Mon logo CareVox
CareVox par RSS
CareVox sur Facebook
CareVox sur Twitter
La consommation de soja est-elle nocive ?
La consommation de soja est-elle nocive ?
catégorie
note des lecteurs
date et réactions
8 novembre 2012 | 10 commentaires
Auteur de l'article
DARCHE ERIC, 58 articles (Naturopathe)

DARCHE ERIC

Naturopathe
note moyenne des lecteurs
nombre d'articles
58
nombre de commentaires
2
nombre de votes
145

La consommation de soja est-elle nocive ?

La consommation de soja est-elle nocive ?

D’après une étude publiée par le Lancet en 1997, le seul fait de boire 2 verres de lait de soja par jour est suffisant pour perturber le cycle menstruel des femmes.

Le plasma des enfants nourris au lait maternisé à base de soja contient de 13000 à 22000 fois plus d’œstradiol (œstrogène ou hormone féminine) que le plasma des enfants nourris au lait de vache maternisé (Sally Fallon, 3ème symposium international sur le soja). De nombreux végétaux comestibles contiennent des phytoestrogènes, mais leur concentration en hormone ostrogénique est dix mille fois moindre que dans le soja.

D’autre part, on a estimé qu’un bébé nourri exclusivement de lait de soja reçoit l’équivalent en oestrogènes (proportionnellement au poids de corps) d’au moins cinq pilules contraceptives par jour, ce qui entraîne une puberté précoce chez les filles. Chez les garçons le soja multiplie par cinq les risques d’anomalies du pénis, lorsque la mère a usé largement du soja pendant sa grossesse. Il est conseillé de manger du soja uniquement fermenté, si l’on souhaite en consommer un peu.

Le soja est fortement déconseillé pour les bébés. En cas d’allergie aux protéines du lait de vache, ne pas lui substituer du lait de soja : cette légumineuse fait partie des allergènes reconnus. Le soja est déconseillé aux enfants en général, surtout au-dessous de trois ans ; ensuite, on peut en proposer, ni trop, ni trop souvent. Le soja est aussi déconseillé aux femmes ayant eu des antécédents personnels ou familiaux de cancer du sein. En effet, chez les souris, les isoflavones peuvent favoriser le développement de tumeurs.

L’adulte pourra en consommer, sous forme fermentée de préférence, de temps à autre, et modérément, quelques fois par mois au maximum. Michel Dogna précise que, d’après certaines études, il semble que les personnes mangeant, ne fût-ce que deux ou trois fois par semaine, une portion normale de tofu, présentent un rétrécissement accéléré du cerveau joint à une diminution des fonctions cognitives. D’autres études datant de 1986, auraient prouvé que l’ingestion régulière de soja peut mener à de sérieux problèmes neurologiques et entraîner des troubles émotionnels, allant de la mauvaise humeur à la dépression chronique ou permanente.

Les Chinois et les Japonais utilisent surtout le soja comme condiment et non comme substitut des protéines animales. Un Français particulièrement friand de produits au soja en avalera davantage que la moyenne des Asiatiques. Les Japonais, les plus gros consommateurs du continent, ingèrent en moyenne 45 mg d’isoflavones par jour (oestrogène). C’est moins que la quantité que l’on trouve dans un seul steak végétal ou un bol de « tonyu ». Les aliments modernes commercialisés à base de soja en dénaturent les protéines et augmentent le taux de carcinogènes. Le soja est à consommer de préférence fermenté sous forme de : miso, tempeh, natto, shoyu, tamari. En effet la fermentation permet de détruire la quasi-totalité des toxiques du soja.

La consommation de soja cuit, pour varier les menus, devra rester très modérée et occasionnelle. Selon le docteur Claude Hughes, le soja s’est doté de certains moyens pour lutter contre ses prédateurs naturels. Il constitue ainsi un contraceptif oral puissant, chargé de nombreuses toxines, ce qui fait que les prédateurs qui en mangent diminuent en nombre et en taille.

Eléments toxiques du soja :

• facteur d’agrégabilité plaquettaire ;

• facteur antithyroïdien, facteur anti-croissance ;

• facteur antri-trypsinogène (qui entrave la bonne digestion des protéines), toxique pour le pancréas et anti-croissance ;

• grande richesse en acide phytique inhibant l’absorption des minéraux et des oligo-éléments, en particulier le zinc ;

• action stéatogène (dépôts d’acide gras) au niveau hépatique.

Il a été constaté chez de nombreux enfants nourris au lait de soja, une altération de la muqueuse intestinale avec dégradation des villosités, favorisant la maladie coeliaque (du côlon). Le soja et ses dérivés peuvent se trouver dans certaines margarines, dans certains bouillons végétaux, dans les concentrés de protéines végétales, etc. Les isoflavones (précurseurs des oestrogènes) sont très faiblement dosés dans l’huile de soja. Mais cette dernière n’est pas conseillée en raison de la dureté de sa graine qui favorise même en expression dite à froid, une température de sortie de la presse relativement élevée, autour de 80°C.

Eric Darche.

Naturopathe Spécialisé en Nutrition

Tél : 04 42 96 33 18

www.ericdarche.com

Les internautes qui ont lu cet article ont aussi consulté
Commentaires
0 vote
par alberto (IP:xxx.xx0.91.35) le 8 novembre 2012 a 17H08
alberto (Visiteur)

Donc le lait de soja (surtout s’il est d’origine transgénique !) aurait autant d’inconvénients que le lait de vache .

Quid du lait de riz que l’on trouve de plus en plus souvent dans les super-marchés ?

1 vote
(IP:xxx.xx5.192.25) le 9 novembre 2012 a 01H58
 (Visiteur)

Cet article ne parle justement pas du lait de soja... Qu’en est-il ? merci.

1 vote
(IP:xxx.xx5.192.25) le 9 novembre 2012 a 02H00
 (Visiteur)

Je voulais dire "de ses effets sur un homme adulte"... J’en bois énormément ! :-)

2 votes
par DARCHE ERIC (IP:xxx.xx6.156.211) le 9 novembre 2012 a 13H01
DARCHE ERIC, 58 articles (Naturopathe)

La nocivité d’un aliment en excès dépend de sa compostion mais aussi de paramètres individuels propre à son consommateur. Simplement ce que l’on peut proposer c’est dans un premier temps d’étudier les aspect nocifs du soja outre son apport important en physto oestrogène :

facteur d’agrégabilité plaquettaire ;

• facteur antithyroïdien, facteur anti-croissance ;

• facteur antri-trypsinogène (qui entrave la bonne digestion des protéines), toxique pour le pancréas et anti-croissance ;

• grande richesse en acide phytique inhibant l’absorption des minéraux et des oligo-éléments, en particulier le zinc ;

• action stéatogène (dépôts d’acide gras) au niveau hépatique.

Les problèmes qu’un adulte peut rencontrer découleront des aspects cités ci-dessus et remis dans le contexte propre à la personne qui en consomme régulièrement.

Cela dépendra entre autre de son âge, de son état de santé, de sa capacité enzymatique, de l’état de son foie etc.

Mais abuser d’un aliment ou en consommer régulièrement ne peut que concentrer les aspect "problématique" du produit en question.

0 vote
(IP:xxx.xx5.213.117) le 10 novembre 2012 a 19H02
 (Visiteur)

Le soja a-t-il une action négative sur la fonction érectile

Merci

2 votes
(IP:xxx.xx9.150.51) le 9 novembre 2012 a 11H41
 (Visiteur)

Pas de "bol" pour les chinois(es) et Japonais(es) !!!

PS : N’écrirait-on pas un peu tout et n’importe quoi (je me le demande) !?

2 votes
par Pascal (IP:xxx.xx6.200.227) le 9 novembre 2012 a 12H19
Pascal (Visiteur)

Merci pour ces éléments.

J’avais des doutes, vous les avez levé. Le poison est dans la dose.

L’ennui est que l’on est conditionné à la pub (au sens large, je parle aussi des émissions et articles "santé" même bio) il faut du lait vu qu’on nous le répète depuis l’après seconde guerre mondial, sinon on mourra d’intenses souffrances par manque de calcium... Le lait animal est remplacé par un autre lait végétal, pas mieux...

Toutes mes réflexions et recherches sur l’alimentation me mènent à un point : manger le plus simple possible des aliments non transformés contenants beaucoup d’eau (végétaux, crus et variés)

4 votes
par Pierre C. (IP:xxx.xx2.117.246) le 10 novembre 2012 a 14H38
Pierre C. (Visiteur)

Merci pour cet article.

"Le soja est à consommer de préférence fermenté sous forme de : miso, tempeh, natto, shoyu, tamari". Tout est dit. Ce sont les seules formes acceptables du soja pour une consommation régulière. Par exemple, dans le tofu et les yaourts de soja (même s’ils ont subi un début de fermentation lactique, qui est différente) les substances nocives du soja ne sont absolument pas désactivées.

Il ne faut pas toutefois abuser de ce soja fermenté car la contrepartie de la fermentation est de libérer du glutamate, qui fait le gout prononcé de ces aliments et condiments traditionnels. Ce glutamate est "naturel", mais néanmoins problématique en excès.

De nombreux laits végétaux peuvent remplacer le lait de soja : lait d’amande, lait de riz et lait de coco, ce dernier étant une véritable mine nutritionnelle.

Ne pas oublier que cette mode du soja a été lancée par l’industrie agro-alimentaire : le soja fournit les protéines les moins chères à produire, donc de loin les plus rentables. Peu importe pour les profits à courts termes que ces protéines soient accompagnées de substances qui nous intoxiquent à petit feu... D’autant que cela peut être une seconde source de profit, pour l’industrie pharmaceutique cette fois !

0 vote
par Patricia Pacaut (IP:xxx.xx1.191.150) le 19 décembre 2013 a 18H43
Patricia Pacaut, 7 articles (Rédacteur)

Je suis d’accord sur le fait qu’il vaut mieux consommer le soja fermenté...

Ok aussi sur le fait qu’il faut eviter d’en donner aux enfants... On préfère le lait d’amande ou les autres jus végétaux.

Il ne faut pas diaboliser le lait de soja pour les adultes (Lait de Vache oui à éviter car vraiment pas un bonus pour la santé) : http://naturo-passion.com/soja-veri...

Un peptide de soja, la lunasine fera beaucoup parler de lui dans les mois à venir dans le domaine de la prévention santé... Je trouve ça passionnant http://patricia-pacaut-pharmasurf.n...

2 votes
(IP:xxx.xx1.208.195) le 10 janvier 2014 a 12H39
 (Visiteur)

Peut-on avoir un lien vers les études auxquelles vous faites allusion ?

Ce genre d’article, c’est bien. Mais si on ne cite pas ses sources, c’est la désinformation pure et simple et c’est ridicule ! La seule réflexion que ça m’inspire est celle-ci : ce Monsieur Darche n’aurait-il pas par hasard un lien avec le lobby de la viande ou celui du lait ??? Qui sont ses amis ? Qui le paye pour écrire un tel torchon ? Même une rédaction de collégien est plus étayée que cet article, qui, certes, utilise un beau jargon scientifique incompréhensible pour le commun des mortels mais qui n’est finalement qu’un ramassis d’idées reçues et de "on-dit" bien emballés.

Et dire qu’il y a des gens qui y croient...