Accueil du site
> Nutrition & Régimes
Mon logo CareVox
CareVox par RSS
CareVox sur Facebook
CareVox sur Twitter
La minceur est dans l’assiette
La minceur est dans l'assiette
note des lecteurs
date et réactions
13 avril 2015
Auteur de l'article
Bien-être et santé, 172 articles (Magazine Santé)

Bien-être et santé

Magazine Santé
note moyenne des lecteurs
nombre d'articles
172
nombre de commentaires
0
nombre de votes
0

La minceur est dans l’assiette

La minceur est dans l'assiette

Limiter les calories pour perdre quelques kilos, pourquoi pas ? Accepter le coup de pouce minceur de certains aliments, c’est encore plus malin.

Chez nombre de femmes, l’arrivée du printemps éveille le désir de mincir. La clé de la réussite ? Associer une activité physique régulière, une bonne hygiène de vie et une alimentation équilibrée. Privilégier les aliments riches en fibres, éviter les graisses saturées (que l’organisme convertit si aisément en « réserves »), éliminer les sucres rapides, limiter la consommation d’alcool mais boire de l’eau en quantité, et, enfin, ne pas manger pas n’importe quoi en quantité déraisonnable : voilà les bases du retour à l’équilibre nutritionnel.
Pour certaines, il est plus rassurant de suivre une méthode de régime, et les options en la matière ne manquent pas.


Trouvez votre méthode
Les méthodes pour maigrir ont toutes pour principe de limiter les calories, et certaines ne sont pas dénuées de risque. Parlez-en à votre pharmacien, il vous aidera à faire le point.
. Les régimes hypocaloriques ont pour postulat de base la réduction des apports énergétiques (matières grasses et sucres rapides). Ils demandent de la discipline selon l’objectif d’apport calorique fixé.
. Le régime « fibres » repose sur la consommation de fruits, de légumes et de céréales complètes afin de favoriser la satiété. Efficace, mais gare aux troubles intestinaux.
. Le régime hyperprotéiné a pour but de limiter l’apport calorique tout en empêchant la fonte musculaire. Outre une stabilisation du poids difficile, cette méthode induit un manque de fibres, et peut être dangereux en cas de maladie cardiaque ou rénale.
. Le régime dissocié autorise à manger de tout mais en piochant dans une seule famille d’aliments par repas. À court terme, il est efficace mais monotone, frustrant et peu compatible avec une vie sociale. À long terme, il fait courir le risque de carences.
. Le jeûne (eau et tisanes deux jours par semaine) entraîne une perte de poids progressive, mais on observe une chute de tonus dans la journée. Et le besoin de compenser après le jeûne est fréquent, d’où un risque d’effet rebond.
. Le chronorégime préconise la « bonne » répartition des aliments dans la journée et la consommation de certains d’entre eux à des moments précis. Tout est question de timing !
. Les régimes d’exclusion interdisent une ou plusieurs catégories d’aliments énergétiques (sucres, féculents, légumes secs ou même fruits, céréales…). Les risques de carences sont élevés.


Brûlez les graisses
Si votre objectif n’est pas tant de perdre du poids que de modifier la proportion masse grasse/masse sèche, sans perdre la forme et le tonus, il vous faut recourir à certains nutriments qui peuvent influencer la « décision » de l’organisme de conserver ou de brûler ses réserves graisseuses. Les « anti-graisses » vont traquer les lipides soit en les piégeant dans le tube digestif pour limiter leur absorption, soit en les délogeant des stocks de réserve. Les meilleurs « brûleurs » de graisses fournis par l’alimentation sont les pommes, le citron, le pamplemousse, l’aubergine, le brocoli, le poivron, la cannelle, le thé vert et le café. Les compléments alimentaires à visée « anti-graisses » associent en général plusieurs actifs (4321 minceur Control, Ergyslim Fibres Plus, Lipoféine capteur de graisses, Nopasvelt, Pharmaslim, XL-S Médical…). Les premiers résultats seront perceptibles après quelques jours. Ensuite, on constate la perte de 500 grammes à un kilo de graisse par semaine. Mais c’est le miroir et la taille des vêtements, beaucoup plus que la balance, qui permettent de juger des résultats.

CHRISTELLE PIAT

Des kilos au cas par cas

Faire fondre les bourrelets, retrouver un ventre plat ou calmer la faim… Pour des soucis spécifiques, les réponses à apporter diffèrent et votre pharmacien vous aidera à choisir la bonne option. Il vous rappellera que les compléments minceur s’utilisent en cure courte. Ils donnent un coup de pouce pour affiner la silhouette ou pour mieux équilibrer les apports caloriques.
« Je craque facilement devant les bons petits plats. »
Les coupe-faim sont de bons modérateurs d’appétit. Riches en fibres, en mucilages ou en gommes (fucus, caroube, karaya, konjac, gomme guar, pomme, citron), ils provoquent la satiété mécaniquement. N’oubliez pas de les accompagner de grands verres d’eau.
« J’ai souvent un petit creux entre les repas et je grignote. »
Rien ne vous interdit de faire une pause gourmande avec des encas hypocaloriques à teneur réduite en lipides et en sucres (biscuit sec ou fourré, sucré ou salé, barre chocolatée ou aux fruits…).
« Je manque de temps pour déjeuner, j’avale n’importe quoi et je grossis »
Les substituts de repas sont en général bien équilibrés sur le plan nutritionnel. Leur valeur calorique est comprise entre 200 et 400 calories. Et faites au moins un vrai repas dans la journée.
« J’ai du mal à faire disparaître mon petit ventre rond et j’ai des problèmes de transit. »
Première solution : les prébiotiques ou les fibres végétales (inuline, pectine, fructose) limitent les ballonnements. Seconde possibilité : les absorbeurs de gaz intestinaux de type charbon végétal, mannitol ou argile ; certains ont une double action minceur et digestion (Affinex objectif ventre plat, Ergyphilus confort, Ménophytea ventre plat, Oenobiol confort digestif, Ymea Ménopause ventre plat).

à savoir
Aliments poids-plume et de saison
. Les huîtres. Riches en protéines, en vitamines et en minéraux, mais raisonnables en calories : 70 kcal/100 g.
. Les champignons. Concentrés en protéines (3 g) et en vitamines, ils ne pèsent que 30 kcal/100 g. Ceux dits de Paris se trouvent toute l’année, mais la vedette de la saison est la morille, à consommer bien cuite.
. Les épinards. Cent grammes apportent près de 3 g de protéines, des vitamines (A, B, C) et des minéraux (potassium) pour 26,8 kcal (cuits) ou 34,5 (crus).
. Les asperges. Vertes, blanches ou violettes, elles fournissent 2,68 g de protéines, des vitamines (B9, C, K) pour un apport modeste en calories (30 kcal/100 g).
. Les épices (poivre, curcuma, thym, cumin…). Elles permettent de réduire l’apport en sel et baisseraient de près de 30 % le taux de triglycérides par rapport au « même plat » sans épices.

chiffre
600, c’est le nombre minimal de kcal/jour que devraient apporter les produits amaigrissants hypocaloriques.
Source : Autorité européenne de sécurité des aliments.


à lire
MAIGRIR SANS RÉGIME
Nutritionniste et spécialiste du comportement alimentaire, l’auteur partage les secrets de la faim et de la satiété, mais aussi du plaisir lié à la nourriture.
Dr Jean-Philippe Zermati, éd. Odile Jacob, 448 p., 22,25 e.

Cet article est extrait en exclusivité du magazine Bien-être & Santé - Tous droits réservés

SOURCES

  • www.bienetre-et-sante.fr
Les internautes qui ont lu cet article ont aussi consulté
Mêmes thématiques
Mots-clés :