Mon logo CareVox
CareVox par RSS
CareVox sur Facebook
CareVox sur Twitter
La souche E. coli clairement identifiée dans les steaks
La souche E. coli clairement identifiée dans les steaks
catégorie
note des lecteurs
date et réactions
21 juin 2011
Auteur de l'article
Patrick Rollo, 495 articles (Rédacteur)

Patrick Rollo

Rédacteur
note moyenne des lecteurs
nombre d'articles
495
nombre de commentaires
0
nombre de votes
0

La souche E. coli clairement identifiée dans les steaks

La souche E. coli clairement identifiée dans les steaks

Huit enfants ont été hospitalisés au CHU de Lille depuis le 16 juin suite à une contamination à une bactérie E. coli. Deux ont pu rentrer chez eux le 20 juin, et un garçonnet de deux ans, dans le coma, est dans un état stationnaire. Ce dernier est sous dialyse comme trois de ses compagnons infectés. Pour les autorités sanitaires, et du moins pour six des enfants hospitalisés, l’origine de l’intoxication est clairement établie.

La Direction Générale de la Santé (DGS) a indiqué le 20 juin dernier que ces enfants hospitalisés pour un syndrome hémolytique et urémique (SHU) ont bel et bien été victimes d’une contamination alimentaire liée à une forme rare de la souche Escherichia coli, plus exactement E. Coli O 157. Selon des analyses menées par le laboratoire de référence basé à Lyon, la bactérie a bien été retrouvée dans des échantillons de steaks. Des enquêtes, assorties d’analyses complémentaires, sont néanmoins en cours afin d’identifier avec précision le processus de contamination.

Les enfants avaient consommé des steaks hachés surgelés de la marque Steak Country, distribués dans les enseignes Lidl du nord de la France. L’ensemble des lots suspectés, vendus en boites de 1 kg et mentionnant une date limite de consommation au 11 mai 2012, a fait l’objet d’une procédure de rappel immédiate. La bactérie en question peut entraîner, dans la semaine suivant la consommation de produits contaminés, des diarrhées parfois sanglantes, des douleurs abdominales et des vomissements. Et ces symptômes sont susceptibles d’évoluer, au bout d’une semaine environ, vers un syndrome hémolytique et urémique (SHU).
 

Inscrivez-vous à la newsletter !
Les internautes qui ont lu cet article ont aussi consulté