Mon logo CareVox
CareVox par RSS
CareVox sur Facebook
CareVox sur Twitter
Les épices : bonnes ou mauvaises pour la santé ?
Les épices : bonnes ou mauvaises pour la santé ?
catégorie
note des lecteurs
date et réactions
4 novembre 2009 | 1 commentaires
Auteur de l'article
Béatrice de Reynal, 207 articles (Nutritionniste)

Béatrice de Reynal

Nutritionniste
note moyenne des lecteurs
nombre d'articles
207
nombre de commentaires
0
nombre de votes
0

Les épices : bonnes ou mauvaises pour la santé ?

Les épices : bonnes ou mauvaises pour la santé ?

Les épices sont-elles bonnes pour la santé ? Depuis le temps que les hommes et surtout les cuisiniers les utilisent, elles sont parfois dotées de vertus époustouflantes... parfois seulement de parfums incongrus ou extraordinaires. En attendant, que faut -l en penser ?

JPEG - 31.5 ko
Les épices : bonnes ou mauvaises pour la santé ?

Il est important de garder à l’esprit que les herbes et épices sont avant tout utilisées afin d’enrichir le goût des plats depuis des milliers d’années. Toutefois, en dehors de leur impact gustatif, leur impact nutritionnel n’est pas négligeable, même si elles ne sont souvent utilisées qu’en très petites quantités.


Plusieurs études scientifiques se sont intéressées aux potentielles vertus des épices et herbes aromatiques pour la santé.

Une source naturelle d'anti-oxydants

La plupart des herbes et épices sont en effet, une source naturelle d’antioxydants. Ces molécules antioxydantes rendent les radicaux libres moins nuisibles pour la santé en les neutralisant voire en les détruisant.
En incorporant des herbes et épices dans la cuisine, même en petites quantités, leur impact est réel puisque ces condiments contiennent plus d’antioxydants que de nombreux fruits et légumes. Par exemple, une cuillère d’origan apporte autant d’antioxydants que 80 grammes de raisins.
 
Chaque épice est associée à un certain nombre de bienfaits sur la santé plus ou moins démontrés. Il n’y a pas d’épice meilleure que les autres, mais chacune d’elle procure des bénéfices plus ou moins avérés lorsque sa consommation est faite avec précaution.

Le poivre noir bon pour la tension et la digestion

Le poivre noir, blanc ou vert, contient par exemple de la pipérine, une molécule qui lui donne son goût piquant. Selon certaines études, la pipérine aurait un effet positif sur la tension artérielle. Par ailleurs, une recherche effectuée par le Central Food Technological Research Institute, en 2007, indique que la pipérine stimulerait favorablement les enzymes digestives du pancréas, améliorerait la digestion et diminuerait significativement le temps de transit gastro-intestinal.
 

La canelle riche en antioxydants, fibres, fer et manganèse

Une étude parue dans l'American Journal of Clinical Nutrition, en juillet 2006, a classé la cannelle moulue au 4ème rang parmi les 50 aliments renfermant le plus d'antioxydants par portion de 100 g. Même si 100 g de cannelle équivalent à 50 cuillères à thé, 1 cuillère à thé de cannelle contient tout de même une concentration assez forte en antioxydants pour apporter une contribution non négligeable à notre alimentation quotidienne. La cannelle est également riche en fibres : 5 ml de cannelle renferme 1,3 g de fibres. Elle contient du fer ainsi que du manganèse, un minéral qui participe à la prévention des dommages causés par les radicaux libres.
De plus, les caroténoïdes (pigments orange et jaunes) du safran auraient démontré des propriétés anticancéreuses dans certaines études.
 

Le cayenne, bon pour les rhumatismes

Le cayenne quant à lui, présente plusieurs vertus, notamment des effets analgésiques dus à la capsaïcine. L'utilisation de lotions à base de capsaïcine pour soulager les douleurs de l'arthrite rhumatoïde et l'arthrose a d'ailleurs été approuvée par la Food and Drug Administration, aux États-Unis.
 

Les épices : à consommer raisonnablement toutefois

Toutefois, certaines herbes et épices, consommées en trop grande quantité, pourraient avoir des effets nocifs sur la santé humaine, tel est le cas par exemple du basilic, de la noix de muscade et de l’anis.

Dans le cadre de la nouvelle législation sur les substances aromatisantes, les députés européens doivent se prononcer sur des seuils maximum autorisés dans nos assiettes. La teneur en « substances toxicologiquement préoccupantes  » sera contrôlée et un seuil maximal fixé pour les denrées alimentaires présentant le risque le plus élevé pour la santé humaine.
Les internautes qui ont lu cet article ont aussi consulté
Commentaires
0 vote
par asimonyio anio (IP:xxx.xx5.105.82) le 18 février 2013 a 11H58
asimonyio anio (Visiteur)

Ravis de lire des informations riches en alimentation de l’homme. Etant donnée Toutes les plantes ne sont pas cosmopolites ; mais on peut trouver des plantes différentes selon leur habitat ou préférence écologique. Toutes fois elles peucent ou ne pas appartenir en une famille ou posseder une vertue. Dans le même ordre des idées, je compterai étudier les épices qui nous entourent ensemble avec votre contribution.