Accueil du site
> Nutrition & Régimes > Les Actus
Mon logo CareVox
CareVox par RSS
CareVox sur Facebook
CareVox sur Twitter
Minceur : Le régime miracle existe-t-il ?
Minceur : Le régime miracle existe-t-il ?
catégorie
note des lecteurs
date et réactions
22 février 2013
Auteur de l'article
Bien-être et santé, 172 articles (Magazine Santé)

Bien-être et santé

Magazine Santé
note moyenne des lecteurs
nombre d'articles
172
nombre de commentaires
0
nombre de votes
0

Minceur : Le régime miracle existe-t-il ?

Minceur : Le régime miracle existe-t-il ?

Les Français, et encore plus les Françaises, n’ont jamais été aussi attirés par les sirènes des régimes amincissants miracles. Pourtant, ils continuent de prendre du poids. Cherchez l’erreur…

En réalité, tous les régimes font maigrir et même vite et beaucoup, mais le plus souvent au prix d’un déséquilibre nutritionnel : déficit en fibres, carences en vitamines et minéraux, excès de sel ou de protéines, tous mauvais pour l’organisme (muscle, artères, foie, reins, os) et pour le moral.

Toujours le même scénario

De plus, ces régimes ne sont pas supportables longtemps, ils donnent faim, on craque, on reprend du poids… et on refait un nouveau régime qui se terminera de la même façon. Et ainsi de suite : c’est l’effet Yo-yo. Quel que soit le nom du régime ou du promoteur de la méthode, c’est toujours le même scénario : restrictions déraisonnables et déséquilibres dangereux entrainant notamment des troubles du comportement, frustration, dépression, mésestime de soi… qui poussent à reprendre ses mauvaises habitudes, mais aussi réduisent la masse maigre (les muscles) et le métabolisme de base. En fin de compte, l’organisme brûle moins de calories et la reprise de poids et de graisse devient inévitable et dépasse même ce qu’on a perdu…

Adopter de nouvelles habitudes

Comme le répète, depuis des années, le Dr Jean-Michel Lecerf, chef du service nutrition à l’Institut Pasteur de Lille, « le régime idéal n’existe pas ». Pour maigrir durablement, il faut adopter de nouvelles habitudes qui soient tenables sur le long terme : ne rien s’interdire pour ne pas provoquer de frustration, d’envies irrépressibles et finalement l’arrêt des efforts, mais modérer les portions de certains aliments, manger varié, équilibré et faire de l’exercice physique.

Mieux se connaître

Au fond, tout le monde sait ce qu’il faut faire pour perdre des kilos superflus, mais cela demande des efforts, un changement parfois profond de ses habitudes, et exige souvent de comprendre sa relation à la nourriture : mangez-vous lorsque vos êtes stressé, seul, fatigué ? quand vous vous ennuyez ? vous restreignez-vous en société… pour craquer ensuite le soir à la maison ? vous sentez-vous coupable dès lors que vous cédez à la tentation ?... Dans ce cas, l’aide d’un médecin spécialisé peut être nécessaire, mais pas n’importe lequel, pas celui qui est à la mode.

Le rôle de l’hérédité

Autre écueil : la prédisposition génétique. Dans les moments de découragement, pour peu que l’on ait un père, une mère ou une grand-mère enveloppée, on a tendance à penser : « de toute façon, je n’y peux rien, c’est la faute aux gènes ! ». C’est vrai, pour une même alimentation, certaines personnes sont génétiquement prédisposées à prendre plus de poids. En particulier les porteurs d’un gène appelé FTO ont un risque d’obésité multiplié par 1,7. Mais ce n’est pas une raison pour tout laisser tomber ou en rajouter en mangeant n’importe comment. Le gène augmente certes le risque, mais ne détermine pas complètement le poids. Le surpoids et l’obésité ont des causes multiples et on peut toujours faire quelque chose, une étude récente vient encore de le prouver. Les chercheurs se sont penchés sur l’activité physique des personnes porteuses de ce fameux FTO et ont découvert que faire du sport diminuait le risque lié au gène de presque 30 %. Bref, pas d’excuse, les efforts pour perdre du poids sont payants même quand on a hérité de mauvais gènes.

Perdre du poids en douceur

 
Pas de recette miracles mais des conseils de bon sens pour vous aider à perdre du poids en douceur et durablement :
- Pour réduire les graisses, utilisez peu d’huile, de beurre ou de margarine en cuisinant et doucement sur le fromage, la vinaigrette, les sauces.
Evitez les charcuteries, mangez moins de viandes rouge, préférez viandes maigres, volaille et poissons.
- Mettez à chaque menu légumes et fruits, sans négliger les féculents (pâtes, riz) et céréales, peu caloriques si l’on y ajoute pas de beurre ou de crème, qui rassasient grâce aux sucres lents et apportent calcium, vitamines, oligo-éléments, fibres.
- Pensez à intégrer des légumes à vos plats le plus souvent possible : dans les pizzas, les sandwichs, mélangés au riz ou aux pâtes. Le bon truc : une moitié d’assiettes de légumes verts et une moitié de féculents.
- Redécouvrez les légumes secs (lentilles, haricots, pois cassés, pois chiches), très riches en fibres et en protéines de bonne qualité.
- Préférez le lait demi-écrémé, les yaourts nature et les fromages blancs allégés en matière grasse.
- Pas de salière sur la table : on peut en ajouter en cuisant mais c’est tout. Gare aux plats préparés et aux conserves qui en contiennent trop. Le sel en excès influe sur le poids en provoquant une rétention d’eau.
- Ne mangez pas trop sucré. Le sucre est non seulement très calorique mais il augmente aussi l’envie de manger. Lisez bien les étiquettes. Si l’une des appellations du sucre figure en tête de la liste des ingrédients, c’est que l’on en a ajouté au produit et que celui-ci a donc probablement une haute teneur en sucres. Les sucres présents dans les produits à l’état naturel ne figurent pas sur cette liste : concentré de jus de fruits, fructose, glucose (dextrose), lactose, maltose, mélasse, miel, saccharose, sirop, sirop de glucose ou d’érable, sucre brun ou brut.
- Modérez votre consommation d’alcool qui apporte beaucoup plus de calories qu’on ne croit. Exemples : 1 verre de vin = 100 calories, 1 verre de Pastis = 125 cal, 1 petit verre de Porto = 75 cal, 1 coupe de Champagne = 90 à 120 cal, 33 cl de bière = 132 cal.
- En revanche, buvez de l’eau, surtout entre les repas et en début de repas parce qu’elle « cale ». La déshydratation est aussi mauvaise dans le sens où elle joue un rôle dans la fatigue et pousse à chercher de l’énergie dans la nourriture. Pour 2000 calories environ par jour, comptez 8 verres de 250 cl d’eau.

Eviter les pièges du restaurant

Pas question de vous priver de restaurant, mais attention, les plats proposés sont alléchants, rarement « allégés », et les portions parfois copieuses ». Le choix n’est pas toujours facile. Les restaurants, les cantines et bien sûr les snacks ont tendance à utiliser beaucoup de graisses dans leurs préparations car elles rendent les plats plus appétissants à moindre coût. Quelques termes courants annoncent à coup sûr des quantités importantes de calories, méfiez-vous de : beurré, crémeux, croustillant, frit, mariné, pané, sauté. Et si l’on boit un peu en plus, le nombre de calories augmente encore… Le midi, au travail, les aliments diététiques minceur peuvent être une bonne solution au début puis, une fois le poids d’équilibre atteint, de temps en temps.

Les bienfaits de l’exercice physique

Pour maigrir dans de bonnes conditions et durablement, il faut aussi se bouger un peu tous les jours. L’activité physique aide à contrôler son poids pour plusieurs raisons :
- Quand on court, qu’on fait du sport, de la gym ou qu’on jardine, on grignote moins. Devant la télé, c’est le contraire.
- L’exercice physique permet de brûler plus de calories et d’éliminer notamment la graisse, et plus vous avez de masse musculaire, plus votre corps brûle de calories.
- Il préserve les muscles : lors d’un régime, le poids perdu correspond à 75 % de graisses et 25 % de muscles, il est donc important de compenser.
- Il contribue au bien-être et motive.
- Il aide à maintenir son poids sur le long terme.
 
Vous l’avez certainement compris, le régime miracle n’existe probablement pas mais la solution est en vous. Apprenez à vous mieux vous connaître et adoptez ces bonnes habitudes qui vont vous amener sur le chemin de la minceur. N’hésitez pas également à vous faire aider par les conseils de votre pharmacien.
 
Dominique Gali
 
Nous vous proposons de répondre à quelques questions qui permettront de réaliser un Observatoire du BIEN MINCIR dont les résultats seront publiés dans le magazine Bien-être et santé du mois de mai disponible chez votre pharmacien.

Cliquez ici

Cet article est extrait en exclusivité du magazine Bien-être & Santé - Tous droits réservés
Les internautes qui ont lu cet article ont aussi consulté
Nutrition & Régimes
Mots-clés :
Régime Minceur