Mon logo CareVox
CareVox par RSS
CareVox sur Facebook
CareVox sur Twitter
« Manger peut-il nuire à la santé ? » Ca dépend de votre caddie
« Manger peut-il nuire à la santé ? » Ca dépend de votre caddie
catégorie
note des lecteurs
date et réactions
16 février 2011 | 6 commentaires
Auteur de l'article
La rédaction CareVox, 541 articles (Comité de rédaction)

La rédaction CareVox

Comité de rédaction
note moyenne des lecteurs
nombre d'articles
541
nombre de commentaires
0
nombre de votes
3

« Manger peut-il nuire à la santé ? » Ca dépend de votre caddie

« Manger peut-il nuire à la santé ? » Ca dépend de votre caddie

Un documentaire choc sera diffusé ce soir sur France 3. Il s’agit d’un reportage qui décortique notre assiette en nous incitant à davantage de vigilance dans notre façon de nous alimenter. Les français consomment à leur insu des produits chimiques à foison, des pesticides et autres produits dangereux. Ce n’est pas la révélation de l’année, certes, mais le documentaire fait preuve d’une grande investigation, tout en apportant des pistes pour « manger mieux ».

La RATP n’avait pas souhaité se faire l’écho d’une campagne de France Nature Environnement dénonçant des méfaits alimentaires résultant d’une agriculture intensive, mais France 3 vient à la rescousse pour révéler certaines vérités pas toujours agréables à entendre ce soir à 22h55. Il ne s’agit pas de « malbouffe » au sens populaire du terme, mais des côtés nocifs présents chez les cinq produits phares de notre alimentation : pomme, tomate, pain, croissant, porc et saumon. A travers « Manger peut-il nuire à la santé ? » le réalisateur Eric Guéret, la journaliste Isabelle Saporta et leur équipe de scientifiques mènent l’enquête. Le toxicologue André Picot, le neuropsychiatre David Servan-Schreiber, l’épidémiologiste Annie Sasco, le nutritionniste Laurent Chevallier et le chercheur Pierre Meneto interviennent tout au long d’une enquête riche en enseignements.

Entre les nombreux pesticides recouvrant une pomme, les insecticides présents dans la farine du boulanger, les antibiotiques présents chez le porc et les colorants injectés dans le saumon, les caméras de France 3 investissent des vergers, des porcheries, des élevages de saumon et des Moulins. Puis le documentaire nous rassure, en mettant l’accent sur des initiatives allant dans le sens d’une alimentation plus saine. Le site de France 3 précise à cet effet que « l’émission tente d’apporter des conseils au consommateur » puisque, comme il l’affirme, « il est toujours possible de mieux manger pour préserver notre santé ».
 

La rédaction CareVox
Les internautes qui ont lu cet article ont aussi consulté
Commentaires
1 vote
par spoone30 (IP:xxx.xx8.55.71) le 17 février 2011 a 00H58
spoone30 (Visiteur)

definition d Un produit phytosanitaire

Un produit phytosanitaire est une substance émise dans une culture pour lutter contre des organismes NUISIBLES. C’est un terme générique qui rassemble les insecticides, les fongicides, les herbicides, les parasiticides. Ils s’attaquent respectivement aux insectes ravageurs, aux champignons, aux « mauvaises herbes » et aux vers parasites.

Ils englobent donc les substances « phytosanitaires » ou « phytopharmaceutiques ».

Dans une acception plus large, comme celle de la règlementation européenne[1] , ce peut être des régulateurs de la croissance, ou des substances qui répondent à des problèmes d’hygiène publique (par exemple les cafards dans les habitations), de santé publique (les insectes parasites poux, puces ou vecteurs de maladies telles que le paludisme et les bactéries pathogènes de l’eau détruites par la chloration), de santé vétérinaire, ou concernant les surfaces non-agricoles (routes, aéroports, voies ferrées, réseaux électriques...).

a savoir aussi :: :: :

il a 3 types d agriculture Intensive biensur ( 10% ) des agriculteurs meme pas !!! raisonnée evirons 80% des agriculteurs !!!

et biensur Biologique ou BIO qui son environ 10% aussi ( exploitation qui on developper une NICHE car generalement en difficulter !!! )

en espace de 10 ans 40% des exploitation française en moin !!!!

je sui producteur en agriculture raisonnée , nous avons des chartres de qualité, aussi bien pour les cereales que le lait ( de qualiter lait cru ) et nous sommes quan meme controlé sur les produit livrer, aussi bien au silo ( organisme stockeur a chaque benne ) qu en laiterie ou a chaque collecte ou il ya analyse de faite !!!! alor arret on de dire ke l on fait de la merde !!!!!

en FRANCE on en et pas a metre des residu de fiante de poule, ou meme des hormones et j en passe bien d otre qui se passe en Europe !!! et ailleur !!!

je veux bien croire qu il y a encore a faire, mai arreton de demolire notre agriculture !!! sinon pour le coup on bouffera de la merde !!! et pas de chez nous .....................................

2 votes
par BAUDOUIN (IP:xxx.xx9.6.39) le 17 février 2011 a 10H40
BAUDOUIN (Visiteur)

Les agriculteurs doivent cesser de jouer aux victimes des méchants bios, et se poser les vraies questions : ils se sont fait piéger par la finance, par une conception du progrès tout puissant qui nous mène à notre perte. Ils sont les premières victimes des pesticides, comme l’indique encore une étude toute récente, vue hier dans le journal vendu aux khmers verts qu’est le Courrier de l’Ouest. Alors plutôt que de faire la forteresse assiégée contre les traîtres, remettons nous en cause, soyons honnêtes d’abord avec nous-mêmes, et changeons de modèle de développement. Les analyses dont vous parlez, combien de pesticides dans vos produits ? Cessez de faire l’autruche, et vous retrouverez votre dignité, l’estime des citoyens. Un vigneron en bio.

0 vote
par mil’diou (IP:xxx.xx5.240.6) le 17 février 2011 a 16H22
mil'diou (Visiteur)

Bonjour. Je me demande comment l’utilisateur des "produits phyto-pharmaceutiques" arrive à décrypter les consignes de précautions d’emploi des produits précités. Ces produits sont homologués par le ministère de l’agriculture, mais le sont-ils par le ministère de la santé ??? Peu importent les chiffres cités toujours discutables sur le % des types d’agriculture, c’est le terme "raisonnée" qui "résonne" mal. Est-ce que ça laisse supposer qu’avant, l’agriculture était déraisonnable ??? On entend parler d’agriculture bio intensive. Je rêve ou c’est antinomique. Quand on emploi des produits avec le suffixe "cide" ajouté, mes restes de cours de français me rappellent que ça signifie "tueur de". Ajouté à insecte donne "insecticide", donc "tueur d’insectes" comme un parricide est un tueur de père, infanticide un tueur d’enfant, etc... Un herbicide tue donc l’herbe supposée mauvaise, gênante pour le type d’agriculture de production. Le fongicide tue les champignons, etc... Quant à la famille totale des pesticides : http://www.actu-environnement.com/a... ... ça se passe de commentaire. Et on vous dit calmement que tout ça c’est sans danger pour l’environnement et la santé humaine. Tous ces produits sont devenus indispensables aux agriculteurs par suite de la stérilisation des sols : http://www.youtube.com/watch?v=vzMh... Malheureusement, nos agriculteurs actuels sont tributaires de leurs coopératives, eux mêmes tributaires des lobbies des labos. Habitant un village où règne l’agriculture intensive (maïs, tournesol, colza, production de lait, de viande (vaches, porcs, canards, poulets, lapins...) d’œufs (poulailler industriel de 180 000 pondeuses)) tout ça sur 700 ha et atteint récemment d’un cancer de la prostate avec les suites que ça comporte, j’ai compris l’étendu du business. Ca fait vivre tellement de monde qu’on se tait. Bayer produit les "médicaments de l’agriculture" et les médicaments qui soignent les cancers qui en découlent. Merci aux actionnaires (dont nous sommes par nos petits placements) d’exiger des progressions annuelles à deux chiffres. Je lis en ce moment un bouquin écrit en 1966 par un médecin généraliste voisin : " Les hommes sont fous ! " . Incroyable de précision sur les prévisions qu’il faisait et qui s’avèrent exactes plus de 40 ans après, sur le recours à la chimie pour faire face à une surnatalité mondiale incontrôlée. J.Y.Cousteau et René Dumont faisait le même constat il y a 30 ans. Mais nos décideurs s’en moquent éperdument, absorbés qu’ils sont par leur réélection. Nous vivons une époque moderne, le progrès fait rage, et notre populace regarde "plus belle la vie". C’est à pleurer. Mil’diou

0 vote
par soussou (IP:xxx.xx1.43.255) le 17 février 2011 a 23H08
soussou (Visiteur)

reportage très interessent , il devra être rediffusé pour plus d’audience, malheuresement l’intervention de représentant de l’agence française de sécurité sanitaire des aliments n’a pas eu lieu pour se défendre et parler des plans de surveillances appliqués pour la recherche de résidus et substances nicives à la santé publique

0 vote
par cgcgc (IP:xxx.xx8.194.156) le 18 février 2011 a 00H37
cgcgc (Visiteur)

Encore une fois du grand n’importe quoi et Eric Guéret qui ose dire que tout le monde mangait bio dans les années 50, alors que certains ne mangeaient pas, la France n’était pas autosuffisante. Le responsable c’est le consommateur, en plus il le dit à la fin du docu, mais pendant deux heures c’est les producteurs que s’en sont pris plein la tronche et le consommateur rien... c’est dingue.

1 vote
par louiser74 (IP:xxx.xx2.221.32) le 7 mars 2011 a 14H41
louiser74 (Visiteur)

c’est sûr la manière dont vous produisez vos "merdes" n’est pas belle à voir et à connaître !!! Si vous stoppiez de produire comme cela peut être que vos productions auraient plus de valeurs (dans tous les sens du terme) ! Parce que vous êtes fier de donner à manger dans ces conditions !?! C’est de l’intoxication aidée et sponsorisée (par l’état, l’UE et les marchands de poisons). Totalement inadmissible !!!

Un producteur raisonné et raisonnable.