Mon logo CareVox
CareVox par RSS
CareVox sur Facebook
CareVox sur Twitter
Mc Do : des idées reçues à une réalité moins visible
Mc Do : des idées reçues à une réalité moins visible
note des lecteurs
date et réactions
24 avril 2012 | 4 commentaires
Auteur de l'article
Obobs, 22 articles (Observatoire de l'obésité)

Obobs

Observatoire de l'obésité
note moyenne des lecteurs
nombre d'articles
22
nombre de commentaires
0
nombre de votes
0

Mc Do : des idées reçues à une réalité moins visible

Mc Do : des idées reçues à une réalité moins visible

Que les non-adeptes de hamburgers se rassurent, nous n’allons pas en faire ici l’apologie. Mais certaines idées reçues tiennent le haut du pavé et doivent parfois être mises à mal. Ainsi, manger occasionnellement chez McDo ne semble pas pire en termes d’apports caloriques que certains restaurants / assembleurs de plats sous vide, au moins aussi industriels qu’un fast-food moyen.

Quand l’alimentation s’industrialise toujours plus, elle devient de facto beaucoup plus nocive pour notre santé qu’un repas préparé soi-même avec des produits frais. La course au nombre de couverts servis menée par un nombre croissant de restaurateurs vient confirmer cette réalité : un restaurant commence à ne plus être un endroit où l’on « mange bon », pour reprendre les termes de Christian Etchebest, mais un endroit où la rentabilité prime sur la qualité alimentaire. On appelle ça « tromper les consommateurs ». 

Du marketing au nutritionnel

La nutrition chez McDo devient de plus en plus un enjeu majeur. Quand McDo met en avant ses Repères Nutritionnels Journaliers, et ce en strict accord avec les recommandations de l'Organisation Mondiale de la Santé et de l'Union Européenne, on est en droit de s’interroger sur la responsabilité du consommateur.

Ces indications en termes de calories et de nutriments (protéines, lipides, acides gras saturés, glucides, sucres, fibres et sel) présents dans les différents produits McDo responsabilisent totalement les consommateurs.

Cette responsabilité s’avère être une forme d’éducation, quand bien même il s’agit de fast-food ou de junk-food. De fait, quand on sait équilibrer un repas, nulle raison que McDo soit pire qu’un autre resto, à condition bien sûr, de ne pas y aller sans cesse.

Il revient alors à toute personne mangeant chez McDo, ou dans tout autre fast-food au dispositif équivalent, de ne pas se goinfrer mais de prendre le temps de choisir, en fonction de son âge, de son sexe, de ses besoins nutritionnels… Bref, de s’informer et d’agir en conscience.

Responsabiliser !

Tel est le maître-mot de ce type de démarche. L’Obobs les encourage à l’envi tout comme il milite pour une éducation à l’alimentation en se méfiant des faux-semblants, des apparences trompeuses, des idées toutes faites sur des produits que l’on peut croire sains ou a tout le moins pauvres en calories.

Starbucks fait partie de ces chaînes très prisées par la qualité de leurs cafés, mais aussi pour ces petites choses que tout un chacun aime y grignoter, y boire… Ce type de grignotage, de boisson, favorise à l’évidence les comportements alimentaires déviants et à terme, l’obésité, si l’on ne prend pas garde, une fois encore, aux quantités mangées ou si cela devient une habitude trop récurrente.

 

groupesAliments.gif

 

Bien que Starbucks ait décidé de baisser de moitié le taux de sucre et de matière grasse de ses boissons “latte”, le nombre de calories ingurgitées étonne le plus souvent. Un Frappuccino Java Chip Venti équivaut à un Big Mac, soit 495 calories, ou 25% environ des apports journaliers recommandées pour une femme ! Etonnant non ?

Toutes les données comparatives Starbucks / Mc Do sont disponibles sur le site socialcooking.fr.

L’éducation alimentaire, l’information sur les produits que l’on consomme jour après jour, s’avère donc absolument nécessaire, essentielle même. A aucun moment un consommateur ne doit reporter sa faute sur le fast-food ni ne peut décemment aujourd’hui accuser McDo de le rendre obèse alors qu’il est informé.

La lutte contre l’obésité participe aussi de la responsabilité de chacun d’entre-nous, jour après jour. Elle incombe aux institutions certes, mais aussi à l’école, aux parents qui doivent transmettre à leurs enfants ces données que sont les apports caloriques, les groupes d’aliments, de nutriments.

Toutefois, ne pas oublier, selon une étude relayée sur CareVox, que ce type d’alimentation industrielle peut déprimer… Alors… autant parfaitement bien se nourrir au quotidien !

Observatoire de l'Obésité
Les internautes qui ont lu cet article ont aussi consulté
En savoir plus sur...
Commentaires
12 votes
(IP:xxx.xx4.132.171) le 24 avril 2012 a 15H48
 (Visiteur)

Encore un article qui dédouane complétement la responsabilité de ceux qui fabriquent ces produits et profitent des faiblesses des gens et même des enfants (pubs depuis tout petit, jouets dans les menus, mensonges sur les qualités nutritionnelles des produits, etc), votre raisonnement n’est-il pas un peu simplet ? Les dangers du tabac sont connus alors les fabricants n’ont aucune responsabilité, que dire alors des fabricants/vendeurs de drogue dont les effets sont eux aussi bien connus ? Vous dites que l’on est informé, mais je n’ai jamais vu de pub macdo dire qu’y manger peut rendre obèse à cause d’apports trop importants de sucres, graisses, etc, ni de panneaux "Danger Obésité" à l’entrée des macdo...

8 votes
par Pleupleu (IP:xxx.xx7.87.87) le 24 avril 2012 a 16H13
Pleupleu (Visiteur)

Ce que vous avez omis de dire dans votre article est la présence de certaines substances tel que l’huile de palme. Pour ceux qui ne connaissent pas, c’est une huile très bon marché qui remplace l’huile de tournesol, de colza, d’olive ou d’arachide. Cette huile à un effet d’accoutumance, et en plus, la législation française autorise à ne pas l’indiquer dans la composition et à le "cacher" en mettant la motion "huiles végétales". Faites attention dans tout ce que vous mangez comme sucreries bon marché, et regardez la composition.

La présence de sucre est aussi très importante et addictive dans les produits McDo. Dans votre article, vous parlez de sucres lents et de sucres rapides. Ces termes sont obsolètes, désormais on parle d’indice glycémique (http://fr.wikipedia.org/wiki/Indice...).

Vous dites aussi que lorsque l’on mange des produits frais, cuisinés chez nous, c’est meilleur pour la santé. Je dirai que ce n’est pas systématiquement vrai, car la présence de pesticides dans les légumes nous oblige à les éplucher, alors que la plupart des bienfaits et des vitamines se trouvent dans la peau. La viande est bourrée d’antibiotiques, de stéroïdes, et de plus est mal traité. D’ailleurs, il est possible d’avoir un apport en protéines complet en associant céréales et légumineuses. Ceux qui vous disent que nous sommes obligé de manger de la viande sont mal informés.

Bref je vous conseil de manger des produits de proximité, cultivé par les agriculteurs de votre région, et demandez leur si ils utilisent des pesticides. Le label bio d’ailleurs n’indique pas l’emprunte carbone du produit, ce que je trouve hypocrite.

Pour revenir à McDo, quand on sait qu’à la production, salaire inclut, le Big Mac coute environ 50 centimes, je pense savoir que c’est une machine à fric avant d’être un restaurant, si on peu encore l’appeler ainsi.

Alors bien sur nous ne sommes pas bien informés, ni bien éduqués, car les grandes compagnies n’ont pas d’étique, ne veulent pas le bien de leurs consommateurs, ils en veulent plus, pour avoir plus d’argent, car dans notre monde occidental aujourd’hui, il n’y à plus de pouvoir au-dessus de celui de l’argent.

5 votes
(IP:xxx.xx1.140.149) le 25 avril 2012 a 00H39
 (Visiteur)

Au passage l’huile de palme est largement utilisée parce qu’elle rancit moins. Cela est dû à sa forte teneur en acides gras saturés qui la rend par la même occasion, hélas, néfaste à la santé.

Ceci étant dit, j’ai bouffé à McDo ce soir et c’était malsainement bon.

2 votes
par Beret Man (IP:xxx.xx2.85.9) le 25 avril 2012 a 00H02
Beret Man (Visiteur)

Je trouve aussi l’article bien indulgent malgré ses précautions d’avertissement de "ne pas y aller sans cesse".

A part l’eau en bouteille à qui j’accorde le bénéfice d’être de valeur constante, je me demande comment ont été traités & produits les fruits et légumes, je sais les "potatoes" enrobées de chimie salée/parfumée.

Que penser des viande et poisson, élevage, assaisonnement ? Et ces matières grasses, quelles sont-elles ?

Je suis récemment retourné chez McDo après une abstinence délibérée de nombreuses années. Même avec un panneau vert en devanture, je n’arrive plus ! Le M ... m’évoque toujours la même chose