Mon logo CareVox
CareVox par RSS
CareVox sur Facebook
CareVox sur Twitter
Marketing de l’obésité
Marketing de l'obésité
note des lecteurs
date et réactions
4 janvier 2012 | 2 commentaires
Auteur de l'article
LunedeSable, 17 articles (Consultante en nutrition)

LunedeSable

Consultante en nutrition
note moyenne des lecteurs
nombre d'articles
17
nombre de commentaires
6
nombre de votes
4

Marketing de l’obésité

Marketing de l'obésité

Le célèbre Pierre Dukan fait beaucoup parler de lui depuis son interview au Parisien du 2 janvier dernier. Dans mon entourage 2.0, une levée de bouclier tant sur le fond (l’IMC n’est pas un indicateur valable pour mesurer une bonne alimentation, à lire sur le blog Quand l’appétit va) que sur la forme (une stratégie marketing pour Daria Marx à lire sur le nouvelobs).

Une nouvelle idée pour combattre l’obésité

En substance, Pierre Dukan annonce qu’il va publier jeudi une lettre ouverte au futur président de la république pour mobiliser celui-ci sur la problématique de l’obésité et lui proposer des idées neuves. Parmi celles présentées dans l’interview, Pierre Dukan propose aux industriels de l’agro-alimentaire d’appliquer sa méthode à la fabrication des produits : un McDo au son d’avoine, le carré frais 0% dans toutes les recettes, des boites de thon pour tout le monde…

L’idée qui fait le plus parler sur la toile, c’est la dernière présentée dans l’interview : « Mettre en place une option « poids d’équilibre » au baccalauréat rapportant des points d’option pour ceux qui arrivent à garder un indice de masse corporel compris entre 18 et 25″.

Entre mauvaise foi et naïveté

Je trouve Pierre Dukan assez attachant : il suffit de voir sa tête pour le trouver sympa, il a un côté très optimiste et naïf et une maladresse qui excuse presque ses bourdes en communication. Dans son interview, il tape sans vergogne contre les « industriels de l’agro-alimentaire » et les « industries pharmaceutiques » (j’adore les généralités de ce type, comme pour « les médecins » ou « les politiques », comme si tout le monde était à mettre dans le même panier… bref) : « Les lobbies de l’agroalimentaire et de l’industrie pharmaceutique ont aussi un grand intérêt à ce que rien ne bouge. Les premiers engraissent les gens et les seconds leur vendent les médicaments qui soignent les effets néfastes de leur obésité sur la santé. »

Il englobe dans sa théorie du complot l’ANSES et son avis négatif sur son régime, car après tout l’objectif du gouvernement est de « faire tourner le PIB », ignorant lui-même sans doute que les experts de l’ANSES sont tous des scientifiques qui ne montent pas leurs théories sur la base d’une envie d’un patient¹ mais sur l’analyse d’études et de données scientifiques diverses.

L’échec des différents plans de lutte contre l’obésité (PNNS, PNA, Plan Obésité et j’en passe) serait donc dû à… Des conflits d’intérêt ! Là où le bas blesse, c’est que lui-même a un conflit d’intérêt majeur dans cette histoire : il vend des livres sur sa méthode, des produits fabriqués selon ses recettes, mais en revanche aucune étude sérieuse n’existe sur l’efficacité de sa méthode – les seuls ayant réussi à prouver leur efficacité sur ce marché étant Weight Watchers, avec une très belle étude clinique.

[Edit du 4 janvier] : la réaction du ministère ne s’est d’ailleurs pas fait attendre : le porte-parole du ministre de la santé s’est « étonné de la proposition étrange du docteur Dukan qui fait de la discrimination physique sans le savoir ». « Les problèmes de santé des adolescents sont suffisamment graves et préoccupants pour ne pas être pris à la légère. Le bac non plus. C’est un examen des savoirs et des connaissances, pas un examen de santé ! ». Tout est dit !

Nouvelles propositions

Ce qu’il y a de bien avec les mauvaises idées, c’est qu’elles en génèrent d’autres qui ne sont pas forcément meilleures mais qui font avancer la réflexion sur ce sujet, qui je l’accorde à Pierre Dukan, est sérieux et majeur. L’éducation nutritionnelle parait être une bonne façon de lutter contre l’obésité, à travers l’apprentissage de la cuisine ou la connaissance des produits alimentaires. Voici quelques idées qui me sont venues en tête à partir de cette proposition :

  • Intégrer au programme du bac une épreuve de diététique en contrôle continu, avec établissement d’un menu pour la semaine et réalisation de quelques plats en TP de Sciences de la Vie (ce serait plus sympa que de disséquer une blatte…)
  • Associer Weight Watchers à l’établissement des menus des cantines scolaires pour démocratiser cette méthode dans les écoles²
  • Lors de la préparation à la naissance (faite par une sage-femme et remboursée par la sécurité sociale), intégrer des cours de diététique familiale pour sensibiliser les futurs mamans à une bonne alimentation de leur enfant

Avez-vous d’autres idées pour améliorer l’éducation alimentaire ? Je suis sure que oui, n’hésitez pas à les partager en commentaire !!!

Et bon courage pour les futurs bacheliers ;)

¹Pour la petite histoire, Pierre Dukan a imaginé sa méthode à la suite d’une demande d’un patient en surpoids accro à la viande, il lui a dit de ne plus manger que ça…. Et le patient a maigri !

²Je ne travaille pas pour WW, mais s’ils ont besoin d’une agence de communication qu’ils n’hésitent pas à me faire signe !

Les internautes qui ont lu cet article ont aussi consulté
Commentaires
0 vote
par trape (IP:xxx.xx7.201.122) le 16 janvier 2012 a 12H36
trape (Visiteur)

La "com", la publicité moderne consistent à faire parler de soi...et à ce titre, Monsieur Dukan a réussi. Je ne parlerai pas de ses propositions parce que je ne les ai pas lues ; tout le monde a retenu, uniquement le mélange d’un contrôle de connaissance et une donnée de santé publique ce qui a titre personnel, me laisse un peu songeur ! Par la reprise par tout les médias, qui condamnent, en général, surtout ceux qui se croient investi par la "bonne parole" (Marina Carrère d’Encausse) et la révélation de la "vérité" ; Monsieur Dukan a réussi sa campagne publicitaire : faire parler de lui. N’oublions jamais qu’il avait vendu beaucoup de livres, bien avant de s’exposer médiatiquement. Tous les régimes font maigrir et presque toutes les pertes de poids, voient ce poids remonter quelques années plus tard ; y compris les traitements chirurgicaux (anneau, sleeve, by-pass). Cela devrait rendre modeste tous les intervenants de ce secteur, ou tout ceux qui s’intéressent à cette pathologie, en dehors du "café du commerce". La marge, la différence des résultats entre ceux obtenus par la science officielle ou par les hérétiques dont le Dr.Dukan, est étroite, pour ne pas dire inexistante. C’est donc difficile. La seule façon de combattre l’obésité, le surpoids, et le mauvais comportement de santé ( qui ne se limite pas au poids, au BMI du sujet), est la prévention ; et le plus tôt possible. Selon les études, 20% des enfants obèses avant la puberté, et 50%-70% après la puberté, restent obèses adultes. Le PNNS est d’une efficacité réelle mais modeste. C’est peut-être cela qu’il faudrait retenir de la "com" de Monsieur Dukan : profiter de l’école pour apprendre à avoir un bon comportement de santé (et pas les "nouvelles modalités" du passage du baccalauréat.... )

1 vote
par LunedeSable (IP:xxx.xx6.89.35) le 16 janvier 2012 a 18H36
LunedeSable, 17 articles (Consultante en nutrition)

Peut-être aussi que chacun doit se réapproprier son alimentation et faire confiance à ses sens, son plaisir, sa faim et sa satiété, sans chercher forcément à équilibrer à tout prix les nutriments et les vitamines... et à correspondre aux diktats divers et variés imposés par les dogmes nutritionnels... qui sont très éloignés de nos assiettes finalement.