Mon logo CareVox
CareVox par RSS
CareVox sur Facebook
CareVox sur Twitter
Le poids de l’allégé
Le poids de l'allégé
catégorie
note des lecteurs
date et réactions
29 mai 2013 | 2 commentaires
Auteur de l'article
TSLMP, 18 articles (Ingénieur en agroalimentaire)

TSLMP

Ingénieur en agroalimentaire
note moyenne des lecteurs
nombre d'articles
18
nombre de commentaires
1
nombre de votes
0

Le poids de l’allégé

Le poids de l'allégé
Nous avons tous déjà vu ces nombreuses publicités faisant l’éloge des produits allégés. Il existe même maintenant des produits « double 0% ». Nous connaissons également tous autour de nous des personnes désirant perdre du poids en consommant ces produits. En tant qu'ingénieurs de l'agroalimentaire, nous pensons aujourd'hui qu’il est judicieux de faire le point sur le sujet.
 
Voila quelques années que l’agro-industrie nous vente les bénéfices des produits allégés. Selon l’industrie, un produit allégé est généralement un produit dont la quantité de matière grasse est réduite (référée sous le nom de « lipide » sur les étiquetages).
Faire un produit allégé c’est très simple pour un industriel : soit on ne met pas de gras, soit on l’enlève avant de vendre le produit. Par contre, la où ça se complique, c’est que les lipides (le gras) sont souvent de grosses molécules qui permettent d’avoir une texture onctueuse. Du coup, si on les enlève, il n’y a plus de texture. Simple à résoudre ! Il suffit d’ajouter du sucre et hop, le tour est joué, on retrouve la texture onctueuse.
 
Alors pas n’importe quel sucre, surtout pas le sucre en poudre (saccharose), ni celui des fruits (fructose) ou celui du lait (lactose) car ceux là sont de petites molécules et ont un goût sucré prononcé (la supercherie serait tout de suite détectée).
Sur les étiquetages, on retrouve ces trois sucres simples, qui font partis des glucides, dans la catégorie « dont sucres ». Sucres au pluriel, parce que sans « s », il s’agit du sucre en poudre (le saccharose).
Alors si on ne peut pas ajouter ces sucres comment fait-on ? Il faut ajouter des molécules de sucre suffisamment grandes pour récupérer la texture. On retrouve ces « grands sucres » dans la pomme de terre (amidon) par exemple. Ces sucres ont un double avantage : ils sont assez longs pour retrouver la texture et surtout, ils n’ont pas un goût sucré prononcé. Le consommateur ne se rend ainsi pas compte de la modification.
Cette technique est utilisée dans beaucoup de produits "allégés" comme les yaourts ou le beurre.
Pourtant, ces sucres font aussi partis de la catégorie des glucides et sont tout aussi caloriques que les autres.
 
Sidérant n’est ce pas ? Ceci est encore plus immoral quand on considère le fait que les personnes qui consomment des produits allégés tendent à en consommer d’avantage, en se disant que ce n’est pas grave, vu que c’est du 0%. Malheureusement pour ces personnes, c’est avec 0% de matière grasse mais beaucoup de calories.
 
Pour finir : le double 0% (0% de matière grasse et 0% de sucres ajoutés) existe aujourd’hui car, selon la législation européenne, « sucres » réfère aux sucres simples (mono et di saccharides) et l’industrie n’ajoute que de très « grands sucres » dit complexes. On a donc, en Europe, le droit d’ajouter des sucres complexes et de dire « sans sucres ajoutés ». (RÈGLEMENT (CE) No 1924/2006 page 16)
 
Pour conclure, beaucoup de personnes consomment des produits allégés en espérant perdre du poids. Mais à cause de leur composition, les produits allégés ne font pas perdre de poids.
 
Vous en savez désormais un peu plus sur les produits allégés, grâce à ce que nous avons appris lors de notre première année en école d’ingénieur agroalimentaire.
Nous avions déjà trouvé ça immoral. Et depuis, notre consternation sur les produits vendus par les industriels n’a fait que grandir !
Les internautes qui ont lu cet article ont aussi consulté
Nutrition & Régimes
Mots-clés :
Sucre Produit allégés
Commentaires
0 vote
par Dr Sophie Ortega (IP:xxx.xx2.254.113) le 29 mai 2013 a 14H45
Dr Sophie Ortega (Visiteur)

Merci pour ces explications limpides et édifiantes !

0 vote
par TSLMP (IP:xxx.xx5.146.139) le 3 juillet 2013 a 05H46
TSLMP, 18 articles (Ingénieur en agroalimentaire)

Pour compléter mon article, je tiens à faire quelques précisions.

L’idée de mon article n’était pas de faire l’inventaire des produits allégés disponibles sur le marché, mais plutôt de dénoncer un abus de la part des industriels.

Une fois dans mon texte, j’emploi le mot yaourt et le mot beurre.

Communément, les gens appellent un yaourt la plupart des desserts lactés. Par contre, aux yeux de la loi, et c’est particulier important pour les industriels, selon le Décret n°88-1203 du 30 décembre 1988 relatif aux laits fermentés et au yaourt ou yoghourt, « la dénomination "yaourt" ou "yoghourt" est réservée au lait fermenté obtenu, selon les usages loyaux et constants, par le développement des seules bactéries lactiques thermophiles spécifiques dites Lacto-bacillus bulgaricus et Streptococcus thermophilus. ». Le beurre est défini par le Règlement (CE) No 2771/1999. Le beurre allégé doit contenir au moins 41% de matière grasse animale. Contrairement au yaourt 0%, il est impossible de trouver un vrai beurre sans émulsifiants ou stabilisants, y compris des sucres.

Le yaourt et le fromage blanc 0% sont donc les seuls vrais 0%.