Accueil du site
> Nutrition & Régimes > Les Actus
Mon logo CareVox
CareVox par RSS
CareVox sur Facebook
CareVox sur Twitter
L’orthorexie, l’obsession de manger sainement, une véritable maladie ?
L'orthorexie, l'obsession de manger sainement, une véritable maladie ?
catégorie
note des lecteurs
date et réactions
27 janvier 2014 | 4 commentaires
Auteur de l'article
Véronique Van den Bossche, 18 articles (Conseillère en nutrition)

Véronique Van den Bossche

Conseillère en nutrition
note moyenne des lecteurs
nombre d'articles
18
nombre de commentaires
1
nombre de votes
2

L’orthorexie, l’obsession de manger sainement, une véritable maladie ?

L'orthorexie, l'obsession de manger sainement, une véritable maladie ?

« L’ortho-quoi » dites-vous ? L’orthorexie (du grec orthos, « correct », et orexis, « appétit ») est considérée comme un trouble du comportement alimentaire. Elle a été décrite pour la première fois au début des années 2000 par un médecin américain, le docteur S. Bratman. « L’orthorexique se fixe une éthique alimentaire rigoureuse, composée de règles strictes qu’il s’astreint à respecter quotidiennement : concernant le choix et le rituel d’achat des aliments, leur préparation, leur cuisson... Il ne cesse de planifier, sur un terme plus ou moins long, ce qu’il va manger et dans quelles conditions. Ce comportement conduit les orthorexiques dans un enfermement qui les prive d’une bonne partie de leur vie sociale. Il leur est impossible d’envisager un repas chez des amis ou au restaurant. C’est une véritable souffrance. »


 
Au rang des ‘symptômes’, il semble que l'orthorexie se manifeste notamment par des phobies alimentaires avec exclusion des aliments trop salés, sucrés ou gras, des aliments contenant des agents artificiels, des conservateurs et pesticides (même en faible teneur), des produits non issus de l’agriculture biologique, une fixation sur la sélection et la préparation d'aliments dits « sains » (les légumes notamment), une attention obsessionnelle portée à la méthode de préparation des aliments (leur cuisson) et le matériel utilisé (pour la découpe p. ex.), des préoccupations excessives concernant les aliments qui seront mangés au cours de la journée et le lendemain (excès de planification) ainsi qu'une mastication excessive des aliments. Waouh, rien que ça ?

Intriguée, je décide de jouer le jeu et de faire le test élaboré par le DrBratman (Test de Bratman ) permettant de détecter les signes de la maladie. Ce test reprend dix grandes questions concernant les pratiques et habitudes alimentaires. Au terme du questionnaire, j’apprends donc que « l'orthorexie me guette » ce qui, au vu des questions, ne m’étonne guère. C’est clair que si je m’inquiète de la qualité de ce que je prépare, si j’opte pour des farines complètes au lieu de produits raffinés, si j’utilise de bonnes huiles depression première pression à froid pour assaisonner mes salades (misère, en plus, je mange des légumes !!!), que je favorise les cuissons à la vapeur et à basses températures et que je rappelle régulièrement à mes enfants de mâcher plutôt que d’avaler, visiblement je suis à la limite du comportement alimentaire déviant.
 
Comme quoi, tout est question de point de vue j’imagine, parce que moi je considère cela plutôt comme du bon sens, un retour à un mode d’alimentation plus sain et local (semblable à celui de nos grands-parents, des orthorexiques en puissance aussi je suppose), une réaction face à la malbouffe ambiante et à l’hyperindustrialisationQuant à passer 3 heures à se demander de quoi sera fait le repas du soir, franchement non, même si mes têtes blondes n’hésitent pas, à peine levés, à me poser la sempiternelle question 'qu'est-ce qu'on mange ce soir ?'. 

Bien entendu, l’excès nuit en tout et prendre un repas doit rester un acte de convivialité et de partage, mais prendre du recul par rapport à son alimentation et redevenir maître de son assiette me semble plutôt une attitude responsable qu’une maladie à soigner. Aujourd'hui, l'orthorexie n’est pas scientifiquement reconnue comme trouble du comportement alimentaire et aucune donnée exacte n’existe, mais des études rapportent que le nombre de personnes atteintes serait de plus en plus important. Ah bon, vous aussi ? :-)
Véronique Van den Bossche - Conseillère en nutrition - Des Saveurs et d'Essences
Les internautes qui ont lu cet article ont aussi consulté
Commentaires
1 vote
par Ronfladonf (IP:xxx.xx2.31.65) le 27 janvier 2014 a 13H30
Ronfladonf (Visiteur)

L’orthorexie me guette aussi (et pourtant médicalement je suis obèse il parait)

Désolé de prendre du plaisir à bien manger...

Je vais faire pénitence et manger de suite 5 kebabs et 12 burgers en recitant "Ave McDonalds"

0 vote
par Marchaux (IP:xxx.xx0.144.182) le 27 janvier 2014 a 15H12
Marchaux, 94 articles (Rédacteur)

merci pour cet article car je ne connassais absolument pas l’orthorexie.

0 vote
par Sabrina (IP:xxx.xx2.95.27) le 1er février 2014 a 16H31
Sabrina (Visiteur)

Je pense que cette "obsession" orthorexique existe vraiment, je l’ai frôlé et sur les groupes de réseaux sociaux dédiés à l’alimentation on en croise de nombreux, j’en ai même fait un article comme vous :-)

http://biopascher.wordpress.com/201...

0 vote
par Véronique Van den Bossche (IP:xxx.xx4.172.181) le 2 février 2014 a 14H40
Véronique Van den Bossche, 18 articles (Conseillère en nutrition)

Comme souvent, quand on sort un peu du moule, le risque est grand de se retrouver catalogué. Bon sens et compréhension mutuelle sont assurément les meilleures balises pour éviter les excès. Merci pour cet article qui l’illustre à merveille.