Mon logo CareVox
CareVox par RSS
CareVox sur Facebook
CareVox sur Twitter
Manger épicé pour vivre plus longtemps ? Oui, mais pas n’importe comment
Manger épicé pour vivre plus longtemps ? Oui, mais pas n'importe comment
note des lecteurs
date et réactions
6 août 2015
Auteur de l'article
mackysanogo, 31 articles (Rédacteur)

mackysanogo

Rédacteur
note moyenne des lecteurs
nombre d'articles
31
nombre de commentaires
0
nombre de votes
0

Manger épicé pour vivre plus longtemps ? Oui, mais pas n’importe comment

Manger épicé pour vivre plus longtemps ? Oui, mais pas n'importe comment

Une récente étude britannique montre que manger une cuisine épicée permettrait de vivre plus longtemps. Anti-cancer, anti-inflammatoires ou encore antioxydants, les aliments épicés auraient de nombreuses vertus. Béatrice de Reynal, nutritionniste, fait le point sur les bonnes et les mauvaises épices.

Une étude montrant les effets des épices sur la santé a été réalisée sur un demi-millions de Chinois. Ils ont modifié leurs habitudes alimentaires et ils ont mangé des plats épicés au moins une fois par jour. Résultat, ils auraient une espérance de vie plus élevée que les autres, et leur alimentation aurait aidé à réduire les risques de cancers, maladies coronariennes ou respiratoires. Un nouveau mode de vie à adopter ? Possible, mais il ne faut pas faire n’importe quoi.

Plusieurs facteurs entrent en compte 

Les études passées ont déjà montré des effets sur la santé de certaines épices, notamment le piment ou le curcuma, pour leurs effets anti-cancers ou antioxydants. Les épices ont aussi souvent une action bactériostatique ou même, antibiotique.

En Chine, la cuisine est essentiellement épicée au piment. Ces analyses, faites sur un demi-million de sujets, ont montré un lien entre la consommation d'aliments épicés et la mortalité toutes causes confondues (cancer, maladies cardiaques ischémiques et les maladies respiratoires).

Mais les causes des maladies sont multifactorielles et on ne peut pas attribuer aux seules épices le bénéfice mesuré. Par exemple, le fait de boire plus d'eau ou de thé, de vivre plus traditionnellement en milieu rural et non urbain ou de boire moins de boissons alcoolisées contribuent aussi à augmenter l'espérance de vie.

Une vision européenne différente

En Europe, l’idée qu’au Moyen Âge, les épices étaient utilisées pour "masquer" la putréfaction des aliments, des viandes notamment, reste bien ancrée dans nos subconscients. C’est injuste et inexacte.

En vérité, les épices avaient une valeur immense et elles étaient considérées comme souveraines pour la santé, la longévité… Aujourd’hui, on sait qu’une cuisine relevée, épicée et aromatique est valorisée, à la fois socialement et nutritionnellement. Ajouter des épices permet de limiter le sel ou le gras.

Bien faire attention à la qualité des épices

Je mets en garde contre certaines épices qui pourraient être polluées (celles que vous rapportez de lointains marchés, achetées à petit prix, et dont on ne connaît rien, ni la provenance, ni les conditions de récolte et de stockage).

Ces épices peuvent contenir des insectes indésirables, et même des toxiques et contaminants. Si vous en consommez régulièrement et de façon abondante, vous prenez des risques. Il vaut mieux avoir un contrôle sanitaire dessus… même si ça casse un peu la poésie du folklore.

Les herbes aromatiques, une bonne alternative

J'encourage et je soutiens les gens qui mangent de façon épicée. Il faut prendre du plaisir à manger et les épices peuvent largement y contribuer, surtout si l’on veut mettre moins de sucre, de sel ou de gras.

 

Mais trop, c’est trop : manger trop épicé peut provoquer des aigreurs, des brûlures d’estomac, enflammer des hémorroïdes...
Pour la santé, je recommande plus volontiers de consommer des fruits et des légumes avec des herbes aromatiques, qui sont des concentrés de vitamines et antioxydants.

Les internautes qui ont lu cet article ont aussi consulté
Mots-clés :
Antioxydants Cancer