Mon logo CareVox
CareVox par RSS
CareVox sur Facebook
CareVox sur Twitter
manger = partager ?
manger = partager?
note des lecteurs
date et réactions
20 mai 2010 | 3 commentaires
Auteur de l'article
Florian Saffer, 57 articles (Diététicien Nutritionniste)

Florian Saffer

Diététicien Nutritionniste
note moyenne des lecteurs
nombre d'articles
57
nombre de commentaires
15
nombre de votes
2

manger = partager ?

manger = partager?

Lorsque l'on parle d'alimentation santé les spécialistes de la nutrition nous évoquent bien évidemment les différents modèles alimentaires réputés bénéfiques comme par exemple l'alimentation crétoise.

En effet ce modèle alimentaire est riche en fruits et légumes, poissons et ne contient aucun aliment industrialisé.

Or résumer, le modèle Crétois à certains aliments est un raccourci qui occulte le contexte dans lequel sont pris ces repas. Dans toutes ces cultures traditionnelles l'acte alimentaire est systématiquement associé à la convivialité et au partage.

Prenons l'exemple des repas pris au restaurant, pour les crétois, le repas est un acte social et par conséquent la nourriture est commandée pour la "table" et non pas pour chaque individu. Le summum de l'impolitesse consisterait à se commander seul un plat alors que l'on est accompagné.

Dans la même logique, ces dernières années les livres vantant les mérites du régime Okinawa ont inondé les rayons de l'espace santé de toutes les librairies d'Europe. Ce régime porte le nom d’un archipel du Japon. On y retrouve la plus longue espérance de vie ainsi que le plus grand nombre de centenaires à l’échelle mondiale.

Or ce qui caractérise avant tout le mode de vie à Okinawa est le partage : tous les habitants d’Okinawa sont très entourés. Non seulement ils s’impliquent dans la vie du village, mais ils appartiennent à des sortes de clubs de quartier qui se réunissent chaque semaine et où tous montrent leur solidarité.
Il en est de même pour les repas, à Okinawa un repas est forcement partagé. Ce moment de partage va permettre d'instaurer certaines règles : manger lentement et appréciant ce que l'on mange. Ce repas partagé contient d'ailleurs une règle fondamentale : ne pas sortir de table repu. A Okinawa la règle est de ne jamais manger plus que sa faim. 
 
Il est d'ailleurs intelligent de comparer ces modèles basés sur le partage au modèle anglo-saxon. Aux Etats-Unis comme en Angleterre, l'alimentation est avant tout un acte individuel. Or ce sont dans ces pays que l'obésité est la plus importante.

La France est le pays d'Europe où la corpulence moyenne est la plus basse. Nous pouvons imaginé que le fait que traditionnellement nous sommes extrêmement attaché au plaisir de la table et que nous ayons conservé l'habitude de partager nos repas et de prendre le temps de nous assoir pour nous nourrir est une partie de la réponse.

Il est d'ailleurs marrant de constater que ce rôle social de la nourriture n'est pas le propre de l'homme. Le docteur Brian Hare, de l'université de Duke, a étudié le rôle de la nourriture chez le bonobo, un cousin du chimpanzé, dont le code génétique est très proche du nôtre. Dans une cage, il place de la nourriture et un bonobo. Au lieu de festoyer tout seul, ce dernier choisit d'ouvrir la porte de la cage voisine pour partager sa pitance avec un congénère.

Pour conclure, il est important de garder à l'esprit qu'une alimentation santé ne se résume pas à la consommation de "bons aliments" ; manger sainement c'est également prendre le temps de s'assoir, partager et discuter autour d'un bon repas. Gardons à l'esprit que l’éthymologie de copain vient du latin "cum panem", "celui avec qui on partage le pain".

Florian SAFFER
Diététicien – comportementaliste

Article en lien avec ce thème : Manger ensemble aide à réguler son alimentation.

"L'idéal diététique n'existe pas : manger équilibré c'est finalement manger avec une succession de déséquilibres"
Les internautes qui ont lu cet article ont aussi consulté
Commentaires
3 votes
par anna O (IP:xxx.xx2.255.36) le 24 mai 2010 a 12H00
anna O (Visiteur)

tellement vrai ! Je suis surprise de lire ce discours dans un article écrit par un nutritionniste.

Passionnée de sociologie j’ai parfois l’impression que nutrition et socio sont deux univers qui évoluent ensemble sans jamais se cotoyer.

Les nutritionnistes nous parlent constament d’acides gras, de vitamines... et oublient d’aborder le côté humain de l’alimentation. Les sociologues nous parlent des cultures alimentaires sans évoquer leur impact santé...

Merci de bousculer tout cela Mr Florian

0 vote
par florence (IP:xxx.xx0.255.202) le 11 juin 2010 a 08H55
florence (Visiteur)

Florian,

J’ai fait une intervention mardi soir dans un pôle petite enfance auprès de parents et de professionnels.

Certes j’ai repris tout le versant nutrition des bébés et des enfants mais j’ai aussi abordé le comportement alimentaire, le goût, ... tu t’en doutes bien :)

L’acte alimentaire c’est se nourrir d’aliments mais c’est aussi se nourrir des autres. Ce qui rejoint le message de ton article.

Florence

0 vote
par florian saffer (IP:xxx.xx3.151.13) le 11 juin 2010 a 08H59
florian saffer (Visiteur)

j’aime beaucoup "se nourrir des autres"

bonne journée Florence