Mon logo CareVox
CareVox par RSS
CareVox sur Facebook
CareVox sur Twitter
Au coeur de l’été, les huiles végétales et leurs bienfaits
Au coeur de l'été, les huiles végétales et leurs bienfaits
catégorie
note des lecteurs
date et réactions
7 août 2012
Auteur de l'article
Véronique Guillermet, 12 articles (Diététicienne-Nutritionniste)

Véronique Guillermet

Diététicienne-Nutritionniste
note moyenne des lecteurs
nombre d'articles
12
nombre de commentaires
0
nombre de votes
0

Au coeur de l’été, les huiles végétales et leurs bienfaits

Au coeur de l'été, les huiles végétales et leurs bienfaits

Avec l’été les salades sont de retour. Mais quelle huile choisir pour les assaisonner ? Pour profiter un maximum de leurs bienfaits, variez les plaisirs.

Olive, tournesol, noix, colza… on ne compte plus le nombre d’huiles ! Or toutes les huiles ne se valent pas sur un plan nutritionnel. Seul point commun : elles contiennent près de 100% de matières grasses (lipides) et sont donc toutes autant caloriques les unes que les autres : 900 kcal pour 100ml ou encore 90kcal pour une cuillère à soupe. En revanche, leurs teneurs en acides gras varient suivant leur origine et déterminent leur intérêt nutritionnel. Certains acides gras sont dits “essentiels” car ils sont indispensables au bon fonctionnement de l’organisme. Ces acides gras font partie de la famille des oméga 3 et des oméga 6 et notre organisme ne sait pas tous les fabriquer. Il faut donc qu’ils soient apportés par l’alimentation et certaines huiles en sont une bonne source.
 

A chaque huile sa composition et ses atouts nutritionnels

Côté santé, les acides gras participent au bon développement cérébral, au bon fonctionnement du système cardiovasculaire et jouent un rôle important dans la régulation du système immunitaire, des mécanismes inflammatoires et dans la coagulation sanguine. Chaque huile a ses caractéristiques nutritionnelles : certaines sont riches en oméga 3 (noix, colza, germe de blé, lin), d’autres en oméga 6 (maïs, pépin de raisin, tournesol). Mais il est important de respecter un bon rapport entre les acides gras : la quantité d’oméga 6 ne doit pas excéder 5 fois celle des oméga 3, ce qui est rarement le cas dans notre alimentation occidentale et industrielle. Il faut donc augmenter nos apports en acides gras omega 3. D’où l’importance de ne pas utiliser toujours la même huile pour cuisiner. Par ailleurs, certaines huiles (germe de blé, colza) sont riches en vitamine E qui protège contre le vieillissement cellulaire.
 

Alternez et combinez !

Pour équilibrer les apports, le bon réflexe est donc de varier les huiles, voire de les combiner. Par exemple, vous pouvez associer colza et pépin de raisin, colza et noix, ou encore colza et tournesol. Vous trouverez aussi des mélanges déjà préparés, en vente dans le commerce. Certaines huiles sont préférables pour l’assaisonnement (colza, noix, soja), d’autres pour la friture (arachide ou tournesol, résistantes à la chaleur) et enfin certaines peuvent être utilisées aussi bien à froid qu’à chaud (olive, tournesol). Attention cependant aux huiles de palme et de coprah très riches en acides gras saturés qu’il vaut mieux éviter de consommer. Dernier point : l’huile vierge est issue d’une seule pression à froid. C’est une huile pure, sans additifs ou traitement. Les huiles raffinées sont chauffées et traitées pour être débarrassées de leurs impuretés et conservées plus longtemps. A chacun de choisir en fonction de ses goûts et de son budget.
 

Les trois conseils pour bien conserver et utiliser l’huile

- Conservez vos huiles à température ambiante, dans une bouteille fermée, à l’abri de la lumière
- Vérifiez la date de péremption : une huile ne se conserve pas indéfiniment
- Changez l’huile de friture toutes les 8 à 10 fritures et après chaque utilisation, nettoyez le bain de friture de ses résidus.
Véronique Guillermet

SOURCES

  • Véronique Guillermet
Les internautes qui ont lu cet article ont aussi consulté
Mots-clés :
Omégas 3 Huile Omégas 6