Mon logo CareVox
CareVox par RSS
CareVox sur Facebook
CareVox sur Twitter
Pouvons-nous lutter contre la société de consommation qui nous incite à la perte de poids ?
Pouvons-nous lutter contre la société de consommation qui nous incite à la perte de poids ?
note des lecteurs
date et réactions
8 décembre 2010 | 4 commentaires
Auteur de l'article
Florence Noël, 24 articles (Diététicien)

Florence Noël

Diététicien
note moyenne des lecteurs
nombre d'articles
24
nombre de commentaires
6
nombre de votes
13

Pouvons-nous lutter contre la société de consommation qui nous incite à la perte de poids ?

Pouvons-nous lutter contre la société de consommation qui nous incite à la perte de poids ?

"Pouvons-nous lutter contre la société de consommation qui nous incite à la perte de poids ?" Voici les réponses d’une nutritionniste aux questions d’ une lycéenne dans le cadre d’un projet de travail sur ce sujet.

"Bonjour, Je me présente, je m'appelle Mlle X et je suis lycéenne, en classe de première ES. Cette année, j'ai une épreuve du baccalauréat : les TPE ( Travaux Personnels Encadrés). Mon groupe, et moi devons choisir un sujet, qui est Santé et Consommation, et trouver une problématique qui nous amènera à une réflexion. C'est un peu comme un exposé, mais plus recherché et travaillé, que nous devons ensuite présenter à l'oral devant un jury. Nous avons donc choisi de travailler sur l'incitation de la société de consommation à la perte de poids la problématique étant :"Pouvons-nous lutter contre la société de consommation qui nous incite à la perte de poids ? "
Donc pour démontrer que notre société actuelle nous incite à la perte de poids, nous traitons des produits alimentaires spécial minceur, des magazines avec leurs influences comme "-3kg avant l'été", ou encore les publicités de produits minceurs, de programmes minceurs, ou même des publicités présentant des femmes extrèmement minces.
Pour appuyer nos recherches, notre réflexion, nous avons pensé à contacter un nutritionniste ou diététicien pour faire une sorte de témoignage, d'interview. Etes-vous d'accord pour nous aider ? Si vous acceptez, il vous suffit de répondre au questionnaire qui se trouve ci-dessous.
Je vous prie d'agrée, Madame, mes sincères salutations.
Merci beaucoup de votre aide.
Mlle X, élève de 1ere ES.
 

Pouvons-nous lutter contre la société de consommation qui nous incite à la perte de poids ?

Florence Noel : Oui si nous sommes armés pour le faire c’est à dire être en capacité de faire de la résistance !
Etre consom-acteur : je refuse d’acheter tout un tas d’aliments/produits miracles, je ne me laisse pas influencer par les médias, je réfléchis avant d’appliquer des dogmes qui me sont imposés.
 
La société, dans laquelle nous vivons, nous incite-t-elle à la perte de poids ? Sommes-nous tentés de perdre du poids ?
 
Florence Noel : La société actuelle culpabilise les personnes qui ont un poids dit normal, celles qui se croient en surpoids et celles qui le sont réellement, en fait toute personne fragilisée parce qu’elle fait attention à son poids. Celles qui sont à l’aise dans leur poids ne sont pas touchées.
Beaucoup de personnes souhaitent perdre du poids parce qu’on leur inflige des stéréotypes qui n’ont rien à voir avec la réalité.
 
Nous pouvons constater que la vision de la beauté, du physique a changé en 50 ans. Dans les années 40, Marilyn Monroe incarnait, avec ses rondeurs et son corps pulpeux, l'icône du glamour, de la féminité et de l'idéal féminin. Or, aujourd'hui, l'image de la beauté est plutôt illustrée par des femmes filiformes, comme Kate Moss par exemple. Pensez-vous que la société, devenue une société de consommation, est en partie responsable de ce changement ?
 
Florence Noel : La société dans son ensemble : les professionnels de santé, les publicitaires, les médias, le mannequinat , l’industrie pharmaceutique (pilule ALLI)…tout le monde, consciemment, ou inconsciemment,…et … malheureusement les lecteurs des magazines, très bon support de communication puisque ce sont eux qui au final et un peu malgré eux vont véhiculer les « bonnes idées » !
Stigmatisation des obèses : avion, travail (j’en ai à mon cabinet !), école, études sup, clubs de sport (les p’tits gros ils restent sur la touche ( j’en ai aussi à mon cabinet !!)
Minceur pour les filles, les femmes et muscles, tablettes de chocolat pour les garçons, les hommes = perfection, réussite,
Obésité = looser, mou, pas d’ambition, pas courageux …..
 
Le gouvernement français, ayant établi un système de lutte contre l'obésité (les campagnes de publicité "manger-bouger" par exemple), a-t-il provoqué un dégoût pour les formes et les rondeurs ? A-t-il prôné le culte de la maigreur ?
 
Florence Noel : On ne peut pas dire que c’est le gouvernement qui est responsable de la situation.
Je dirais que les campagnes de prévention ne sont pas adaptées à la réalité du terrain .
La prévention peut être à double tranchant, c’est à dire qu’on peut avoir l’effet inverse de celui attendu. Je veux dire que l’on peut engendrer un fonctionnement inverse : il ne faut pas manger du gras//j’en mange !
Donc il faut être très vigilent sur le contenu des messages que l’on veut faire passer et à la manière de le faire .
 
Pouvons-nous dire que les publicités entraînent l'obsession du poids ? Le fait de mettre en scène des femmes possédant un corps dit "idéal" confirme-t-il cette tendance à vouloir un corps parfait ? Sommes-nous incités par les publicités que ce soit de manière directe (en nous proposant de consommer des produits minceurs) ou que ce soit de manière indirecte (en mettant en scène des modèles minces) ?
 
Florence Noel : Les publicités sont faites de telle sorte que des messages s’impriment dans le cerveau de ceux qui les regardent ; un corps mince, moins de calories dans tel fromage que dans tel autre, une fille qui compte ses calories (cherchez celle ci je ne me souviens plus de quel produit il s’agit).
 
A voir :
- La belle Sonia avait déjà fait des livres ; ici une ration stricte +++ http://www.zero-complexe.com/regime-sonia-dubois.php lancé par la société Nestlé, les mêmes qui nous vendent tout un tas de trucs http://www.nestle.fr/Corporate/VousEtNous/indexV2.aspx
 
D’un côté on nous engraisse et d’un autre côté on nous vend une méthode amaigrissante : la société de consommation dans toute sa splendeur.
Les kilos à perdre avant l’été ou avant et aussi après les fêtes de fin d’année, .. c’est comme les soldes, c’est toute l’année !
Donc oui !
Le pire, c’est la contradiction entre une société qui pousse à consommer toujours plus et les messages de mise en garde par rapport au poids qui pose problème.
Allons plus loin : les gens ne savent plus où ils en sont car trop d’informations contradictoires en terme de nutrition, des régimes de toutes sortes, toute l’année, dangereux
 
A contrario, les publicités, dans toutes ses formes (télévision, affiches, radio), peuvent-elles aider à lutter contre le culte de la minceur, voire même l'anorexie ?
 
Florence Noel : Plaisir alimentaire et bien être C’est à dire :
- manger de tout avec plaisir en respectant ses sensations alimentaires, de faim et de satiété, qui elles, nous permettent de réguler naturellement nos quantités consommées 
-gérer ses émotions quand elles conduisent à manger
- apprendre parfois à accepter son poids que lutter contre durant des années
-apprendre à s’affirmer et à avoir confiance en soi plutôt que de faire des régimes ce que nous ne voyons pas dans les messages du PNNS (sous les pubs à la télé !)
Ceci est valable pour les adultes mais aussi pour les enfants/ados : donner des outils plutôt que de ne parler que d’équilibre alimentaire, sport, sucre, gras, sel ...
 
En luttant contre l'obésité, le gouvernement français est-il capable d'agir également contre l'anorexie ? Pourrait-il, par exemple, fixer des lois dans plusieurs domaines, comme la mode, les publicités, les magazines (plus particulièrement féminins) comme le font d'autres pays ?
 
Florence Noel : Le gouvernement, en tout cas le ministère de la santé , devrait déjà se pencher sur le cas de certains marabouts tels que Jean Michel COHEN, DUKAN, …
La déontologie voudrait que ces médecins respectent le serment d’Hippocrate, cessent de vendre des régimes miracles voire dangereux autant que pour la santé physique et psychologique
Faire le ménage sur le net, dans la presse, à la télé…
Cesser de faire des plans sans mettre les moyens financiers et humains
Légiférer sur les produits miracles veiller à la protection des vrais professionnels de la nutrition.
Quel est votre opinion sur le sujet traité ? Etes-vous du côté à l'incitation de la perte de poids, ou plutôt d'un autre côté ?
Florence Noel : Il est inutile de faire maigrir à tout prix les personnes qui ne sont pas dans les normes : indice de masse corporelle.
Certaines personnes en surpoids n’ont pas de cholestérol, de diabète , d’hypertension, elles sont actives, ont un bon moral, et sont donc parfois en meilleure santé que des personnes ayant un poids dans les normes, qui fument un paquet de cigarettes par jour, qui ne bougent pas, qui mangent tout et n’importe quoi n’importe quand J
A mon avis ce serait les déstabiliser, leur imposer un fonctionnement qui n’est pas le leur ;
Chacun est libre de peser le poids qu’il désire tant qu’il n’en souffre pas .
 
La consommation de produits allégés est-elle bonne pour la santé ?
 
Florence Noel : Beurk ! ils ne servent à rien, ils entretiennent l’obsession de la perte de poids, la restriction alimentaire inconsciente, le contrôle et la perte des repères nutritionnels. Souvent on en mange deux fois plus en se disant que ça ne craint rien puisqu’ils sont allégés.
 
La différence entre un yaourt à 0% et un yaourt normal est infime ; un beurre allégé contient des additifs que l’on ne retrouve pas dans un beurre normal, un plat cuisiné également, leur goût laisse parfois à désirer.
 
La restriction alimentaire conduit souvent aux compulsions, aux grignotages voire aux troubles du comportement alimentaire chez les plus fragiles, tels que hyperphagie, anorexie, boulimie, orthorexie.
 
Ici les propositions du G.R.O.S en matière de santé publique :
Prenez le temps de parcourir leur site.
 
Voilà j’ai eu beaucoup de plaisir à répondre à votre enquête. Faites en bon usage. Bon courage, bon travail
Restez consom-actrice et donnez moi de vos nouvelles !
Florence Noël Diététicienne nutritionniste
Les internautes qui ont lu cet article ont aussi consulté
Commentaires
3 votes
(IP:xxx.xx3.93.172) le 27 décembre 2010 a 03H16
 (Visiteur)

sujet trés interressant, surtout si on traite aussi de la problématique que la société de consommation nous pousse à maigrir et que dans le même temps elle nous pousse aussi à consommer des produits qui eux nous font grossir ! d’un point de vue marketing c bien joué qd même !

3 votes
par Florian Saffer (IP:xxx.xx5.138.102) le 10 janvier 2011 a 15H59
Florian Saffer, 57 articles (Diététicien Nutritionniste)

très bon article Florence.

Ma réponse est que nous ne pouvons pas lutter ; lutter c’est engager le bras de fer, lutter c’est gaspiller son énergie... mais nous avons la possibilité d’être dans ce que les bouddhiste appellent le "non agir". La société de l’apparence me rend mal à l’aise par fois, en regardant la télé je suis souvent envahi par le sentiment de ne "ne pas être assez" mais j’ai fais le choix de laisser ces émotions négatives passées sans réagir.

Mon dernier article complète le tiens :

http://www.carevox.fr/psycho-sexo/a...

confraternellement,

2 votes
(IP:xxx.xx1.112.127) le 12 janvier 2011 a 09H15
 (Visiteur)

Pour étoffer :)

Accepter le fait que nous sommes tous différents, faire avec nos différences qui ne sont pas forcément négatives au contraire de ce que la société voudrait nous faire croire. Accepter nos émotions telles qu’elles sont, apprendre à en tirer parti. Ne pas chercher à ressembler à un modèle qui n’est pas le nôtre.

Florence

7 votes
(IP:xxx.xx4.43.76) le 15 février 2011 a 10H34
 (Visiteur)

On cherche tous directement ou indirectement à se mettre en couple, c’est humain. Dans un groupe d’individu les femmes et les hommes minces et sportifs sont toujours les premiers recherchés. Le gros ou la grosse devra être plus sympa, plus drôle ou autres mais sera toujours dévalué(e) au premier abord. Dans le fond, effectivement il faudrait s’accepter et rencontrer d’autres individus capable de comprendre cela, mais comme par hasard c’est souvent les gros(ses) qui parlent ainsi. Dans les faits, un surpoids est très pénalisant à titre perso comme pro, donc malgré vos belles paroles sensées et justifiées, assurément nous allons suivre la tendance brésilienne où tout le monde passe à la chirurgie esthétique. Moi la première, je me fais réduire l’estomac dans quelques semaines. Officiellement, j’ai mal au dos, réellement, je vise un homme très bien fait qui me plait et qui accorde, comme moi, une importance au physique. M’accepter comme je suis m’obligerais à accepter l’autre comme il est, ce que je ne souhaite pas, et je pense que la plupart des gens pensent de cette manière sans l’avouer. Donc sans aller dans les extrêmes être mince reste important dans notre société et oui c’est un facteur de réussite personnel et professionnel même si dans le fond je partage sincèrement votre avis.