Mon logo CareVox
CareVox par RSS
CareVox sur Facebook
CareVox sur Twitter
L’effet yo-yo des régimes
L'effet yo-yo des régimes
note des lecteurs
date et réactions
6 septembre 2012 | 2 commentaires
Auteur de l'article
Véronique Guillermet, 12 articles (Diététicienne-Nutritionniste)

Véronique Guillermet

Diététicienne-Nutritionniste
note moyenne des lecteurs
nombre d'articles
12
nombre de commentaires
0
nombre de votes
0

L’effet yo-yo des régimes

L'effet yo-yo des régimes

Une équipe de chercheurs de l’hôpital pour enfants de Boston (Etats-Unis) s’est penchée sur l’efficacité des régimes. Pour cela ils ont suivi 21 adultes jeunes en surpoids qu’ils ont soumis à trois régimes alimentaires différents : un régime pauvre en graisses (lipides), un régime très pauvre en glucides (sucres), y compris en glucides complexes apportés par les féculents, et un régime à index glycémique bas privilégiant les aliments qui ne font pas trop monter le taux de sucre dans le sang.

L'effet boomerang le plus fort a été observé avec le régime pauvre en graisses car il aurait trop fortement diminué les besoins énergétiques de l'organisme au repos. Une fois le régime terminé, l'organisme continue de dépenser moins, en moyenne environ 205 calories en moins par jour. Mais la sensation de faim, elle, n'a pas pour autant diminuée. C'est avec le régime très pauvre en sucres que le plus faible ralentissement de la consommation énergétique de base de l'organisme a été obtenue avec une baisse de 138 calories par jour, et un effet yo-yo moindre lors de la reprise d'un régime normal. Le régime privilégiant les aliments à index glycémique bas quant à lui, était situé entre les deux avec une baisse de 166 calories par jour.

Cette étude très intéressante pour mieux comprendre l'effet yoyo des régimes a été publiée dans le Journal of the American Medical Association. Cependant elle ne permet pas de conclure qu'un régime très pauvre en sucre est idéal d'autant que les auteurs ont observé avec ce régime des signes de stress hormonal pouvant entraîner de l'adiposité, de la résistance à l'insuline et des maladies cardio-vasculaires. L'occasion de redire que seuls les régimes équilibrés et personnalisés permettent de perdre du poids sur le long terme, sans mettre sa santé en danger.

Véronique Guillermet
Les internautes qui ont lu cet article ont aussi consulté
Mots-clés :
Régime
Commentaires
0 vote
(IP:xxx.xx8.204.209) le 6 septembre 2012 a 19H41
 (Visiteur)

Ce n’est pas étonnant car la graisse n’a jamais fait grossir contrairement à ce que nous dit depuis des décades, cela fait partie d’un mythe bien entretenue.

300 millions d’américains ont testés ce régime faible en gras depuis plus de 30 ans et ils sont plus gros que jamais (que les septiques se renseignent "correctement" avant d’aboyer, par exemple Fat de Gary Taubes) , d’où l’intérêt d’un régime paléolithique ou cétonurique (dans ce dernier régime le pourcentage de gras peut atteindre 70% de la ration totale et la perte de gras et absolument phénoménale).

Un retour au source s’impose car l’organisme ne s’adaptera jamais aux glucides que nous consommons en trop grande quantité, d’ailleurs il est vraisemblable que beaucoup de maladies modernes découlent de tout ces glucides.

Le régime pauvre en glucide et le seul à pouvoir brûler les graisses intra abdominal mais avec une alimentation basée sur les glucides vous pouvez être bien sûr mince à l’extérieur mais sur le long terme toujours très gras et malade à l’intérieur.

Maintenant il faut se poser la question : pourquoi veut-on diaboliser le régime Dukan ? Serait-ce là le régime de la bonne santé, la bonne santé qui ne rapporte rien à tous les vautours de la finance de la médecine qui ont besoin de malades pour faire des profits !

De toutes manière le régime Atkins ou Dukan ne sont pas des régimes, cela à été la façon de s’alimenter de l’homo sapiens pendant des milliers d’années et dans la balance de la vie le scientifique ne fait pas le poids face aux lois de la nature, en bref c’est la nature qui à raison.

0 vote
(IP:xxx.xx5.209.148) le 7 septembre 2012 a 19H58
 (Visiteur)

Pour avoir fait le régime dukan, je peux affirmer que c’est de la m***e comme la plupart (pour pas dire tous) des régimes. A long terme, il est prouvé que même les personnes ayant suivi le régime à la lettre ont quasiment toutes repris leur poids initial, tout en continuant le régime. Donc si elles arrêtent, bonjour les dégâts ! Pour ma part je l’ai arrêter au bout de 6 mois, suite au décès brutal de mon père. J’ai perdu 8kg, repris 14. Sans compter les problèmes de reins et d’estomac qui s’en sont suivis, une amie à eu les intestins quasiment "broyés" en un peu plus d’un an de régime, Hospitalisée à un mois de grossesse car celle-ci lui compressait trop les intestins !!!! Je vous laisse imaginez le reste de sa grossesse, la pauvre... Le seul truc positif que dukan à pu nous apporter c’est de s’accepter comme on est, et ne pas faire souffrir notre corps inutilement parce que la mode n’est pas au 40/42 mais au 34/36. du moment que l’on soit en bonne santé (que ce soit au niveau cardiovasculaire, articulaire, respiratoire etc...), ce n’est pas une poignée d’amour ou un peu de cellulite qui devraient nous gâcher la vie. Je pense que l’effet yoyo est en grande partie causé par des personnes qui sont bien à l’origine, mais qui veulent à tout prix ressembler aux stéréotypes qui envahissent tv magazines. Faire un régime alors qu’on est à un poids idéal pour notre organisme, doit en effet bouleverser pas mal de choses dans notre corps, et de façon irréversibles. La faute à la société de consommation, avec leurs pdts light, allégés en tout, bourrés d’aspartame et autres poisons. Quand je vois la plupart des boutiques de jeans de marques qui ne proposent pas de taille au dessus du 38 pour les femmes... c’est scandaleux... limite celle qui prennent le 38 sont considérées comme des obèses.