Accueil du site
> Nutrition & Régimes > Les Actus
Mon logo CareVox
CareVox par RSS
CareVox sur Facebook
CareVox sur Twitter
Les sodas et les jus de fruits mèneraient à la dépression
Les sodas et les jus de fruits mèneraient à la dépression
catégorie
note des lecteurs
date et réactions
10 janvier 2013
Auteur de l'article
Patrick Rollo, 495 articles (Rédacteur)

Patrick Rollo

Rédacteur
note moyenne des lecteurs
nombre d'articles
495
nombre de commentaires
0
nombre de votes
0

Les sodas et les jus de fruits mèneraient à la dépression

Les sodas et les jus de fruits mèneraient à la dépression

Selon une étude américaine, les sodas, et en particulier les sodas allégés, pourraient favoriser les risques de dépression. Mais l’étude n’a pas (encore ?) pu établir de lien direct de cause à effet. En revanche, et comme des études précédentes l’avaient là aussi suggéré, la consommation de café permettrait de lutter contre la déprime.

Une équipe de scientifiques du National Institutes of Healt, aux Etats-Unis, est convaincue de détenir une piste pour faire la lumière sur les causes d’accroissement de risque de dépression. Leur étude, présentée lors du 65ème congrès annuel de l’American Academy of Neurology, fait en effet une corrélation surprenante entre la consommation de sodas et la santé mentale : Le fait de boire des sodas, surtout allégés, et divers jus de fruit augmenterait le risque de dépression. A l’opposé, boire du café serait efficace pour lutter contre la déprime.
 
Pour parvenir à ces résultats, les chercheurs ont observé pendant 10 ans 263 925 personnes âgées de 50 à 71 ans. Verdict : les intéressés qui buvaient quatre verres de soda ou plus par jour ont eu 30% de risques en plus -et même 38% en cas de soda allégé- de sombrer dans un état dépressif par rapport aux personnes qui n’en buvaient pas. Pour les buveurs de café, rien de tel : Quatre tasse de café par jour, sans ajout de sucre, réduiraient le risque de dépression de 10%. Attention toutefois. Comme le précise un des contributeurs de cette étude, le docteur Honglei Chen, il convient de ne pas tirer de conclusions hâtives de ces constatations.

Les travaux, qui n’ont pas encore été validé par un comité de scientifiques, doivent en effet être confirmés par des recherches ultérieures car il apparaîtrait en particulier que les mécanismes biochimiques sous-jacents ne soient pas encore connus. Il n’en reste pas moins que la piste est sérieuse : En 2010 et en 2011 deux études différentes avaient suggéré d’une part que la consommation quotidienne de sodas entraîne une augmentation des risques de détresse psychologique et de dépression, et d’autre part que la consommation de café -et de préférence décaféiné- diminue le risque de dépression.

Les internautes qui ont lu cet article ont aussi consulté
Nutrition & Régimes