Mon logo CareVox
CareVox par RSS
CareVox sur Facebook
CareVox sur Twitter
Les antioxydants : amis ou ennemis ?
Les antioxydants : amis ou ennemis ?
catégorie
note des lecteurs
date et réactions
2 novembre 2009 | 3 commentaires
Auteur de l'article
Association pour la Recherche sur le Cancer , 3 articles (Association)

Association pour la Recherche sur le Cancer

Association
note moyenne des lecteurs
nombre d'articles
3
nombre de commentaires
0
nombre de votes
0

Les antioxydants : amis ou ennemis ?

Les antioxydants : amis ou ennemis ?

Les antioxydants sont-ils des « atouts anticancer » ? Si de nombreuses études ont suggéré que ces molécules protégeraient du cancer, des travaux récents indiquent qu’elles pourraient, au contraire, favoriser le développement de tumeurs en diminuant l’efficacité des chimiothérapies.

JPEG - 13.1 ko
Les antioxydants : amis ou ennemis ?

Tout a commencé dans les années 80, lorsqu’il est apparu que la consommation de fruits et de légumes semblait protéger du cancer. Quelques années et de nombreuses études plus tard, un consensus a émergé dans la communauté scientifique : les fruits et les légumes exerceraient leur bénéfice par l’intermédiaire d’une famille de nutriments qu’ils contiennent en grande quantité : les antioxydants (voir plus bas). Depuis lors, les antioxydants sont considérés comme des molécules presque « magiques », capables de protéger notre organisme du vieillissement et d’un grand nombre de maladies parmi lesquelles le cancer. Cependant, si l’on regarde la littérature scientifique de plus près, un doute s’instaure.

 
L’effet d’une alimentation riche en antioxydants
Des centaines d’études ont cherché à mesurer l’effet d’une alimentation riche en antioxydants sur le risque de cancer. L’une des plus aboutie est l’étude EPIC1 : en se fondant sur l’analyse des données relatives à plusieurs centaines de milliers de personnes, les chercheurs du groupement EPIC ont conclu qu’une alimentation riche en fruits et légumes - et donc en antioxydants - est effectivement associée à une diminution du risque de certains cancers (bouche, pharynx, larynx, œsophage, estomac et poumon). C’est notamment pour cette raison qu’il est recommandé de consommer au moins cinq fruits ou légumes frais par jour.
 
L’effet des compléments alimentaires contenant des antioxydants
Néanmoins, comme l’ont récemment rappelé l’Institut national du cancer et le réseau NACRe (Nutrition alimentation cancer recherche)2, les fruits et légumes ne peuvent pas être remplacés par des antioxydants pris sous la forme de compléments alimentaires. « La consommation de compléments alimentaires (…) peut présenter plus de risques que de bénéfices. Ainsi, l’apport de bêta-carotène sous forme de compléments alimentaires augmente de manière convaincante le risque de cancers chez des sujets à risque (par exemple le risque de cancer du poumon chez les fumeurs) alors que la consommation d’aliments contenant ce micronutriment semble favorable ». Ainsi, « sauf cas particuliers de déficiences et sous le contrôle d’un médecin, la consommation de compléments alimentaires n’est pas recommandée ».
 
Et en cas de cancer ?
Mais lorsque le cancer est là, un complément d’antioxydants ne peut-il pas aider l’organisme à combattre la maladie ? « Il est courant de penser que ce qui est naturel est forcément bon. Mais c’est faux ! Les tisanes et les compléments alimentaires contiennent des molécules actives qui peuvent interagir avec des médicaments conventionnels ou avec la radiothérapie » explique le Dr Barrie Cassileth3. « Nous devons dire aux patients qui suivent une chimiothérapie ou une radiothérapie : pas d’antioxydants, pas de compléments alimentaires ! Cela peut modifier la concentration des molécules thérapeutiques qui entrent dans leur organisme. Cela peut aussi contrecarrer l’action des traitements ». La radiothérapie et certaines chimiothérapies fonctionnent en effet en induisant la production de radicaux libres, des entités chimiques qui vont endommager les cellules cancéreuses et conduire à leur destruction. Or la principale activité des antioxydants est de s’opposer à l’action des radicaux libres. « Certains patients pensent que des compléments alimentaires riches en antioxydants vont protéger leurs cellules saines des effets secondaires des traitements antitumoraux, mais des données précliniques et cliniques montrent qu’ils protègent aussi les cellules cancéreuses » détaille le Dr Brian Lawenda, coauteur d’une étude4 relative à l’effet des antioxydants sur l’efficacité des chimiothérapies et radiothérapie du cancer.
 
Alors ? Les antioxydants sont-ils nos amis ou nos ennemis lorsqu’il s’agit de lutter contre le cancer ? Les données scientifiques actuelles montrent à quel point ils sont double-face : alliés de choix lorsqu’ils sont apportés par une alimentation variée et équilibrée, ils peuvent se retourner contre nous si l’on en vient à les consommer sous la forme de gélules.

POST-SCRIPTUM

  • Les antioxydants dans l’alimentation. Les antioxydants les plus connus sont le ß- carotène (provitamines A), la vitamine C (acide ascorbique), la vitamine E (tocophérol), les polyphénols et le lycopène. Les fruits, en particulier les fruits rouges, les légumes tels que les carottes, les épinards, les tomates, les céréales, le café et le thé sont des aliments riches en antioxydants.

Les internautes qui ont lu cet article ont aussi consulté
Commentaires
3 votes
par ninou (IP:xxx.xx5.232.149) le 3 novembre 2009 a 15H18
ninou (Visiteur)

Article qui prouve, en plus des dernières attaques en règle de l’afssa, que le codex alimentarius fait vraiment bien son boulot... (C’est quoi ? Tapez codex alimentarius dans un moteur de recherche et bonne navigation !)

Mais on comprend le désarroi des spécialistes de la monétarisation de la santé... Grâce à internet, le grand public (les petites gens) commence à être au courant des moyens de guérison alternatifs. Cela fait des année que l’on entend parler de rémissions ou de guérisons inexpliquées... Et souvent chez des personnes qui arrêtent les traitements lourds de la médecine moderne. Maintenant on commence à savoir pourquoi ! Et c’est dangereux pour le commerce de la maladie. Et pour ceux qui, en toute bonne foi, par bonté d’âme, participent depuis des années à la propogande de big pharma and co, la remise en cause est quasi impossible car elle implique un changement complet de paradigme. Reconnaître que l’on s’est trompé en masse, ou qu’on a été trompé, est très douloureux. D’où une mauvaise foi navrante... Nous prenons des compléments alimentaires parce que notre nourriture ne suffit plus, depuis quelques décennies, à nous apporter les nutriments essentiels à une bonne santé. Nous sommes tous victimes de multiples petites carences. En effet, les apports nutritionnels des fruits et légumes ont baissé en moyenne de moitié depuis 50 ans. De plus, l’utilisation massive (surtout en France !) des pesticides fragilise encore plus le corps (on sait bien qu’il sont cancérigènes... mais il parait qu’on ne sait pas faire autrement !) Lorsque l’on assène aux gens qu’ils doivent manger 5 fruits et légumes par jour, on omet de leur signaler que, pour leur santé, il vaudrait mieux que ceux-ci soient bio ! Sur les effets de la vitamines C sur le cancer et les controverses que cela draine : www.noslibertes.org/doc/alim... (lien à copier-coller)

0 vote
par Loïc (IP:xxx.xx3.153.22) le 18 novembre 2009 a 23H39
Loïc, 28 articles (Manger Cru)

Votre article montre bien la différence considérable qu’il y a entre les aliments artificiels et les aliments naturels, consommés tels quels. Il montre que nos connaissances en matière de nutrition restent parcellaires, trop incomplètes en tout cas pour qu’il soit possible de créer des aliments dont les qualités nutritives égalent celles des aliments naturels.

Cette remarque ne s’applique pas qu’aux compléments alimentaires. Les bienfaits pour la santé des fruits et légumes mis en évidence par les études récentes ne sont réels qu’à la condition que ces fruits et légumes soient consommés crus.

On ne peut que regretter que les recommandations du PNNS restent floues à ce sujet. Il semble que la crudité des aliments soit encore taboue dans l’esprit de certains spécialistes de la santé publique. Manger cru est tellement gratifiant, tant sur le plan de la santé que sur celui de la gastronomie que j’ai du mal à comprendre cet ostracisme.

Je vous invite à visiter cette page : Les bienfaits de l’alimentation crue

0 vote
(IP:xxx.xx8.6.232) le 20 février 2010 a 22H06
 (Visiteur)

les antioxydants malgré qu’ils jouent un double rôle sont importants dans l’alimentation car ce sont les légumes et fruits qui en apportent le plus, de plus des produits naturels, les premiers de la chaîne de la pyramide nutritionnel de base, pour terminer mieux vaut manger un kiwi que de prendre une gélule de vitamine c, y a pas photo.........

le nutriacteur

http://test-alimentaire.blogspot.com/