
(IP:xxx.xx2.33.133) le 2 octobre 2012 a 16H26
 (Visiteur)

Ne soyons pas dupe l’avis de l’anse va aller dans le sens de ses intérêts.

Les scientifiques de l’INRA, du CNRS et de l’Inserm sont des vendus à l’industrie agroalimentaire et pharmaceutique, ils feront tout pour discréditer l’étude du professeur Gilles-Eric Séralini.

2 votes
par Florent DEKENS (IP:xxx.xx9.223.55) le 2 octobre 2012 a 16H58
Florent DEKENS (Visiteur)

Bien d’accord avec vous. Ces organismes d’état n’ont pas fait ces essais longs malgré les demandes réitérées de la société civile, chacun peut légitimement se demander pourquoi. Je réponds personnellement à cette question en pensant qu’il est plus confortable d’épouser les désirs des multinationales que d’essayer de rendre service aux citoyens en faisant les analyses demandées. Pourtant, ces organismes sont publics et donc si les mots ont un sens, au service du public. Ce public s’est déclaré très majoritairement hostile à consommer des produits contenant des ogm mais ces chercheurs s’en foutent ; je suppose que leurs moyens leur permettent de manger bio. Une réorganisation des objets de recherche de ces instituts doit être immédiatement entreprise en écoutant les demandes de nos concitoyens.(qui sont très mal représentés par les élus, mais ça, c’est une autre histoire.)

0 vote
par DOUG (IP:xxx.xx4.7.88) le 2 octobre 2012 a 18H04
DOUG (Visiteur)

melanger la jalousie scientifique, la corruption scientifique, les interets financiers et l’incompetence reelle de certains scientifiques et ca vous donne un organisme d’etat ou associatif en faveur des ogm. Pas besoin d’etude pour s’avoir que les ogm donnent le cancer, c’est l’evidence meme. il suffit de lire la liste des ingredients de n’importe quel produit de consommation pour s’apercevoir que tout est toxique. Meme le label bio europeen n’est fiable qu’a 80 pourcents, il est donc preferable de manger bio mais surtout local en connaissant le producteur.