Mon logo CareVox
CareVox par RSS
CareVox sur Facebook
CareVox sur Twitter
Le poisson pour prévenir le cancer de la prostate
Le poisson pour prévenir le cancer de la prostate
note des lecteurs
date et réactions
23 juillet 2009
Auteur de l'article
Olivier GRYSON, 4 articles (Docteur en Pharmacie)

Olivier GRYSON

Docteur en Pharmacie
note moyenne des lecteurs
nombre d'articles
4
nombre de commentaires
1
nombre de votes
0

Le poisson pour prévenir le cancer de la prostate

Le poisson pour prévenir le cancer de la prostate

Une étude japonaise montre que le poisson réduirait le risque de décès par cancer de la prostate.

JPEG - 15.6 ko
Le poisson pour prévenir le cancer de la prostate

La prostate est une glande située sous la vessie, chez l’homme, et servant à la fabrication du sperme. Avec l’âge, elle tend naturellement à grossir. On parle alors d’hypertrophie bénigne de la prostate, qui comme son nom l’indique est bénigne et donc non cancéreuse. Elle se traite par des médicaments ou de la chirurgie.

 
Le cancer de la prostate est une pathologie différente. En 2005, il est le cancer le plus fréquent avec plus de 60 000 nouveaux cas par an. C’est également le 4° cancer le plus meurtrier. Il touche les hommes âgés en moyenne de 74 ans.
Son évolution est généralement très lente.
 
Des chercheurs japonais ont cherché à établir un lien entre la consommation de poisson et le risque de décès par cancer de la prostate.
 
Les données de 5589 sujets âgés en moyenne au début de l’étude de 67,7 ans ont ainsi été analysées, ces derniers ayant été répartis entre les grands et les faibles consommateurs de poisson. Les sujets ont été suivis en moyenne pendant 13 ans.
 
Les chercheurs ont montré une relation inversement proportionnelle entre le risque de décès des suites de ce cancer et la consommation de poisson. En effet, les grands consommateurs de poisson ont vu leur risque de décès par cancer de la prostate chuter significativement de 88% !
 
Si ces résultats gagneront bien évidemment à être étayés par des études plus larges et portant sur une population plus « internationale », ils n’en demeurent pas moins intéressants et montrent une fois de plus l’intérêt de consommer davantage de poisson.
Olivier GRYSON - Retrouvez davantage d'articles sur Regime-mediterraneen.fr

SOURCES

Les internautes qui ont lu cet article ont aussi consulté
En savoir plus sur...