Accueil du site
> Nutrition & Régimes > Les Actus
Mon logo CareVox
CareVox par RSS
CareVox sur Facebook
CareVox sur Twitter
Les limites souvent méconnues de l’IMC (Indice de Masse Corporelle)
Les limites souvent méconnues de l'IMC (Indice de Masse Corporelle)
catégorie
note des lecteurs
date et réactions
9 décembre 2013
Auteur de l'article
Mickael DELAUNAY, 1 article (Rédacteur)

Mickael DELAUNAY

Rédacteur
note moyenne des lecteurs
nombre d'articles
1
nombre de commentaires
0
nombre de votes
0

Les limites souvent méconnues de l’IMC (Indice de Masse Corporelle)

Les limites souvent méconnues de l'IMC (Indice de Masse Corporelle)

Il existe différents instruments qui permettent de « mesurer la corpulence ». Toutefois, parmi tous ces différents instruments, c’est l’IMC (Indice de Masse Corporelle), qui est le plus utilisé et le plus populaire. Et si l’IMC est aujourd’hui l’outil le plus populaire, c’est particulièrement pour sa simplicité de calcul et d’interprétation.

Mais cette simplicité à un prix que beaucoup connaissent mal : l’IMC a ses limites, et il a ses défauts. Tour d’horizon des limites bien souvent méconnues de l’IMC.

La taille et le poids suffisent pour effectuer le calcul de l'Indice de Masse Corporelle. Toute autre considération n'est donc pas prise en compte. Voici les 5 principaux défauts de cet indicateur qu'il faut absolument conserver à l'esprit.

Un indicateur international

La première limite de l’IMC provient du fait que l’indicateur s’applique quelle que soit la région du monde où il est utilisé. Pourtant, il existe d’importantes différences ethniques en ce qui concerne la distribution de la masse adipeuse. Il est aussi intéressant de noter que les différents seuils de l’Organisation Mondiale de la Santé (qui permettent l’interprétation) sont basés sur une population principalement européenne et nord-américaine.

A tel point qu’en Asie, l’IOTF (International Obesity Task Force) a proposé en 2000 de nouveaux seuils. C’est dire si la notion "d’indicateur international" peut être biaisée.

Le sexe n’est pas pris en compte

Une limite majeure de l’Indice de Masse Corporelle est qu’il est calculé de la même manière, que ce soit pour les hommes ou bien pour les femmes.

Chez la femme la corpulence est donc surestimée.

L’âge n’est pas pris en compte

Que vous ayez 30 ans ou bien 60 ans, le calcul de l’IMC ne s’embarrasse pas de votre âge. Globalement fiable pour les personnes entre 20 ans et 65 ans, l’IMC n’est pas applicable aux enfants. En effet, jusqu’à 18 ans ce sont les courbes du carnet de santé qui s’appliquent. Se pose aussi la question des limites : l’individu âgé de 18 à 20 ans se retrouve dans une situation où l’IMC n’est que rarement fiable.

Il n’y a pas d’histoire du poids

A travers l’IMC, on ne dispose d’aucune information sur « l’histoire du poids ».

Or il s’agit là d’une donnée très importante puisque le corps médical s’appuie sur cette histoire, dans la vie du patient, afin d’obtenir des informations plus précises sur la surcharge pondérale et sur la manière d'y faire face.

Les sportifs mis à part

En réalité l’IMC reflète seulement la masse grasse, de manière approximative. Pour les sportifs de haut niveau l’IMC reflète en fait davantage la masse musculaire que la masse grasse par exemple. Résultat : pour cette catégorie de personnes, l’IMC est totalement biaisé et ne peut s’appliquer. Pour tous les sportifs, une question légitime se pose donc : avoir un IMC élevé, est-ce être gros, ou bien est-ce être musclé ?

Conclusion

L’OMS (Organisation Mondiale de la Santé) indique elle-même, dans ses termes, que l’IMC est « une indication approximative ». Ce qu’il faut retenir de cet article et de la mise en garde de l'OMS, c’est que l’IMC permet d’adopter un regard totalement objectif sur sa corpulence, mais qu'il s’agit là d’un regard parfois « trop » objectif justement.

En prenant en compte seulement la taille et le poids, l’IMC est doté d’une simplicité à toute épreuve, mais la contrepartie de cette simplicité réside dans l'imprécision de l’indice lui-même.

Il est d'ailleurs intéressant de souligner que des débats réguliers, sur les limites de l'IMC, essaient de proposer de nouvelles pistes. Le professeur de mathématiques Nick Trefethen, par exemple, a récemment suggéré un "nouvel IMC", doté d'une nouvelle formule (voir sa formule sur le site de l'université d'Oxford : http://people.maths.ox.ac.uk/trefethen/bmi.html).

Par ailleurs, le 31 Janvier 2014, se tiendra un colloque « Journée Annuelle Benjamin Delessert », à Paris, dans lequel il est intéressant de noter que l’après-midi sera consacrée au thème « Au-delà de l’IMC »

Un aperçu de l’IMC à travers le monde

SOURCES

Les internautes qui ont lu cet article ont aussi consulté
Mots-clés :
Poids