Accueil du site
> Nutrition & Régimes > Les Actus
Mon logo CareVox
CareVox par RSS
CareVox sur Facebook
CareVox sur Twitter
Manger du poisson est bon pour la santé mentale
Manger du poisson est bon pour la santé mentale
catégorie
note des lecteurs
date et réactions
5 décembre 2011
Auteur de l'article
Léa Belleval, 97 articles (Rédacteur)

Léa Belleval

Rédacteur
note moyenne des lecteurs
nombre d'articles
97
nombre de commentaires
0
nombre de votes
0

Manger du poisson est bon pour la santé mentale

Manger du poisson est bon pour la santé mentale

Une équipe de chercheurs américains vient de montrer que le fait de manger du poisson au moins une fois par semaine, que celui-ci soit grillé ou cuit à la vapeur, permet de limiter les risques de développer la maladie d’Alzheimer.

Les scientifiques de l’Université de Pittsburgh ont présenté leurs conclusions ce week-end, à l’occasion du Congrès de la Radiological Society of North America. Et elles ont eu de quoi éveiller l’attention des participants : Selon les chercheurs en question, les personnes qui consomment du poisson grillé ou cuit à la vapeur au moins une fois par semaine possèdent un volume plus important de matière grise dans les parties du cerveau les plus exposées au risque de se voir toucher par la maladie d’Alzheimer (maladie dégénérative du cerveau qui réduit progressivement et irrémédiablement les fonctions mentales, dont la mémoire). Le Docteur Cyrus Raji, un des principaux auteurs du rapport, précise cependant que « ces observations ne sont pas valables pour le poissons frits ou séchés ».

Dans le cerveau, matière grise rime avec santé mentale, et la perte de matière grise induit un rétrécissement des cellules cérébrales. Selon les auteurs de l’étude, ces travaux sont les premiers à établir un lien direct entre la consommation de poisson, la structure cérébrale et le risque de développer la maladie d’Alzheimer. Mais les résultats ne sont pas si surprenants dans la mesure où de nombreuses recherches sur la maladie d’Alzheimer ont déjà mis en lumière l’importance des oméga-3 et des huiles de poisson sur la santé cérébrale.

L’étude a porté sur 260 personnes, toutes volontaires pour participer au Cardiovascular Health Study, un programme de surveillance de la santé. Parmi ces personnes, 163 avaient mangé du poisson au moins une fois par semaine. Les scientifiques ont ensuite mesuré le volume de matière grise des participants à l’aide d’une IRM. Au rang des résultats obtenus, il y en a un qui a eu le don de marquer l’assistance : 47% des personnes n’ayant pas consommé de poissons ont développé la maladie d’Alzheimer… alors que seuls 3% des consommateurs ont été atteints. Avec ça, plus personne ne se plaindra d’avoir une mémoire de poisson rouge.
 

Inscrivez-vous à la newsletter !
Les internautes qui ont lu cet article ont aussi consulté