Accueil du site
> Nutrition & Régimes > Risques
Mon logo CareVox
CareVox par RSS
CareVox sur Facebook
CareVox sur Twitter
La bouffe peut-elle devenir une addiction ?
La bouffe peut-elle devenir une addiction ?
catégorie
note des lecteurs
date et réactions
27 octobre 2009 | 3 commentaires
Auteur de l'article
Florian Saffer, 57 articles (Diététicien Nutritionniste)

Florian Saffer

Diététicien Nutritionniste
note moyenne des lecteurs
nombre d'articles
57
nombre de commentaires
15
nombre de votes
2

La bouffe peut-elle devenir une addiction ?

La bouffe peut-elle devenir une addiction ?

« Lorsque je me retrouve seule à la maison c’est plus fort que moi je me jette sur la nourriture, je m’empiffre, tout se passe comme si je manquais d’oxygène, comme si cette bouffe m’était nécessaire pour ne pas devenir fou, impossible de résister »

JPEG - 18.2 ko
La bouffe peut-elle devenir une addiction ?

Ce témoignage m’a été adressé par l’un de mes patients que nous nommerons Paul. Paul connaît ce que l’on appelle des « binge », c’est-à-dire des compulsions de nourritures ; en d’autres termes des envies irrépressibles de manger.

 
Ce n’est pas la faim qui pousse Paul à se goinfrer mais bien une pulsion ; tout se passe comme si Paul était en manque d’une substance et que ce manque générait chez lui une tension insurmontable.

Manger ou plutôt bouffer ici semble n’avoir que cette seule fonction ; le but n’est pas ici de se nourrir ou de se faire du bien. Nous sommes ici bien loin de la gourmandise qui nous fait parfois manger sans faim ou au-delà de notre appétit.
 
Ces « binge » s’apparentent plus à une « addiction aux gavages », d’ailleurs d’un point de vue scientifique, les troubles du comportement alimentaire ont beaucoup de similitudes avec les addictions à l’alcool ou aux drogues.
 
Comprendre comment fonctionne le cerveau des dépendants aux drogues nous ouvre pas mal de pistes de travail sur la prise en charge des compulsions alimentaires.

Nous savons que la prise de drogue comme la cocaïne augmente le taux de dopamine dans certaines parties du cerveau (la dopamine est le messager cérébral du plaisir) ; en consommant régulièrement de la cocaïne le cerveau s’habitue à ces taux anormalement hauts d’hormone du plaisir.

Or lorsque les prises de substances sont espacées le cerveau souffre fortement du manque de dopamine, le drogué se sent alors « en manque », concrètement son cerveau est obnubilé par la consommation de drogue. Toutes les pensées tournent autour de la drogue, l’esprit est tiraillé entre le fait d’être abstinent ("il ne faut pas que je craque") et le besoin de substance.

Comme le disait Claude Olievenstein il y a 20 ans dans son livre "il n’y a pas de drogué heureux" !

Les crises de nourriture compulsives répondent en partie aux mêmes mécanismes.
 
Comment aider les personnes qui comme Paul sont victimes de binge ?
 
La stratégie la plus adaptée est de proposer un "sevrage boulimique". Plusieurs modes de sevrages existent un sevrage radical ou un sevrage progressif.
Le sevrage progressif consiste à retarder les crises de nourriture, en commençant par une durée courte (3 minutes) et en augmentant progressivement cette durée pour atteindre au bout de quelques semaines une durée de 25 minutes. Dans la grande majorité des cas, une fois les 25 minutes passées la compulsion disparait.
Même si ceci parait simple sur le papier, ce sevrage est d’une violence inouïe, les 5 premières minutes sont souvent associé à un état émotionnel inconfortable (anxiété, irritabilité...) et même parfois à des signes physiques marqués (tremblement, pleurs, sueurs...). En général, j’associe à ce sevrage des exercices de relaxation ou de méditation thérapeutique (mindfulness).
 
Si comme Paul vous êtes victime de binge, ayez conscience que l’on estime à 3% le nombre de français sujet à ces compulsions. Ne désespérez pas des solutions existent. N’hésitez pas à prendre contact avec un professionnel de santé formé à la prise en charge des troubles de la conduite alimentaire.
 
Florian SAFFER - diététicien - comportementaliste
Etudiant en DU "étude des toxicomanies"
"L'idéal diététique n'existe pas : manger équilibré c'est finalement manger avec une succession de déséquilibres"
Les internautes qui ont lu cet article ont aussi consulté
Commentaires
0 vote
par Fabienne (IP:xxx.xx8.23.216) le 6 février 2010 a 21H38
Fabienne (Visiteur)

Bonjour, je m’appelle Fabienne. Je suis une boulimique sauf que je porte la nourriture (sucrée) à ma bouche, je la mâche puis la recrache et recommence plusieurs fois dans la journée. En ces moments là, j’ai l’impression de ressentir du plaisirs dans une vie qui ne me plait pas, une vie qui me fait peur et qui m’apporte plus de bonheur. J’aimais lire, la généalogie, le sport puis petit à petit, cette chose a pris toute la place et m’empêche de vivre comme tout le monde. Aidez-moi. Je vous en remercie.

0 vote
par Florian SAFFER (IP:xxx.xx7.145.56) le 12 février 2010 a 17H26
Florian SAFFER (Visiteur)

Bonjour Fabienne,

vous avez raison la boulimie est une véritable plaie. Vous sollicitez de l’aide, je vous invite à prendre contact avec un thérapeute (psychiatre, psychologue ou diététiciens) formé en thérapie comportementale et cognitive et à la prise en charge des troubles de la conduite alimentaire.

Voici le lien de l’association des thérapeutes formés en Thérapies comportementales (n’hésitez pas à demander au praticien si il est formé à la prise en charge de la boulimie)

http://www.aftcc.org/membres_carte....

Courage

Florian SAFFER

0 vote
par Christel (IP:xxx.xx1.208.70) le 9 mars 2012 a 14H31
Christel (Visiteur)

Bonjour, Merci pour votre article tres interessant. Connaissez-vous des spécialistes de l’addiction à la nourriture en suisse ? Merci d’avance pour votre réponse !