Mon logo CareVox
CareVox par RSS
CareVox sur Facebook
CareVox sur Twitter
Manger épicé pour réduire la glycémie postprandiale et certains effets négatifs des lipides
Manger épicé pour réduire la glycémie postprandiale et certains effets négatifs des lipides
note des lecteurs
date et réactions
23 septembre 2011
Auteur de l'article
Fondation Louis Bonduelle, 53 articles (Association)

Fondation Louis Bonduelle

Association
note moyenne des lecteurs
nombre d'articles
53
nombre de commentaires
0
nombre de votes
0

Manger épicé pour réduire la glycémie postprandiale et certains effets négatifs des lipides

Manger épicé pour réduire la glycémie postprandiale et certains effets négatifs des lipides

Avoir une alimentation épicée riche en antioxydants permet de réduire de 30 % le taux de triglycérides suite à des repas trop riches en graisses.

C’est ce qu’a constaté le Dr West après avoir testé des repas sur des hommes en surpoids mais en bonne santé. Il a ajouté une cuillère à soupe d’épices à chaque élément du repas – poulet au curry, pain aux herbes italiennes, biscuits à la cannelle – Le repas contrôle étant le même sans épices.

Des prélèvements sanguins ont été effectués sur les sujets toutes les 30 mn pendant 3 heures après les repas. Les épices ont été choisies en raison de leur activité antioxydante puissante contrôlée auparavant en laboratoire - le romarin, l’origan, la cannelle, le curcuma, le poivre noir, le clou de girofle, l’ail en poudre et le paprika.

Avec les épices, l'activité antioxydante dans le sang a augmenté de 13 % et la réponse insulinique a diminué d'environ 20 %. De nombreux scientifiques pensent que le stress oxydatif contribue aux maladies cardiaques, à l'arthrite et au diabète. Les antioxydants, comme ceux des épices, peuvent être un vecteur important dans la réduction du stress oxydatif et donc, dans la réduction du risque de certaines maladies chroniques.

Les Nutritionnistes de la Fondation Louis Bonduelle Article d'origine sur www.fondation-louisbonduelle.org

SOURCES

  • Ann C. Skulas-Ray, Penny M. Kris-Etherton, Danette L. Teeter, C-Y. Oliver Chen, , John P. Vanden Heuvel6, and Sheila G. West

    The Journal of Nutrition June 22, 2011, doi: 10.3945/jn.111.138966

Les internautes qui ont lu cet article ont aussi consulté
En savoir plus sur...