Mon logo CareVox
CareVox par RSS
CareVox sur Facebook
CareVox sur Twitter
Manger ou non de la viande ?
Manger ou non de la viande ?
note des lecteurs
date et réactions
22 février 2010
Auteur de l'article
Béatrice de Reynal, 207 articles (Nutritionniste)

Béatrice de Reynal

Nutritionniste
note moyenne des lecteurs
nombre d'articles
207
nombre de commentaires
0
nombre de votes
0

Manger ou non de la viande ?

Manger ou non de la viande ?

Le problème se pose plus largement de consommer ou non des produits animaux très dispendieux en eau, en énergie et en matières végétales. Mais globalement, il faut bien avouer que le niveau de consommation des produits carnés signe le niveau de développement socio-économique  d’une population. Ainsi, les Chinois sont passés en 20 ans de 12 à 60 kg de viande par an et par habitant…. Inutile de vous dire qu’il faut suivre, derrière ! Nous autres, en France, sommes à 82 kg de viande par an…. Rien que la viande. Il faut ajouter les œufs, poissons, fromages…

Les problèmes sont soulevés dans une synthèse publiée par la FAO et l’ONU :
"La situation mondiale de l'alimentation et de l'agriculture" qui aborde, pour une fois, l’impact que ceci peut avoir sur l’environnement et sur l’économie locale. Comment gérer cet appétit d’ogre et tout le reste ? C’est que nous ne sommes que 3 milliards actuellement et que tout ça va faire des petits…
. l'élevage est déjà responsable, aujourd'hui, de 18 % des émissions totales de gaz à effet de serre, soit plus que le transport… incroyable, non ?

Il ne vous reste plus qu’à vous sacrifier : arrêter de manger de la viande et offrez votre corps, non pas à la science, mais au fast-food en bas de chez vous.
C’est toujours ça qu’on pourra recycler intelligemment.
Car enfin, la viande reste indispensable pour sa richesse en fer (fer héminique, correctement assimilé, contrairement au fer végétal), au cuivre, au zinc, aux vitamines PP, B2, parfois B1 ; B6….
Bref, la viande, c’est bon pour la santé. A condition de ne pas dépasser la dose prescrite.
Non, je vois le problème d’une autre façon : l’homme peut nutritionnellement tout supporter, à condition que la transition soit suffisamment douce.
Pas trop brutale.

Et c’est justement ça qui ne va pas : les Brésiliens ne sont pas adaptés au passage brutal , au régime coca, burger, chips, TV.
Ils vont tous faire une apoplexie, devant la TV .
L’agence des Nations unies appelle les Etats à favoriser l'intégration de certains paysans à des coopératives, pour assurer une plus grande compétitivité et d'une meilleure valorisation de leurs produits. Cela ne suffira pas !

Les internautes qui ont lu cet article ont aussi consulté
Mots-clés :
Aliments Nutrition Viande