Mon logo CareVox
CareVox par RSS
CareVox sur Facebook
CareVox sur Twitter
L’huître, une vraie perle de la mer...
L'huître, une vraie perle de la mer...
note des lecteurs
date et réactions
15 novembre 2012
Auteur de l'article
Véronique Van den Bossche, 18 articles (Conseillère en nutrition)

Véronique Van den Bossche

Conseillère en nutrition
note moyenne des lecteurs
nombre d'articles
18
nombre de commentaires
1
nombre de votes
2

L’huître, une vraie perle de la mer...

L'huître, une vraie perle de la mer...

On a tendance à dire qu’il faut consommer les huîtres durant les mois en R : de septembre à avril. Or, si les festivités de fin d’année sont effectivement l’occasion idéale de mettre ce mets de qualité sur le devant de la scène, on peut très bien les consommer toute l’année, du moins si l’on apprécie la saveur plus laiteuse qu’elles développent l’été.

Il semblerait que nos ancêtres préhistoriques se soient spécialisés dans la ‘cueillette’ des huîtres bien avant de se mettre à chasser ou à pêcher, dans les régions côtières du moins. En effet, pour les récolter, nul besoin d’outil sophistiqué : il suffit de se pencher pour les ramasser.
Par ailleurs, dans l'Antiquité grecque, le peuple avait pour coutume de voter l'exil des indésirables en inscrivant leur nom sur une coquille d'huître, ou ostrakon, d'où le terme « ostracisme » qui nous est resté. Ça, c’est pour la petite touche ‘culture’…

Ce petit mollusque présente une belle palette de minéraux et oligo-éléments : très riche en fer (deux fois plus que dans la viande), il est également bourré d’iode, phosphore, calcium ( non, le lait n’est pas LA source de calcium par excellence), magnésium, potassium, cuivre, zinc ou autre sélénium aux propriétés antioxydantes. Véritable concentré d’énergie, il nous fournit notre quota de vitamines : A, B, C, E, D et PP. Autre avantage et non des moindres : les huîtres sont très pauvres en lipides. Des graisses qui sont par ailleurs pour la plupart des oméga 3, ces fameux AGPI (acides gras polyinsaturés) qui permettent d'abaisser le taux de ‘mauvais’ cholestérol et protéger ainsi des maladies cardio-vasculaires. Avec tous ces avantages, on aurait vraiment tort de passer à côté... Attention cependant : l'huître est très nourrissante du fait de sa haute teneur en protéines (6 g/100 g). Évitez donc d'en manger trop si vous voulez garder une petite place pour la suite.

Pour en finir avec la liste de ses bienfaits, ce mollusque exquis passe pour être doté de vertus aphrodisiaques. Selon la légende, Casanova en consommait une quarantaine par jour. Cependant, avant de vous ruer sur ce mets de roi, il convient d’apporter un léger bémol à cette affirmation : si la haute teneur en zinc des huîtres (huit fois les besoins quotidiens avec six huîtres) contribue à la production de testostérone, nécessaire à la libido, manger des huîtres ne se répercute pas pour autant par une hausse immédiate de testostérone (le corps humain est une belle machine, mais quand même…).

Idéalement, l’huître se mange 30 minutes après son ouverture, après avoir jeté sa première eau. Elle en fabrique en effet une seconde, bien plus goûteuse. On la consommera crue, nature pour profiter un maximum de ses saveurs, rehaussée d’un peu de citron ou de poivre, ou encore en tartare… Elle se déguste aussi chaude, avec ou sans champagne. On la cuira, au choix, à la vapeur, au four ou, pourquoi pas, sur la braise.

Reste maintenant une question essentielle : vos huîtres, creuses ou plates ?

Véronique Van den Bossche - Conseillère en nutrition - Des Saveurs et d'Essences
Les internautes qui ont lu cet article ont aussi consulté
Nutrition & Régimes
Mots-clés :
Aliments Nutrition